Palestinians line up for free as threat of starvation looms

Jean Delaunay

Garantir que l’aide parvienne à ceux qui fuient Rafah n’est « pas toujours possible », selon l’UNRWA

Les camions transportant de la nourriture, des fournitures médicales et d’autres aides essentielles se font de plus en plus rares.

Il est presque impossible de fournir une quelconque aide humanitaire à Gaza suite à l’offensive israélienne sur la ville de Rafah, dans le sud du pays, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe le directeur pour l’Europe de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens.

Quelque 1,4 million de personnes ont cherché refuge près de Rafah lorsque l’offensive israélienne a commencé il y a plus de sept mois, dans le nord de Gaza. Mais l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) classe désormais les « zones de sécurité » désignées par Israël comme « no man’s land ».

La directrice de l’agence pour l’Europe, Marta Lorenzo, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’elle craignait pour les 800 000 personnes qui sont à nouveau en mouvement après avoir quitté Rafah en raison de l’action militaire dans l’espoir de rejoindre des zones sûres.

« Al-Mawasi, par exemple, est une zone très sablonneuse. Il n’y a pas d’infrastructures, pas d’eau ni d’assainissement et il est donc extrêmement difficile pour les gens d’accéder à leurs besoins les plus élémentaires », a déclaré Lorenzo, arrivé à Bruxelles il y a moins d’un an après plus de deux décennies au Moyen-Orient.

« Lorsque les gens quittent leurs abris, nous devons également déplacer les équipes et il n’est pas toujours possible de déplacer des fournitures ou des équipements pour pouvoir prodiguer des soins de santé primaires aux personnes », a-t-elle ajouté.

L’agence gérait auparavant 22 centres de santé primaires à Gaza, mais ne compte désormais plus que sept cliniques mobiles.

Les camions transportant de la nourriture, des fournitures médicales et d’autres aides essentielles se font de plus en plus rares.

« Ce dont nous avons besoin, c’est que les passages terrestres soient ouverts. Une aide complémentaire par le biais de parachutages ou du corridor maritime est la bienvenue, mais elle ne peut pas remplacer l’aide normale qui arrive par voie terrestre », a déclaré Lorenzo.

Au cœur du problème se trouvent les deux principaux points de passage par lesquels des centaines de camions d’aide entraient chaque jour à Gaza avant le début de l’offensive quelques semaines après que le Hamas ait orchestré des attaques meurtrières en Israël le 7 octobre.

Le passage de Rafah vers l’Egypte est inopérant depuis qu’Israël en a pris le contrôle il y a deux semaines. Le passage près de Kerem Shalom, entre Israël et Gaza, est toujours ouvert mais l’ONU déclare qu’elle ne peut pas atteindre le passage pour récupérer l’aide qui a réussi à passer, car il est trop dangereux de voyager.

Environ 1,5 milliard d’euros nécessaires

Les besoins de financement de l’agence pour Gaza s’élèvent cette année à environ un milliard d’euros. L’UNRWA était présent lundi à la 8e Conférence de Bruxelles sur le soutien à l’avenir de la Syrie et de la région, où elle a demandé aux donateurs environ 400 millions d’euros pour aider près d’un demi-million de réfugiés palestiniens vivant en Syrie.

« Même si 14 ans se sont écoulés depuis le début de cette guerre, cela ne veut pas dire que les choses vont mieux pour les gens en Syrie. Laissez-moi vous donner rapidement un exemple, parce que j’étais en Syrie pour visiter nos écoles et les professeurs ont dit : je sais. que nos élèves s’évanouissent en classe parce qu’ils arrivent à l’école sans avoir mangé », a déclaré Lorenzo.

Les donateurs internationaux ont annoncé lundi qu’ils allaient consacrer 7,5 milliards d’euros en subventions et en prêts pour soutenir les Syriens touchés par la guerre, la pauvreté et la faim.

L’UNRWA a perdu un important soutien financier suite aux accusations israéliennes selon lesquelles 12 de ses 13 000 employés aidaient le mouvement Hamas. Les enquêteurs de l’ONU ont déclaré en avril que quelques noms supplémentaires avaient été ajoutés à l’enquête, concernant 14 employés de l’UNRWA.

Dans l’attente de l’enquête interne de l’ONU, certains pays ont repris leur financement, dont l’UE. L’Italie a annoncé samedi qu’elle reprendrait son financement, en transférant 5 millions d’euros.

L’Allemagne a annoncé le mois dernier qu’elle reprendrait sa coopération avec l’UNRWA suite à un rapport, dirigé par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna, sur les procédures de l’agence visant à garantir le respect des principes de neutralité.

Colonna a déclaré qu’Israël n’avait jamais exprimé d’inquiétude quant à l’implication présumée des employés de l’agence dans des mouvements politiques, ayant reçu des listes de noms depuis 2011.

Toutefois, l’argent pourrait s’épuiser en juin car les États-Unis, qui ont fourni plus de 80 % de ces fonds, n’ont pas encore levé la suspension.

Laisser un commentaire

neuf + 5 =