Fridays for Future: les grèves scolaires de Greta ont amené un tiers des Suisses à changer leurs habitudes

Jean Delaunay

Fridays for Future: les grèves scolaires de Greta ont amené un tiers des Suisses à changer leurs habitudes

« L’action collective peut avoir un effet direct sur la société », montre une étude sur les grèves pour le climat.

Près d’un tiers des Suisses ont modifié leurs habitudes quotidiennes à la suite des grèves climatiques de Greta Thunberg, selon une nouvelle étude.

Le mois dernier, le mouvement mondial de la jeunesse – qui voit les écoliers faire grève pour exiger une action contre le changement climatique – a célébré son cinquième anniversaire.

Aujourd’hui, une étude de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) examine l’impact plus large de ces grèves sur les choix environnementaux des citoyens.

Environ 30 pour cent des résidents suisses interrogés ont déclaré avoir modifié leurs habitudes de transport, d’achat et de recyclage à la suite des manifestations.

Qu’est-ce que Fridays for Future ?

Greta Thunberg a lancé sa « grève scolaire pour le climat » à l’été 2018, séchant l’école pour exiger une action politique face à la crise climatique.

L’année suivante, le mouvement s’est transformé en un mouvement mondial impliquant quelque 4 millions d’étudiants dans 150 pays.

En juin, Greta a obtenu son diplôme, marquant la fin de ses journées de protestation à l’école. Mais l’héritage du jeune activiste perdure, avec des centaines de grèves programmées chaque vendredi dans le monde entier.

Quel impact les grèves scolaires de Greta ont-elles eu sur les citoyens suisses ?

Afin d’examiner l’impact plus large des grèves scolaires pour le climat, des chercheurs de l’EPFL ont interrogé des résidents suisses à la suite des manifestations d’octobre et novembre 2019.

Plus de 1 200 personnes âgées de 18 à 74 ans, qui n’ont pas participé aux grèves, ont répondu à des questions sur leurs habitudes environnementales avant et après les manifestations.

Les résultats, publiés cette semaine, montrent que la majorité des participants ont accueilli favorablement Greta et Fridays for Future. Et pour 30 pour cent d’entre eux, cela s’est traduit par des actions concrètes.

« Nos résultats ont montré que les gens sont devenus plus conscients de la façon dont leur comportement affecte l’environnement et que des changements importants sont en cours au niveau individuel », explique Livia Fritz, chercheuse et auteure principale de l’étude.

Comment les résidents suisses ont-ils changé leurs habitudes après la grève du climat scolaire ?

Les personnes interrogées ont déclaré avoir apporté les changements les plus importants dans trois domaines : le transport, les habitudes d’achat et le recyclage.

Les changements dans les habitudes de transport incluent la recherche d’alternatives à la voiture pour se rendre au travail, comme la marche ou le vélo, et l’évitement de l’avion en choisissant des destinations de vacances plus proches de chez soi.

Les participants à l’enquête ont également déclaré rechercher des produits locaux et biologiques, manger davantage de repas végétariens et déployer de plus grands efforts pour réduire les déchets plastiques à la suite des manifestations pour le climat.

« Notre étude a révélé que ce type d’engagement civique par le biais d’une action collective peut avoir un effet direct sur la société, confirmant ainsi qu’une telle action est justifiée », explique Livia.

« Nous avons également constaté que les changements apportés au niveau individuel peuvent conduire à des changements sociétaux plus larges à condition qu’ils soient en même temps soutenus par une action politique. »

Laisser un commentaire

4 × 2 =