Guerre d'Ukraine: la Crimée "attaquée avec 20 drones" alors que les tensions sont vives en Pologne et en Biélorussie

Jean Delaunay

Guerre d’Ukraine: la Crimée « attaquée avec 20 drones » alors que les tensions sont vives en Pologne et en Biélorussie

Les derniers développements de la guerre en Ukraine

La Russie décrit l’attaque d’un drone ukrainien contre la Crimée

Le ministère russe de la Défense a déclaré samedi matin avoir déjoué une tentative d’attaque de drones ukrainiens visant la péninsule de Crimée.

« La nuit dernière (de vendredi à samedi), la tentative d’attaque terroriste du régime de Kiev par 20 drones contre des cibles sur le territoire de la péninsule de Crimée a été déjouée », a déclaré le ministère de la Défense sur Telegram.

Quatorze drones ukrainiens ont été détruits par des systèmes de défense aérienne et six autres par la guerre électronique, a-t-il ajouté.

L’attaque n’a fait ni victime ni dégât, a ajouté le ministère de la Défense.

La nouvelle est intervenue après que l’armée russe a annoncé vendredi avoir détruit un drone ukrainien dans l’ouest de Moscou, sur fond de multiplication des attaques de ce type visant la capitale russe.

« Le drone a été neutralisé par des moyens de guerre électronique et s’est écrasé dans une zone boisée à l’ouest de Moscou », a indiqué le ministère russe de la Défense sur Telegram, accusant « le régime de Kiev ».

L’armée russe a indiqué que le drone visait « une installation sur le territoire de Moscou », sans donner de détails sur la cible potentielle de l’avion.

Le maire de Moscou avait déclaré plus tôt que le drone s’était écrasé « sans causer de dégâts majeurs » dans un parc forestier au bord de la rivière Moskva, qui traverse la capitale russe.

Fin juillet et début août, des drones ont été abattus au-dessus du quartier des affaires de Moscou, causant des dommages mineurs aux façades de deux tours. En mai, deux drones ont été abattus au-dessus du Kremlin.

D’autres munitions de l’UE arrivent en Ukraine

L’Union européenne a livré 223.800 obus d’artillerie à l’Ukraine, a annoncé vendredi un porte-parole.

En mars, l’UE a approuvé un plan de 2 milliards d’euros pour envoyer à l’Ukraine un million d’obus de 155 mm à partir des stocks des États membres cette année et pour financer des achats conjoints de munitions pour Kiev.

Les forces ukrainiennes se plaignent d’une pénurie de munitions alors qu’elles tentent de déloger les troupes moscovites des territoires occupés, dans le cadre d’une contre-offensive lancée début juin.

Dans le cadre de la première phase du plan, qui s’étend du 9 février au 31 mai, 1 milliard d’euros a été affecté au remboursement aux États membres de l’UE d’environ la moitié du coût des obus fournis à partir de leurs arsenaux existants.

« Les États membres ont livré environ 223 800 munitions d’artillerie (artillerie automotrice à longue portée, munitions à guidage de précision et munitions de mortier) et 2 300 missiles de tous types », a déclaré le porte-parole de l’UE, Peter Stano.

La valeur totale des munitions fournies est de 1,1 milliard d’euros, selon l’UE.

Fin mai, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a annoncé que 200 000 obus avaient été livrés à ce jour.

Cependant, en février, plusieurs capitales européennes ont exprimé leur scepticisme quant à la capacité de fournir un million d’obus.

En préparation de la deuxième partie du plan, l’agence de défense de l’UE négocie des contrats d’approvisionnement conjoints avec des fabricants européens de munitions de 155 mm.

L’UE « s’attend à ce que les contrats-cadres avec l’industrie soient signés dans les prochaines semaines, permettant aux États membres de passer des commandes à partir de ce moment-là ».

Tout contrat doit être conclu avant la fin du mois de septembre pour être inclus dans le plan d’approvisionnement de l’UE.

Le dirigeant biélorusse appelle à reprendre contact avec la Pologne

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a annoncé vendredi avoir ordonné à son gouvernement de reprendre contact avec la Pologne, sur fond de tensions frontalières entre l’allié de Moscou et son voisin membre de l’Otan.

« Nous devons parler aux Polonais. J’ai ordonné au Premier ministre de les contacter », a-t-il déclaré, cité par l’agence de presse officielle Belta.

Les tensions entre Minsk et Varsovie sont actuellement vives, sur fond de division autour du conflit en Ukraine, la Pologne aidant Kiev financièrement et militairement, tandis que la Biélorussie est un allié de Moscou.

La Pologne, membre de l’OTAN, a déclaré jeudi qu’elle prévoyait de déployer quelque 10 000 soldats pour protéger sa frontière orientale avec la Biélorussie à titre « dissuasif ».

Selon M. Loukachenko, le gouvernement polonais recherche « l’escalade, pour aggraver la situation, afin de montrer qu’il a correctement armé et réarmé le pays », à l’approche « des élections (parlementaires) du 15 octobre  » en Pologne.

Le dirigeant biélorusse a jugé « peu probable » que dans deux mois il y ait des « changements significatifs » dans la position de Varsovie, qui seraient « bénéfiques pour eux et pour nous ».

« Ils nous demandent beaucoup (…), mais nous ne pouvons pas accepter cela, car ce serait contre nos intérêts », a-t-il dit.

La Pologne a récemment mis en garde contre la menace de provocation de la Biélorussie et les dangers potentiels posés par l’arrivée dans le pays du groupe de mercenaires russes Wagner.

Varsovie accuse également Minsk et Moscou d’orchestrer un nouvel afflux de migrants dans l’Union européenne afin de déstabiliser la région.

Selon Pawel Jablonski, vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Loukachenko peut faire beaucoup pour apaiser les tensions simplement en remplissant certaines « conditions de base ».

Si l’homme fort biélorusse « veut vraiment améliorer les relations avec la Pologne, il peut le faire de manière très simple (…) : cesser d’attaquer notre frontière, libérer les plus d’un millier de prisonniers politiques et le (journaliste biélorusse-polonais) Andrzej Poczobut, arrêtez cette campagne de haine, cette guerre hybride contre la Pologne », a-t-il lancé.

« Nous n’avons aucune intention hostile envers la Biélorussie et n’en avons jamais eu », a-t-il assuré à la télévision Polsat.

Cependant, selon M. Jablonski, « les paroles de Loukachenko restent en contradiction avec ses actions ».

Laisser un commentaire

5 × 1 =