Guerre Israël-Hamas : les attaques se multiplient en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : les attaques se multiplient en Cisjordanie et à Jérusalem-Est

À la suite des attaques du groupe militant Hamas du 7 octobre et de l’offensive terrestre israélienne à Gaza qui a suivi, des représailles ont eu lieu contre les Palestiniens en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est.

Avec l’attention mondiale portée sur Gaza et la crise humanitaire qui y règne, la violence de la guerre a également éclaté en Cisjordanie. Les attaques des colons israéliens se sont multipliées à un rythme sans précédent, selon les Nations Unies.

L’escalade a semé la peur, aggravé le désespoir et privé les Palestiniens de leurs moyens de subsistance et de leurs maisons.

Le ministre de la Sécurité Itamar Ben Gvir a annoncé l’achat de 10 000 fusils pour les colons juifs de Cisjordanie. Environ 200 Palestiniens de Cisjordanie ont perdu la vie.

À Jérusalem-Est, les habitants comme Fahkri Abu Diab, 73 ans, font face à des menaces croissantes. Il a été informé que sa maison, une propriété dans laquelle il a vécu toute sa vie, serait démolie.

« Je sais qu’ils viendront me punir s’ils savent que je parle aux médias », a déclaré Diab à L’Observatoire de l’Europe. « Parce qu’ils m’ont déjà emmené en prison – pour quatre jours. Ils ont dit : « Vous parlez toujours avec les médias ; vous parlez toujours avec les gens solidaires. Et maintenant, si je parle ?

« Mais maintenant, je dis que s’ils veulent me punir, d’accord, ils me punissent – ​​une punition collective. Je veux dire ce qui se passe dans notre village, notre ville, dans notre région ; peut-être que quelqu’un dans le monde viendra nous aider – pour savoir ce qui nous arrive ».

Bien que les experts juridiques affirment que de telles démolitions de maisons sont illégales au regard du droit international humanitaire, il existe un sentiment croissant de désespoir dans le système juridique parmi les Palestiniens.

Selon Aviv Tetarsky, de l’ONG israélienne Ir Amin, qui œuvre pour la paix dans la région, les tensions montent :

«Les autorités, au lieu de renforcer le calme, de créer des formes de communication et d’apaiser les tensions, ne font qu’alimenter les tensions en distribuant des armes. Les politiciens incitent. Et personne n’offre réellement aux Israéliens et aux Palestiniens un moyen de vivre ensemble après que les Israéliens ont été massacrés et que les Palestiniens sont massacrés à Gaza. Et nous sommes censés gérer cette situation d’une manière ou d’une autre.

Malgré ces inquiétudes, l’adjoint au maire de Jérusalem nie une augmentation des violences et souligne que personne n’est au-dessus des lois.

Laisser un commentaire

2 × cinq =