GCF : les dirigeants et les entreprises du monde entier doivent s'unir pour lutter contre la cybercriminalité, déclare le chef d'Interpol

Jean Delaunay

GCF : les dirigeants et les entreprises du monde entier doivent s’unir pour lutter contre la cybercriminalité, déclare le chef d’Interpol

Le monde doit agir ensemble pour contrecarrer les cyberattaques potentiellement catastrophiques, prévient Interpol.

Les gouvernements, les chefs d’entreprise et le public doivent adopter une approche collective pour lutter contre les dangers en ligne, selon Bernardo Pillot, directeur adjoint des opérations de cybercriminalité de l’organisation.

S’exprimant aujourd’hui au Forum mondial sur la cybersécurité à Riyad, il s’est joint aux dirigeants du royaume et d’entreprises internationales, ainsi qu’à d’anciens chefs d’État, pour souligner les avantages que la coopération transfrontalière présente déjà dans un paysage cyber fragmenté, avec un nouveau un cadre politique international en préparation.

« Ce que nous constatons, c’est un changement dans la manière dont les pays travaillent ensemble », dit-il. « Nous sommes très actifs à l’ONU (avec) des processus de comités ad hoc et une nouvelle cyber-convention en cours de négociation.

« Nous faisons partie de ce processus depuis le tout début, et cela permet aux pays d’être sur la même longueur d’onde lorsqu’il s’agit d’échanger des informations. Parce que le cyberespace ne connaît pas de frontières, nous devons pouvoir agir rapidement et échanger des informations pour éviter ces menaces.

« Nous nous unissons tous et notre objectif est de réduire l’impact de la cybercriminalité et de protéger les communautés pour un monde plus sûr. »

Fondé par la National Cybersecurity Authority, ce forum de deux jours vise à réunir des leaders d’opinion pour relever les défis majeurs du cyberespace. Elle se déroule sous le thème « Définir les priorités communes dans le cyberespace ».

À l’échelle mondiale, la cybercriminalité devrait coûter aux victimes – clients et institutions – 7 600 milliards d’euros (8 000 milliards de dollars) d’ici la fin de l’année, selon Cybersecurity Ventures.

Cela fait suite à une prédiction faite par le Forum économique mondial en janvier concernant une cyberattaque mondiale « catastrophique » imminente, avec 86 pour cent des chefs d’entreprise et 93 pour cent des experts en sécurité interrogés s’attendant à une cyberattaque dans les deux prochaines années.

Pillot affirme que les plus grandes menaces en matière de cybersécurité proviennent des attaques de ransomwares, qui ont augmenté au cours des trois dernières années dans des secteurs tels que la santé, l’éducation et les infrastructures critiques.

Cependant, même si certaines menaces de ransomware ne peuvent être combattues que grâce à d’importants financements gouvernementaux destinés à suivre l’évolution des techniques de piratage des criminels, d’autres sont beaucoup plus simples à combattre.

« Nous constatons qu’un grand nombre de vulnérabilités peuvent être évitées si les gens mettent à jour leurs systèmes », dit-il. « L’éducation est essentielle et la formation des employés aux mesures de cybersécurité est essentielle pour assurer leur sécurité en ligne. »

Espace de réunion principal
Espace de réunion principal

L’événement qui se déroule dans la capitale saoudienne vise à explorer cinq thèmes principaux : le cyberespace au milieu de la polycrise, la cyber-croissance débloquée, au-delà des divisions cybernétiques, à l’intérieur des cyberesprits et des cyberhorizons émergents.

Et selon Majed Al-Mazyed, gouverneur de l’Autorité nationale de cybersécurité du royaume, chacun doit être pris en considération pour assurer notre avenir, unir les communautés mondiales et libérer le potentiel du cyberespace dans une ère de croissance exponentielle.

Il ajoute : « Nous nous engageons à combler les fossés sociaux et de développement, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte et à libérer le potentiel du cyberespace pour garantir que ses opportunités soient accessibles aux personnes du monde entier, y compris à nos communautés les plus mal desservies. »

Cette année, l’intelligence artificielle a été au centre de la croissance technologique tout en jouant un rôle croissant dans la vie quotidienne, mené par ChatGPT.

José Manuel Barroso
José Manuel Barroso

Mais à mesure qu’il s’intègre dans nos vies, le risque qu’il soit utilisé pour des cyberattaques augmente parallèlement, selon l’ancien président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

« Les développements technologiques comme l’intelligence artificielle, l’informatique quantique et autres facilitent la remise en question de la cybersécurité », dit-il.

« Les cyberattaques peuvent ainsi devenir plus fréquentes et plus dévastatrices. »

Il appelle également à une approche proactive et à une collaboration accrue face aux tensions géopolitiques, les cyberattaques jouant un rôle plus important dans les conflits.

La disparité entre les sexes est également une préoccupation au sein du secteur de la cybersécurité, avec seulement 25 pour cent des emplois dans ce domaine actuellement occupés par des femmes. Avant le panel de demain consacré aux femmes « Le cyberespace a besoin de vous », l’ancienne ministre autrichienne de l’Économie et des Affaires numériques et membre du conseil d’administration d’Aramco Digital, le Dr Margarete Schramböck, a fait l’éloge de la main-d’œuvre progressiste de l’Arabie saoudite. « Ici en Arabie Saoudite, 58 % des ingénieurs sont des femmes et vous trouverez plus d’ingénieurs en cybersécurité et de femmes ingénieurs dans les entreprises qu’en Europe », ajoute-t-elle.

« Si vous voulez des produits innovants et compétitifs, nous avons besoin de femmes. Nous avons besoin de leurs connaissances pour réduire la fracture numérique et le fossé en matière de cybersécurité. « De nombreuses initiatives sont en cours, mais il reste encore beaucoup à faire partout dans le monde. »

Laisser un commentaire

quatorze + 11 =