Ongoing hearings in the UK regarding the UK Post Office and IT firm Fijitsu alledged wrongdoings, that led to hundreds of wrongful convictions.

Milos Schmidt

Fujitsu s’excuse pour son rôle dans le scandale de la Poste britannique

Fujitsu, la société à l’origine du contrat Horizon IT qui a fait scandale au sein de la Poste britannique, s’est excusée pour sa part dans le fiasco et a annoncé son intention de contribuer à l’indemnisation des sous-maîtres de poste lésés.

Le patron européen de la société informatique japonaise Fujitsu, la société à l’origine du logiciel Horizon déployé par la poste britannique qui a conduit à des accusations de vol contre des centaines de sous-maîtres de poste, a présenté ses excuses pour la part de son entreprise dans le scandale.

Le directeur de Fujitsu Europe, Paul Patterson, a déclaré devant une commission de députés qui font partie d’une enquête sur le scandale : « Fujitsu souhaite s’excuser pour notre part dans cette effroyable erreur judiciaire. Nous avons été impliqués dès le début.

« Nous avons eu des bugs et des erreurs dans le système et nous avons aidé la Poste dans ses poursuites contre les sous-maîtres de poste et nous en sommes vraiment désolés », a-t-il déclaré.

Les sous-maîtres de poste ont été accusés à tort de vol, de fraude et de fausse comptabilité, et plus de 700 d’entre eux ont été condamnés.

Après une bataille qui a duré plus de 20 ans et qui s’est terminée devant le plus haut tribunal du Royaume-Uni, il a été prouvé que le véritable coupable était un problème informatique dans le logiciel Horizon.

Lorsqu’on lui a demandé si le personnel de Fujitsu était au courant de bugs et de problèmes dans le système avant 2010, Patterson n’a pas été clair au début sur sa réponse, mais a ensuite répondu : « Mon intuition serait oui. »

Patterson a déclaré aux responsables politiques britanniques que la société n’avait pas encore prévu de compensation, mais qu’elle en reconnaissait la nécessité et qu’elle serait en discussion avec le gouvernement britannique pour déterminer le montant de cette compensation.

Il a déclaré : « Nous n’avons pas encore pris de dispositions à ce sujet. Je ne peux pas encore donner de chiffre à ce sujet, mais lorsque nous arriverons à cette position, nous devrons absolument prendre des dispositions à cet effet. »

Le dirigeant de Fujitsu a été interrogé sur la question de savoir si l’entreprise continuerait à soumissionner pour des contrats gouvernementaux et a reconnu que la réputation de son entreprise avait été ternie.

« Il est très clair que notre marque et notre valeur au Royaume-Uni sont remises en question, et nous examinerons toutes ces opportunités et déciderons oui ou non », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé si Fujitsu était une entreprise éthique, il a répondu : « Je crois que nous sommes une entreprise éthique. L’entreprise d’aujourd’hui est très différente de celle du début des années 2000. »

Le gouvernement britannique prévoit de réserver un milliard de livres (1,16 milliard d’euros) pour indemniser les personnes condamnées à tort et celles dont la vie a été détruite par ce que le Premier ministre Rishi Sunak a décrit comme « l’une des plus grandes erreurs judiciaires de l’histoire de notre pays ».

Une partie de l’indignation du public contre la Poste était la révélation que la Poste disposait de ses propres procédures d’application de la loi et n’était pas soumise à une intervention extérieure.

Lorsque les directeurs des Postes locales – connus sous le nom de sous-maîtres de poste – ont commencé à constater des pertes inexpliquées dans leur comptabilité, on leur a dit qu’ils seraient responsables de les couvrir car il n’y avait aucun problème avec le système de la Poste et le logiciel Horizon qu’il utilisait. C’était faux.

Fujitsu fait l’objet d’un examen plus minutieux cette semaine alors qu’un certain nombre de travailleurs comparaissent devant des politiciens pour tenter de déterminer ce que l’entreprise savait des bugs et si leurs actions constituent un parjure.

Laisser un commentaire

4 × un =