Guerre Israël-Hamas : le point de non-retour ?

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : le point de non-retour ?

Notre journaliste internationale senior Valérie Gauriat s’est rendue en Israël et en Cisjordanie pour entendre les membres des communautés israélienne et palestinienne plus divisées que jamais par ce conflit sans précédent.

Le 7 octobre 2023, le monde a appris l’annonce d’une attaque terroriste éclair perpétrée par des militants du Hamas qui ont fait irruption depuis la bande de Gaza vers le sud d’Israël, tuant plus de 1 400 personnes et prenant au moins 240 otages.

En représailles, Israël a lancé une offensive militaire sans précédent sur la bande de Gaza, promettant de détruire le Hamas.

Au cours des deux premières semaines de l’opération Iron Swords, des milliers de civils palestiniens ont été tués et plus d’un million déplacés. Pour beaucoup, la guerre a également condamné à mort tout espoir de cohabitation future.

Notre journaliste internationale principale Valérie Gauriat vous présente des témoignages de première main sur des familles et des communautés israéliennes et palestiniennes vivant pendant le conflit.

Les horribles conséquences de l’attaque du Hamas

Quelques jours après les attaques terroristes du Hamas, les troupes israéliennes se préparaient à l’offensive terrestre annoncée sur l’enclave palestinienne. Des dizaines de milliers de réservistes ont été appelés au service.

Le tristement célèbre kibboutz Be’eri a été l’un des plus durement touchés par les terroristes du Hamas. 10% de ses 1 100 habitants ont été tués.

Les équipes de l’organisation médico-légale israélienne Zaka étaient encore sous le choc des atrocités constatées, après la reprise du village par l’armée israélienne.

« Dans la première maison où nous sommes entrés, nous avons vu un couple, un père et une mère, les mains attachées dans le dos, torturés et avec des parties de leur corps manquantes de leur vivant », a révélé Yossi Landau, commandant de ZAKA dans le sud d’Israël.

« Et de l’autre côté, deux enfants, un garçon et une fille de six ans et un garçon de sept ans, dans la même position. Torturés.

Yossi Landau, commandant du sud d'Israël, ZAKA
Yossi Landau, commandant du sud d’Israël, ZAKA

« Nous entrons dans la maison voisine. Une femme enceinte est allongée sur le sol, face contre terre. Nous la retournons. Elle est éventrée. Dans son ventre, un bébé. Un nourrisson. Un bébé à naître qui est encore connecté au cordon. Je Je pouvais voir le bébé. C’est un bébé adulte. Il vient d’être poignardé. Et elle a reçu une balle dans le dos.

De nombreux autres témoignages de torture et d’abus présumés sur des civils, notamment des viols et des décapitations, suivraient.

Les familles recherchent désespérément leurs proches disparus

Plus d’une centaine d’habitants de Beeri ont été pris en otage ou portés disparus. Yarden Roman Gat, qui a la double nationalité israélo-allemande, et sa belle-sœur Carmel font partie des civils portés disparus à Beeri.

Leurs familles et amis travaillent sans relâche pour les retrouver. Yarden rendait visite à sa belle-famille à Beeri avec son mari et leur fille lorsqu’ils ont été capturés par les assaillants.

Ils se sont échappés de la voiture qui les emmenait à Gaza et ont fui vers les bois sous les tirs de quatre hommes armés du Hamas. La jeune femme a remis l’enfant à son mari, qui a réussi à s’enfuir. Mais elle n’a pas couru assez vite. Depuis, on n’a plus entendu parler de Yarden et Carmel. Mais la belle-mère de Yarden a été tuée par les terroristes.

Liri Roman, sa famille et ses amis travaillent sans relâche pour retrouver Yarden Roman Gat et sa belle-sœur Carmel.
Liri Roman, sa famille et ses amis travaillent sans relâche pour retrouver Yarden Roman Gat et sa belle-sœur Carmel.

« Comment dire à une enfant de trois ans que sa grand-mère a été assassinée par les « mauvaises personnes » qui sont entrées chez elle ? Elle les a vus. Elle comprend », a expliqué Liri Roman, le frère de Yarden.

La famille a appelé l’Allemagne et la communauté internationale à l’aide.

« Je ne veux même pas penser à la façon dont ils les traitent, à ce qu’ils en font. Ce sera la nouvelle terreur. Ce sera le cas partout dans le monde. Aujourd’hui, c’est Israël. Mais demain, qui sait ? », a ajouté Liri.

Une semaine plus tard : la tension et le bilan des morts s’alourdissent

Une semaine après le lancement de l’offensive israélienne, le ministère de la Santé du Hamas a rapporté que plus de 1 500 personnes, dont près de la moitié étaient des enfants et des femmes, avaient été tuées et des milliers d’autres blessées dans la bande de Gaza, sous les bombardements constants.

Le tonnerre de la guerre a résonné en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupée. La sécurité a été renforcée dans la vieille ville de Jérusalem, où quelque 2 500 policiers et militaires ont été déployés pour les premières prières musulmanes du vendredi depuis le 7 octobre. L’activité était au point mort et les contrôles de sécurité étaient constants.

« La situation pour nous la semaine dernière, à cause de la guerre, a été très difficile dans la vieille ville », a déclaré Ali Jaber, un habitant de Jérusalem-Est. « Ils ont l’ordre, le feu vert pour nous tirer dessus et nous battre. « 

Les contrôles de sécurité étaient constants à Jérusalem-Est
Les contrôles de sécurité étaient constants à Jérusalem-Est

Pendant ce temps, un exode massif avait commencé depuis le nord de Gaza, après que l’armée israélienne a donné 24 heures à plus d’un million de personnes pour évacuer vers la partie sud du territoire contrôlé par le Hamas. Les Nations Unies ont averti le monde qu’une catastrophe humaine sans précédent était en train de se produire.

Les roquettes du Hamas ont continué à frapper le sud et le centre d’Israël, également sous le feu du Hezbollah libanais au nord. Plus de 120 000 personnes ont été déplacées. Le pays était en alerte.

« Ils (le Hamas) ne veulent pas seulement le Sud, ils veulent Tel Aviv, Jaffa, Haïfa et partout », a déclaré une Israélienne.

« Nous disons aux civils, partez ! Sauvez votre vie. Éloignez-vous du Hamas », a déclaré un Israélien à L’Observatoire de l’Europe, ajoutant : « L’Europe, ils ne comprennent pas ça ! Vous êtes le prochain ! Ils n’en finiront pas en Israël ! « 

La colère se tourne vers le gouvernement israélien

Pour certains en Israël, la politique gouvernementale du Premier ministre Benyamin Netanyahu a contribué à la situation actuelle. Le premier Shabbat, jour de repos juif depuis les attaques du Hamas, des centaines de personnes étaient venues protester contre le gouvernement devant le ministère israélien de la Défense à Tel Aviv.

Ils se sont ralliés aux familles des otages, exigeant leur libération immédiate.

« Voici ma fille, Liri Elbag. Elle a été kidnappée en pyjama. Tôt le matin, à Gaza. Et je veux qu’elle revienne maintenant ! » a déclaré la mère de Liri, Shira Elbag.

Shira Elbag, la mère de l'otage Liri Elbag, manifeste à Tel Aviv
Shira Elbag, la mère de l’otage Liri Elbag, manifeste à Tel Aviv

« Elle a 18 ans. Elle ne veut pas se battre ! Je crois aussi qu’à Gaza, ils ne veulent pas se battre. Personne ne veut se battre. Tout le monde veut juste vivre ! »

« Être contre le Hamas ne signifie pas que nous devons tuer un enfant à Gaza », a souligné Ronit Chitayat Kashi, militant des droits de l’homme présent à la manifestation.

La Cisjordanie prend les armes

La violence montait en Cisjordanie. Des centaines de Palestiniens ont été arrêtés. Selon les Nations Unies, plus de 50 Palestiniens ont également été tués dans des affrontements avec l’armée israélienne ou avec des colons, en l’espace de dix jours. Un chiffre qui allait plus que tripler dans les semaines suivantes.

La ville de Beitar Illit, à quelques kilomètres au sud de Jérusalem, est l’une des plus grandes colonies juives du bloc de Gush Etzion et abrite quelque 70 000 personnes.

La crainte d’attaques provenant des villages palestiniens voisins était grande parmi la population, après qu’une roquette du Hamas tirée depuis Gaza a frappé la ville, le 9 octobre.

Les habitants ont salué la décision du gouvernement israélien de fournir 10 000 armes gratuites aux colons de Cisjordanie et d’assouplir les règles sur les permis d’armes à feu. La municipalité a également organisé des programmes de formation à l’autodéfense.

Kalanit, un technicien médical d'urgence, s'entraîne dans un stand de tir près de Beitar Illit
Kalanit, un technicien médical d’urgence, s’entraîne dans un stand de tir près de Beitar Illit

Les ventes d’armes à feu ont atteint des niveaux records depuis l’attaque du Hamas du 7 octobre. Des dizaines de civils venaient également s’entraîner sur un stand de tir situé dans le plus grand centre d’entraînement d’autodéfense d’Israël, près de Beitar Illit. Beaucoup n’avaient jamais manipulé une arme à feu auparavant.

« En tant que premier intervenant, ma première chose que je veux faire est de sauver des vies. Et je ne veux pas blesser les gens », a déclaré Kalanit, un technicien médical d’urgence.

« Mais parfois, on n’a pas le choix. C’est tuer ou être tué. Et c’est horrible. J’espère ne jamais avoir besoin d’utiliser mon arme ! »

Les divisions s’accentuent dans les villes mixtes d’Israël

Dans les villes mixtes d’Israël, les communautés étaient plus divisées que jamais. La liberté de mouvement et d’expression a été restreinte pour les deux millions de Palestiniens possédant la citoyenneté israélienne.

Comme dans une des villes mixtes proches de Tel-Aviv : Lod pour les Israéliens, Lydd pour les Palestiniens. Ceux qui se disent citoyens palestiniens d’Israël, et le peuple juif appelle les Arabes israéliens, représentent 20 % de la population d’Israël.

Pourtant, dans les villes mixtes, les habitants ont le sentiment que leur sort est plus que jamais compromis.

Ghassan Monayer, militant des droits humains et travailleur social, est l’un des rares citoyens palestiniens d’Israël à Lydd à avoir accepté de nous parler.

« Les gens ont peur de dire quoi que ce soit qui pourrait les amener à être arrêtés. Nous, citoyens palestiniens d’Israël, nous trouvons dans une situation très délicate. Parce que nous voyons et entendons les deux côtés. En Israël, nous savons, nous reconnaissons que des innocents ont été tués et nous sommes contre. Mais il y a 2,2 millions de personnes à Gaza. Ils ont besoin d’espoir ! Ils ont besoin de libération ! Ils ne peuvent pas vivre en cage. »

Ghassan Monayer, militant des droits humains et travailleur social
Ghassan Monayer, militant des droits humains et travailleur social

Nous parler est aussi un risque pour Maha Nakib, une militante des droits des femmes que nous rencontrons près d’un mur séparant un quartier arabe d’un quartier juif à Lod. Son mari a perdu 20 membres de sa famille, tués dans les bombardements à Gaza.

« Nous sommes maintenant dans ce cercle de haine et de guerre, nous devons arrêter ça ! » elle crie.

Il nous faut une vraie solution pour deux personnes ! Peu m’importe si ce sera une solution de deux États ou d’un seul État, égal pour tous. Mais il faut que ce soit une solution politique. »

Une solution à laquelle Chani Luz, militante religieuse juive orthodoxe ne croit plus. Les relations entre les communautés de son quartier ont été durement touchées par les violences qui ont éclaté à Lod et dans d’autres villes mixtes d’Israël en mai 2021, dit-elle. Et toute confiance retrouvée a été brisée par les attentats du 7 octobre.

« Le pogrom que nous avons eu au cœur du pays rappelle des scènes et des souvenirs de l’Holocauste. Vous ne pouvez pas vivre avec une société qui fait de la mort son slogan. Pour les Juifs, la mort n’est pas une chose avec laquelle un Juif peut vivre », a-t-elle déclaré.

« Il n’y a aucune justification pour la terreur et les horribles atrocités qu’ils ont commises. Et il n’y a aucun moyen pour nous de continuer à vivre avec eux comme voisins. Alors s’il vous plaît, nations arabes, accueillez vos frères de Gaza ! Si vous avez vraiment peur qu’ils soient tu vas être tué par les Juifs et si tu tiens à tes frères arabes, ouvre les portes et accueille-les ! »

Au moment de notre émission, l’offensive aérienne et terrestre d’Israël sur Gaza battait son plein.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que le bilan s’élevait à plus de 10 000 morts, dont au moins 4 000 enfants.

Exigeant la libération inconditionnelle de tous les otages, Israël a rejeté les appels internationaux croissants à une trêve humanitaire.

Pendant ce temps, les milices libanaises du Hezbollah et l’armée israélienne ont continué à échanger des tirs le long de la frontière commune entre les deux pays, laissant le monde redouter un conflit régional.

Laisser un commentaire

5 × deux =