Fusées éclairantes, incendies et barricades : pourquoi le parti d'opposition albanais aime manifester au Parlement

Jean Delaunay

Fusées éclairantes, incendies et barricades : pourquoi le parti d’opposition albanais aime manifester au Parlement

Les flambées de violence enflamment la dissidence alors que l’opposition lutte contre les allégations de corruption, mettant en danger l’avenir politique du pays dans un affrontement aux enjeux élevés avec les socialistes au pouvoir.

Ces derniers mois, les partis d’opposition albanais ont eu recours à des tactiques perturbatrices, notamment des fusées éclairantes et du bruit, pour protester contre ce qu’ils perçoivent comme le régime autoritaire du Parti socialiste au pouvoir.

Jeudi, malgré les allégations de l’opposition faisant état d’obstruction de la part des socialistes de gauche, les législateurs ont adopté avec succès le budget annuel et d’autres projets de loi.

Les troubles remontent à octobre, coïncidant avec l’accusation par les procureurs de Sali Berisha, 79 ans, ancien Premier ministre et président et actuel chef du Parti démocrate de centre-droit, de corruption liée à un projet d’achat de terres en vertu de la loi. enquête dans la capitale, Tirana.

Au Parlement, les députés de l’opposition ont régulièrement recours à des tactiques telles qu’empiler les chaises, utiliser des fusées éclairantes, allumer de petits incendies et saisir physiquement les microphones lorsque leurs homologues socialistes parlent.

Les socialistes au pouvoir du Premier ministre Edi Rama, qui détiennent 74 sièges sur 140, ont facilement adopté le budget 2024 lors d’un vote de huit minutes et ont ensuite clos la session.

L’opposition, dirigée par Berisha, s’engage à intensifier sa résistance jusqu’à ce qu’elle obtienne le droit de créer des commissions d’enquête.

Cette perturbation au Parlement constitue un obstacle potentiel aux réformes essentielles, d’autant plus que l’Union européenne s’est lancée dans le processus d’alignement des lois albanaises sur les normes de l’UE, suite à la décision du bloc d’entamer des négociations d’adhésion avec l’Albanie et la Macédoine du Nord.

L’Albanie, membre de l’OTAN depuis 2009, est confrontée à un tournant critique dans son paysage politique.

Des membres de l'opposition brandissent des fusées éclairantes dans le bâtiment du Parlement à Tirana, en Albanie
Des membres de l’opposition brandissent des fusées éclairantes dans le bâtiment du Parlement à Tirana, en Albanie

Pourquoi l’opposition manifeste-t-elle ?

L’opposition s’oppose au recours du gouvernement aux projets de partenariats public-privé (PPP), initiés par le cabinet Rama.

Ces projets impliquent des investissements en capital confiés à des entreprises privées en raison du manque de fonds du gouvernement. En contrepartie, ces entreprises perçoivent une cotisation annuelle sur plusieurs années.

Alléguant un détournement de fonds publics à des fins personnelles, l’opposition insiste sur le fait que les commissions d’enquête parlementaires devraient examiner les prétendues affaires de corruption impliquant Rama et d’autres hauts fonctionnaires du gouvernement.

Les récentes condamnations, notamment celle d’un ancien ministre albanais de l’Environnement pour corruption dans le cadre d’un contrat d’incinération, alimentent les affirmations de l’opposition.

Bien que le gouvernement affirme l’inconstitutionnalité des demandes de l’opposition, citant un arrêt de la Cour constitutionnelle interdisant la création d’une commission parlementaire pendant les procédures judiciaires en cours, l’opposition persiste dans ses revendications.

Les manifestations ne donnent aucun résultat pour une opposition divisée

Après une décennie dans l’opposition, le Parti démocrate de centre-droit, dirigé par le plus ancien homme politique de l’Albanie post-communiste, Sali Berisha, se retrouve affaibli et fragmenté.

Berisha et les membres de sa famille ont été confrontés à des restrictions de voyage imposées par les États-Unis et le Royaume-Uni en raison de leur implication présumée dans des affaires de corruption.

Le Premier ministre Rama affirme que Berisha exploite les restes du Parti démocrate autrefois dominant à des fins personnelles dans des batailles juridiques.

Alors que Berisha était auparavant capable de rassembler un soutien substantiel lors des rassemblements, il a désormais recours à la perturbation des sessions parlementaires.

Une solution en vue ?

Les députés de l’opposition, sans préciser leurs projets, se sont engagés à intensifier les manifestations. Berisha a appelé à la « désobéissance civile », mais les perturbations se sont limitées au Parlement et les appels à un rassemblement ne se sont pas concrétisés.

Pendant ce temps, les socialistes au pouvoir poursuivent leurs activités régulières, soulignant l’approbation par le Parlement du budget le plus important jamais enregistré, deux fois plus grand qu’en 2013, lorsque les démocrates ont abandonné le pouvoir.

L’impasse politique persiste, les deux parties maintenant leurs positions, ne laissant aucune indication d’une résolution prochaine, un modèle cohérent avec l’Albanie post-communiste, où les solutions nécessitent souvent l’intervention de médiateurs internationaux.

Laisser un commentaire

2 × 1 =