Guerre Israël-Hamas : les écoles de l'ONU offrent refuge et répit aux enfants de Gaza

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : les écoles de l’ONU offrent refuge et répit aux enfants de Gaza

Le journaliste d’L’Observatoire de l’Europe Nebal Hajjo s’entretient avec le personnel d’une école gérée par l’ONU à Khan Younis pour comprendre les conséquences des combats entre Israël et le Hamas.

Le chef de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies a condamné les frappes israéliennes contre ses écoles dans la bande de Gaza qui servent de refuge à des milliers de personnes déplacées dans l’enclave assiégée.

L’école de l’UNRWA située dans le camp d’al-Maghazi, où sont hébergés quelque 4 000 Palestiniens, a été bombardée par les forces de défense israéliennes le 17 octobre et a subi de graves dégâts structurels.

« Au moins six personnes ont été tuées et des dizaines blessées », a déclaré Philippe Lazzarini, commissaire général de l’UNRWA.

« C’est scandaleux et cela montre encore une fois un mépris flagrant pour la vie des civils. Aucun endroit n’est plus sûr à Gaza, pas même les installations de l’UNRWA », a-t-il ajouté.

Plus au sud, dans une école gérée par l’ONU à Khan Younis, les Palestiniens déplacés sont confrontés à une crise humanitaire. Les ressources essentielles telles que l’eau potable, la nourriture et les médicaments s’épuisent. Malgré le chaos de la guerre, le personnel et les bénévoles du centre tentent de donner aux enfants déplacés un semblant de normalité à travers des jeux et des divertissements.

« Nous savons que le langage le plus important pour les enfants est le langage du jeu, et ils ont été privés de ces jeux, privés d’écoles et de tous leurs droits humains. Le bruit des bombardements, jour et nuit, provoque des états de peur et de panique, surtout chez les enfants », a déclaré le psychologue pour enfants Mahmoud Al-Baraghiti.

L’ONU estime qu’entre 2 000 et 3 000 enfants palestiniens ont été tués, tandis que plus de 30 enfants israéliens seraient morts aux mains des militants du Hamas lors de leur raid du 7 octobre.

Sur fond d’explosions et malgré les risques omniprésents, les enfants parviennent à trouver des moments de répit en jouant avec leurs amis.

« Même essayer d’arriver ici et d’atteindre les enfants est également dangereux. Mais notre rôle en tant que leaders de la jeunesse est de donner des sourires aux enfants et de jouer avec eux, et c’est un travail continu », a déclaré l’animateur de jeunesse Ammar Shaat.

Pour regarder le rapport complet de Nebal Hajjo, cliquez sur la vidéo dans le lecteur ci-dessus

Laisser un commentaire

13 − 1 =