Guerre Israël-Hamas : 3 000 enfants de Gaza tués, émeutes antisémites russes, journalistes « ciblés »

Jean Delaunay

Guerre Israël-Hamas : 3 000 enfants de Gaza tués, émeutes antisémites russes, journalistes « ciblés »

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

La pénurie d’eau à Gaza oblige les Palestiniens à dépendre de la mer

Les 2,3 millions d’habitants de la bande de Gaza assiégée n’ont pas accès à l’eau potable après qu’Israël a coupé les approvisionnements essentiels à l’enclave.

Si l’eau coule du robinet, les habitants disent qu’elle est tellement contaminée par les eaux usées et l’eau de mer qu’elle est imbuvable. Dans ces circonstances, certains sont obligés d’utiliser la mer pour se baigner, laver leur linge et nettoyer leurs ustensiles de cuisine.

Dimanche, 33 camions transportant de l’eau, de la nourriture et des médicaments sont entrés depuis l’Égypte par le seul poste frontière de Gaza.

Israël a déclaré avoir ouvert deux conduites d’eau dans le sud de Gaza au cours de la semaine dernière, même s’il n’est pas clair si elles fonctionnent.

Depuis le 9 octobre, Israël impose un « siège total » à Gaza, coupant l’approvisionnement en eau, en électricité et en nourriture. Le territoire étant déjà soumis à un blocus israélien, cela inflige un lourd tribut humanitaire aux civils.

Des centaines de personnes prennent d’assaut l’aéroport russe lors d’une émeute antisémite

Des personnes ont pris d’assaut dimanche l’aéroport principal et l’aérodrome du Daghestan, scandant des slogans haineux envers les Juifs et recherchant les Israéliens, ont rapporté les agences de presse russes et les réseaux sociaux.

Les autorités ont fermé l’aéroport de Makhatchkala, la capitale de la région à majorité musulmane du sud de la Russie, et la police a convergé vers les installations.

Soixante personnes ont été arrêtées, ont annoncé lundi les autorités russes.

Le ministère de la Santé du Daghestan a déclaré que plus de 20 personnes avaient été blessées, dont deux dans un état critique. Cela comprenait des policiers et des civils.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrait certains membres de la foule brandissant des drapeaux palestiniens et d’autres tentant de renverser une voiture de police. Des slogans antisémites ont été scandés par la foule et certains ont examiné les passeports des passagers à l’arrivée, apparemment pour tenter d’identifier ceux qui étaient israéliens.

Dans un communiqué dimanche soir, le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël « attend des autorités russes chargées de l’application des lois qu’elles protègent la sécurité de tous les citoyens israéliens et des Juifs où qu’ils se trouvent et qu’elles agissent résolument contre les émeutiers et contre les incitations sauvages dirigées contre les Juifs ». et les Israéliens. »

Tout en exprimant son soutien aux Palestiniens de Gaza, le gouvernement régional du Daghestan a appelé les citoyens à rester calmes et à ne pas prendre part à de telles manifestations.

« Nous exhortons les habitants de la république à traiter la situation mondiale actuelle avec compréhension. Les autorités fédérales et les organisations internationales mettent tout en œuvre pour instaurer un cessez-le-feu contre les civils de Gaza… nous exhortons les habitants de la république à ne pas succomber aux provocations de groupes destructeurs et à ne pas semer la panique dans la société », a écrit le gouvernement du Daghestan sur Telegram.

Les journalistes sont « explicitement visés » par une frappe près de la frontière israélienne – rapport

L’analyse des vidéos et des témoignages sur les lieux des frappes qui ont tué un journaliste et blessé six autres ce mois-ci dans le sud du Liban révèle qu’ils étaient « explicitement visés », a déclaré dimanche Reporters sans frontières dans un communiqué.

Le journaliste de Reuters Issam Abdallah a été tué près du village d’Alma al-Shaab alors qu’il couvrait des escarmouches entre les troupes israéliennes et des membres du groupe militant libanais Hezbollah.

« Deux frappes au même endroit dans un laps de temps aussi court (…) dans la même direction indiquent clairement un ciblage précis », indique le communiqué.

L’analyse a révélé que les journalistes filmaient à flanc de colline depuis plus d’une heure jusqu’à ce que les frappes frappent à environ 37 à 38 secondes d’intervalle, toutes deux venant de la direction d’Israël.

Le premier tua Abdallah ; le deuxième a heurté un véhicule appartenant à une équipe d’Al Jazeera, blessant les journalistes qui se trouvaient à côté, précise le communiqué. Il a noté que les journalistes portaient des casques et des gilets marqués « presse » et que la voiture portait la mention « presse » sur le toit.

Il a ajouté que des témoins ont rapporté avoir vu un hélicoptère israélien survoler les lieux peu avant les frappes. Le rapport ne précise pas spécifiquement qu’Israël est responsable de l’incendie, affirmant que l’enquête est en cours.

L’armée israélienne n’a pas immédiatement répondu dimanche à une demande de commentaires sur l’analyse.

Le porte-parole militaire, le lieutenant-colonel Richard Hecht, avait précédemment déclaré qu’Israël « étudiait » l’épisode. Il n’a pas confirmé si les journalistes avaient été touchés par des bombardements israéliens.

Plus de 3 000 enfants tués à Gaza

Le nombre d’enfants tués dans la bande de Gaza sous blocus depuis le début de la guerre entre le Hamas et Israël au début du mois a dépassé le nombre de tués dans les conflits armés chaque année dans le monde depuis 2019, a déclaré dimanche l’organisation caritative internationale Save the Children.

Dans un communiqué, l’organisation caritative a cité les chiffres du ministère de la Santé de Gaza faisant état d’au moins 3 195 enfants tués dans la guerre déclenchée à la suite d’une attaque surprise du Hamas le 7 octobre.

Il mentionne également la mort de 33 enfants en Cisjordanie occupée et de 29 enfants tués en Israël.

La fumée s'élève suite au bombardement israélien sur la ville de Gaza, le dimanche 29 octobre 2023.
La fumée s’élève suite au bombardement israélien sur la ville de Gaza, le dimanche 29 octobre 2023.

« Les chiffres sont alarmants et, avec la violence qui non seulement continue mais s’étend à Gaza en ce moment, beaucoup plus d’enfants restent gravement menacés », a déclaré Jason Lee, directeur national de Save the Children dans le territoire palestinien occupé, dans un communiqué.

« Un cessez-le-feu est le seul moyen d’assurer leur sécurité. »

Après l’attaque sanglante sans précédent du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien, Israël a affirmé vouloir détruire le mouvement islamiste palestinien et mène depuis des bombardements incessants sur la bande de Gaza, qu’il contrôle.

Les enfants représentent environ la moitié de la population de Gaza, selon Save the Children.

Laisser un commentaire

1 × 5 =