Smoke rises following an Israeli airstrike in the central Gaza Strip, Friday, March 22, 2024.

Jean Delaunay

Guerre entre Israël et le Hamas : pourparlers sur les otages via le Qatar, raids à l’hôpital d’Al-Shifa, manifestations à Tel Aviv

Tous les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas.

Tsahal attaque le plus grand hôpital de Gaza

Les forces israéliennes ont affirmé avoir tué 170 militants du Hamas lors de violents combats près de l’hôpital Al Shifa à Gaza.

Les autorités palestiniennes ont indiqué que le raid avait entraîné la mort de cinq patients dans l’établissement médical de la ville de Gaza.

Les forces de défense israéliennes ont affirmé qu’elles ne mettraient fin à l’opération que « lorsque le dernier des terroristes serait entre nos mains – mort ou vivant ».

L’armée israélienne affirme disposer de renseignements concrets. Les combattants du Hamas sont basés à l’hôpital, qui fournit des soins médicaux essentiels et un abri aux Gazaouis.

Le Hamas a nié cela, affirmant que les personnes tuées étaient des patients et des civils.

La branche armée du groupe militant palestinien a déclaré que ses combattants étaient engagés dans des combats avec les forces israéliennes autour de l’hôpital, aux côtés du Jihad islamique.

Le mouvement anti-guerre gagne du terrain à Tel Aviv

Le samedi est devenu un jour annuel en Israël pour les manifestations antigouvernementales à travers le pays.

À Tel Aviv, les manifestants ont bloqué des ronds-points clés et se sont approchés des domiciles de politiciens et de militaires.

Ils exigent un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, afin de libérer les derniers otages détenus par le groupe militant dans la bande de Gaza.

Il reste actuellement au moins 134 otages à Gaza.

Associated Press a rapporté qu’Israël estime qu’au moins 30 d’entre eux ont été tués le 7 octobre ou sont morts en captivité.

Certains ont été tués par des tirs ou des frappes aériennes israéliennes.

Israël et le Hamas poursuivent leurs négociations sur les otages via le Qatar

Israël a provisoirement accepté de libérer plusieurs prisonniers palestiniens dans le cadre d’un compromis encouragé par les États-Unis, selon un reportage de la Douzième chaîne israélienne.

Les pourparlers indirects en cours au Qatar entre Israël et le Hamas sur un accord de libération des otages et un cessez-le-feu à Gaza n’ont jusqu’à présent pas abouti à une avancée majeure.

Une lacune majeure concerne le nombre de prisonniers palestiniens qui devraient être libérés afin de garantir la libération des femmes soldats de Tsahal retenues en otage à Gaza depuis le 7 octobre.

Israël a également insisté pour résister à la demande du Hamas selon laquelle toute future libération d’otages devrait être soumise à un cessez-le-feu, s’engageant à poursuivre sa campagne militaire à Gaza.

Guterres, de l’ONU, qualifie la situation de l’aide à Gaza de « déchirante »

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré avoir vu de longues files de camions humanitaires attendant du côté égyptien du terminal de Rafah.

Sur X, anciennement Twitter, il a déclaré : « Il est temps d’inonder Gaza d’une aide vitale. »

S’exprimant depuis le terminal de Rafah, il a lancé un nouvel appel à un cessez-le-feu à Gaza, affirmant que malgré les attaques du 7 octobre, « rien ne justifie la punition collective du peuple palestinien ».

Plus de la moitié de la population de Gaza se réfugie dans la ville voisine de Rafah, dans le sud du pays, où Israël a prévu de lancer une nouvelle offensive malgré les avertissements des agences humanitaires selon lesquels cela provoquerait une catastrophe humanitaire.

Laisser un commentaire

10 + 20 =