Guerre en Ukraine : les forces armées ukrainiennes avancent alors que Zelensky renouvelle ses appels à l’aide étrangère

Jean Delaunay

Guerre en Ukraine : les forces armées ukrainiennes avancent alors que Zelensky renouvelle ses appels à l’aide étrangère

Tous les derniers développements de la guerre en Ukraine.

L’Ukraine progresse tactiquement près de Robotyne

Les forces armées ukrainiennes ont avancé dans la principale ligne défensive russe à plusieurs niveaux, à l’est de la ville de Robotyne.

Les forces d’infanterie débarquées ukrainiennes continuent de réaliser des avancées tactiques progressives contre les positions russes et d’attiser les forces russes dans la région.

Les forces ukrainiennes ont également maintenu la pression sur les positions russes au sud de Bakhmut, réalisant des avancées progressives entre Klishchiivka et Adriivka.

Il est fort probable que la Russie ait redéployé ses forces depuis d’autres zones de la ligne de front pour remplacer les unités dégradées autour de Robotyne. Ces redéploiements limitent probablement la capacité de la Russie à mener ses propres opérations offensives dans d’autres zones de la ligne de front.

Les redéploiements sont également très probablement le signe d’une pression sur leurs lignes défensives, en particulier autour de Robotyne.

La contre-offensive menacée par la lenteur de l’aide occidentale, selon Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré que la Russie ralentissait la contre-offensive ukrainienne, accusant la « lenteur » des livraisons d’armes occidentales. Le dirigeant a également renouvelé ses appels en faveur d’armes à longue portée ainsi que de nouvelles sanctions contre Moscou.

S’exprimant vendredi, Zelensky a également souligné que le temps jouait contre l’Ukraine, la Russie misant sur une victoire républicaine à l’élection présidentielle de 2024 pour affaiblir le soutien américain à Kiev.

Selon lui, « les processus deviennent plus compliqués et plus lents lorsqu’il s’agit de sanctions économiques contre Moscou ou de fourniture d’armes » en provenance de l’Occident.

L’Ukraine se plaint notamment depuis des mois de la lenteur des négociations sur la livraison des chasseurs F-16. Plusieurs dizaines de ces appareils américains seront à terme livrés par les pays européens, mais les équipages doivent désormais être formés pendant des mois afin de les utiliser efficacement.

La contre-offensive ukrainienne, lancée en juin, s’est heurtée à de puissantes lignes de défense construites par les Russes, comprenant des champs de mines et des pièges antichar.

Cependant, une percée est apparue ces dernières semaines dans le sud, qui pourrait permettre à l’armée ukrainienne d’avancer pour couper les lignes de communication russes entre le nord et la Crimée, l’un de ses objectifs.

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, qui se trouvait à Kiev mercredi et jeudi, a jugé les « avancées significatives » de l’offensive « très, très encourageantes ».

Il a promis une nouvelle aide d’un milliard de dollars (environ 933 millions d’euros). Washington a également confirmé la fourniture d’obus à l’uranium appauvri pour donner un « élan » à l’offensive.

De nouvelles bombes russes frappent des villes ukrainiennes

L’Ukraine a confirmé vendredi la mort de quatre personnes alors que la Russie poursuit ses bombardements sur les villes ukrainiennes.

Trois civils ont été tués à Odradokamianka, dans la région méridionale de Kherson, selon le ministre ukrainien de l’Intérieur, Igor Klymenko.

A Kryvyï Rig, ville natale du président Volodymyr Zelensky, dans le sud du pays, un attentat à la bombe a touché un bâtiment administratif tuant un policier, selon les secours.

Kiev dénonce les prochaines élections locales organisées par Moscou

Kiev a méprisé les élections locales organisées par Moscou dans les régions d’Ukraine sous son contrôle.

« Les pseudo-élections menées par la Russie dans les territoires temporairement occupés ne valent rien », a souligné le ministère ukrainien des Affaires étrangères, dénonçant une « violation flagrante » de sa souveraineté.

La France a soutenu cette dénonciation, condamnant vendredi « l’organisation par la Russie d’élections simulées sur le territoire ukrainien, et notamment en République autonome de Crimée et dans la ville de Sébastopol, ainsi que dans les régions de Donetsk, Louhansk, Zaporizhia et Kherson ». .

Ces « soi-disant élections » sont « dépourvues de toute légitimité et se déroulent dans des territoires que la Russie occupe illégalement », a poursuivi la diplomatie française dans un communiqué, assurant qu’elle n’en reconnaîtrait pas les résultats.

La péninsule ukrainienne de Crimée, avec la ville de Sébastopol, a été annexée en 2014 par la Russie après un référendum que la quasi-totalité de la communauté internationale a refusé de reconnaître. Les quatre régions de Donetsk, Lougansk, Zaporizhia et Kherson ont subi le même sort – référendum et annexion – en 2022.

Laisser un commentaire

seize − six =