Glyphosate : l'Europe divisée par le pesticide le plus utilisé au monde

Jean Delaunay

Glyphosate : l’Europe divisée par le pesticide le plus utilisé au monde

La Commission européenne s’apprête à renouveler pour dix ans l’autorisation du glyphosate, avec un vote prévu le 13 octobre à Bruxelles.

L’Union européenne a autorisé l’utilisation de l’herbicide glyphosate en 2017 pour une première période de cinq ans, puis pour une année supplémentaire en décembre 2022.

La décision de Bruxelles de donner le feu vert à ce produit chimique était basée sur les conclusions d’un rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), publié en juillet, qui concluait que le glyphosate ne présentait pas de « sujet de préoccupation critique ». Mais cette résolution a suscité des débats et des inquiétudes au sein des États membres de l’UE.

Théo, victime du désherbant

En 2006, Sabine ignorait toujours qu’elle était enceinte alors qu’elle utilisait du glyphosate au travail. Pourtant, ce puissant herbicide était sur le point de marquer sa vie à jamais.

« Chaque année, dans le cadre de mon métier d’organisateur de randonnées équestres, je devais utiliser un désherbant à base de glyphosate sur notre manège. C’est un espace sablonneux d’environ 700 mètres carrés. Et cela me prenait plusieurs jours pour le faire chaque année. temps », a déclaré Sabine Grataloup à L’Observatoire de l’Europe. « Et c’est à ce moment-là que Théo était dans mon ventre, c’était le début de ma grossesse et c’est justement à ce moment-là que le larynx, la trachée et l’œsophage de Théo ont été malformés. »

En 2018, Sabine a poursuivi Monsanto, le géant agrochimique américain qui vendait le pesticide. Le lien entre le glyphosate et les malformations de Théo a été reconnu par une commission d’indemnisation des enfants prénatals exposés aux pesticides.

C’est la première fois en France que cet herbicide est officiellement reconnu comme une source possible de malformations congénitales.

« C’est une somme qui a le mérite d’exister, qui est de l’ordre de 1 000 € par mois, versée de mars-avril 2023 environ jusqu’en mars 2025, donc pendant trois ans. Et en mars 2025, la Commission réexaminera le cas de Théo pour voir si l’indemnisation doit être prolongée ou si l’on considère que son état n’évolue plus », a expliqué Sabine.

Théo Grataloup, né avec plusieurs malformations dues au glyphosate.
Théo Grataloup, né avec plusieurs malformations dues au glyphosate.

Une victoire nette mais qui n’efface pas des années de souffrance.

« Théo a des malformations au niveau de l’œsophage, de la trachée et du larynx. C’est un syndrome polymalformatif, il a donc une série de malformations qui ont nécessité de nombreuses opérations. Il a subi au total 54 opérations », raconte sa mère.

Aujourd’hui encore, à cause d’une rupture de l’œsophage, Théo, aujourd’hui âgé de 16 ans, ne peut respirer qu’avec une trachéotomie, qui est un trou pratiqué dans la trachée. Jusqu’à l’âge de six ans, il a été nourri par sonde.

Théo Grataloup a subi une trachéotomie suite à une exposition in utero au glyphosate.
Théo Grataloup a subi une trachéotomie suite à une exposition in utero au glyphosate.

Avant le vote de vendredi, Sabine Grataloup lance un appel aux députés : « Ce que je voudrais leur dire, c’est de sortir le nez des chiffres, de sortir le nez des bilans économiques et des statistiques, de se dire que derrière le Selon les statistiques, il y a de vraies victimes. S’ils prennent la décision de maintenir le glyphosate sur le marché européen, ils prennent la décision qu’il y aura ces victimes, ils sont responsables de cette souffrance et de ces futures victimes. »

Qu’est-ce que le glyphosate ?

Le glyphosate est un herbicide largement utilisé dans le monde pour éliminer les mauvaises herbes qui envahissent les cultures agricoles et les espaces publics. Il a été introduit sur le marché dans les années 1970 par Monsanto sous le nom commercial Roundup, bien que de nombreux autres fabricants produisent également des formulations à base de glyphosate.

Sa popularité repose sur son efficacité indéniable dans le contrôle des mauvaises herbes, sa facilité d’utilisation et son coût relativement abordable. Son mode d’action consiste à inhiber une enzyme essentielle à la croissance des plantes, conduisant à son élimination.

Cependant, le glyphosate est au cœur de controverses et de débats en raison des inquiétudes croissantes quant à son éventuel impact sur la santé humaine et l’environnement. Selon Gergely Simon, responsable principal des produits chimiques au Pesticide Action Network (PAN Europe), une ONG dédiée aux pratiques agricoles durables et à la réduction de l’utilisation des pesticides en Europe, « le glyphosate est le pesticide le plus largement utilisé en Europe et dans le monde, et est essentiellement un herbicide. Il est utilisé pour diverses applications telles que l’utilisation avant la récolte et le dessèchement, mais il est même utilisé dans les parcs nationaux pour lutter contre les espèces envahissantes, et nous savons même qu’une assez grande quantité est utilisée, par exemple, le long des voies ferrées pour l’entretien. . Mais il y a bien d’autres utilisations que je pourrais mentionner. »

Selon les experts, cette substance pourrait facilement être remplacée. Mais Glyphosate EU, une organisation qui regroupe des entreprises favorables au pesticide, n’est pas d’accord : « De nombreuses approches alternatives proposées pour la gestion des mauvaises herbes nécessitent la réintroduction de pratiques agricoles mécanisées. Outre l’impact négatif que cela aurait sur l’environnement, les conséquences structurelles « Les conditions de nombreuses cultures ne permettent pas l’utilisation de méthodes mécaniques. Par exemple, il n’est pas possible d’utiliser des machines sans détruire les cultures », a déclaré le groupe à L’Observatoire de l’Europe.

« De plus, aucun herbicide individuel ou combinaison d’herbicides actuellement homologués en Europe ne pourrait offrir les mêmes avantages en termes de réduction du travail du sol et de possibilité d’adopter des cultures de couverture, qui sont des éléments essentiels de l’agriculture de conservation. »

Les risques

Les groupes environnementaux ont qualifié l’évaluation de l’EFSA de « choquante ».

« À notre avis, l’EFSA a minimisé les preuves existantes provenant d’études animales et épidémiologiques sur les effets du glyphosate, qui peut endommager l’ADN de certains organismes », explique Gergely Simon. « Cela indique que le glyphosate peut provoquer le cancer. Nous pensons donc que, conformément aux directives internationales de l’EPA des États-Unis, le glyphosate devrait être classé comme cancérigène, ce qui a déjà été fait par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et également par L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Ils ont tous conclu qu’il existe, sur la base des éléments disponibles, un lien probable entre l’exposition au glyphosate et le développement de cancers.

L’EFSA, pour sa part, a répondu que « les lacunes dans les données sont mentionnées » dans leur rapport, « soit comme des questions auxquelles il n’a pas été possible de répondre complètement, soit comme des questions ouvertes ».

Les trois questions qui n’ont pu être finalisées portent sur l’évaluation d’une des impuretés présentes dans le glyphosate, l’évaluation des risques alimentaires pour les consommateurs et l’évaluation des risques pour les plantes aquatiques. « Dans l’ensemble, les informations disponibles ne permettent pas de tirer des conclusions définitives concernant cet aspect de l’évaluation des risques », a déclaré l’EFSA à L’Observatoire de l’Europe.

Gergely Simon souligne que les risques ne doivent en aucun cas être sous-estimés. « De nombreuses études montrent que l’exposition au glyphosate peut être liée à la fois à l’autisme chez les enfants et à la maladie de Parkinson. Nous pensons donc que le fait que l’EFSA ait déclaré qu’il n’existe pas de protocole standardisé pour tirer des conclusions sur la neurotoxicité du glyphosate devrait être un domaine critique de l’attention. préoccupation, ce qui signifierait que le glyphosate ne pourrait pas être autorisé dans l’état actuel des choses », souligne-t-il.

« En outre, il existe un grand nombre de preuves alarmantes sur les effets destructeurs du glyphosate sur le microbiome, car le glyphosate est à la fois un herbicide et un antibiotique. Il est principalement utilisé, par exemple, pour modifier le microbiome du sol, mais aussi celui de l’homme. microbiome intestinal. Nous savons qu’il existe de nombreux risques pour la santé associés à la destruction du microbiome. Enfin, l’EFSA a confirmé que le glyphosate a le potentiel de provoquer des perturbations endocriniennes à des doses considérées comme sûres dans l’Union européenne », ajoute le représentant de PAN Europe.

« Il n’existe pas de lignes directrices internationalement reconnues pour évaluer les risques associés au microbiome dans le domaine des pesticides. Des recherches supplémentaires sont nécessaires ».

Glyphosate EU, le groupe d’entreprises favorables au renouvellement de l’autorisation du glyphosate en Europe, déclare : « Toutes les allégations ont été soulevées à plusieurs reprises et ont été traitées par les autorités de régulation, en Europe et dans le monde. tentative des organisations non gouvernementales de discréditer le dossier scientifique le plus complet présenté dans la demande de renouvellement de l’approbation du glyphosate par l’UE et de saper la confiance dans les autorités de réglementation afin d’empêcher le renouvellement de l’approbation du glyphosate dans l’UE ».

Pays opposés

L’Allemagne s’est prononcée en faveur de l’abandon du glyphosate au sein de l’Union européenne. En septembre 2023, à l’issue d’une réunion entre les représentants des 27 États membres pour discuter de la proposition de la Commission européenne, le ministre allemand de l’Agriculture mettait en garde contre les menaces qui pèsent sur la biodiversité et soulignait la nécessité d’une élimination coordonnée du glyphosate au niveau européen, tout en mettant en garde contre les niveaux inégaux de protection au sein de l’UE.

En 2021, le gouvernement allemand a annoncé sa décision de retirer le glyphosate du marché d’ici fin 2023. Le pays devrait donc voter contre le renouvellement de l’autorisation de cet herbicide au sein de l’UE lors du vote prévu le 13 octobre.

La France, de son côté, avait également tenté d’adopter des mesures restrictives à l’égard du glyphosate. En 2017, le président français Emmanuel Macron a annoncé son engagement à interdire complètement le glyphosate en France avant 2021.

Début 2019, Macron a enterré sa promesse lors du Grand Débat. « Peut-on dire qu’il n’y aura plus de glyphosate dans cinq ans ? C’est impossible. Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas vrai. Si je vous disais ça, je tuerais complètement certaines filières », a-t-il déclaré. .

PAN Europe a réalisé un sondage dans lequel les deux tiers des personnes interrogées ont déclaré vouloir une interdiction totale des pesticides comme le glyphosate. « Nous pensons que la proposition de la Commission non seulement viole le droit de l’UE, mais ignore également les préoccupations légitimes des citoyens européens. Seuls 14 % des citoyens ont exprimé leur soutien à l’utilisation du glyphosate. Environ les deux tiers des personnes interrogées ont déclaré vouloir une interdiction totale.  » conclut Gergely Simon.

Laisser un commentaire

10 + un =