pension

Bastien

Fraude : une femme au Maroc touche la pension de sa mère décédée depuis 25 ans

La fraude aux prestations sociales, bien que répandue, frappe par son audace lorsqu’elle se perpétue sur de longues périodes. Tel est le cas d’une septuagénaire française, originaire de l’Eure mais résidant au Maroc, qui a illégalement perçu la pension de sa mère décédée depuis 1998. Pendant près de 26 ans, cette femme a réussi à éviter les contrôles, accumulant environ 200 000 euros avant que son stratagème ne soit mis à jour lors d’une vérification de routine.

Découverte et conséquences judiciaires

Le tribunal correctionnel d’Évreux a récemment statué sur ce cas, condamnant la coupable à 15 mois de prison avec sursis probatoire de trois ans. En outre, elle est tenue de rembourser intégralement les sommes indûment perçues à la caisse de retraite. Cette affaire soulève des questions sur l’efficacité des mécanismes de contrôle en place pour prévenir de telles fraudes.

Le système actuel et ses failles

Le processus actuel repose sur une mise à jour hebdomadaire des fichiers de décès par les mairies, informations ensuite communiquées à la caisse d’assurance vieillesse. Toutefois, comme le souligne Charles Prats, ancien magistrat spécialisé dans la lutte contre la fraude, cette chaîne d’information dépend crucialement de la déclaration du décès. Sans cette déclaration, le système peine à stopper les versements indus, laissant une porte ouverte aux fraudeurs.

Réponse gouvernementale à la fraude

Face à ce phénomène persistant, le gouvernement français a renforcé ses efforts pour endiguer toutes formes de fraudes, notamment avec la création du Conseil d’évaluation des fraudes en octobre dernier. Cette initiative s’inscrit dans une démarche globale visant à obtenir une vue d’ensemble plus précise des différentes fraudes pour mieux les combattre. Le projet de loi de finances pour 2024 inclut de nouvelles mesures, comme un régime de sanctions renforcé pour les fraudes aux aides publiques et le délit d’incitation à la fraude sociale ou fiscale.

Vers une meilleure intégrité des systèmes de prestations

La nécessité de disposer de données fiables et de fixer des objectifs clairs a été mise en avant par Thomas Cazenave, ministre délégué aux Comptes publics. L’objectif est double : assurer une équité fiscale et garantir que les bénéficiaires d’aides sociales reçoivent les prestations auxquelles ils ont droit, tout en prévenant les abus.

L’affaire mise en lumière par le tribunal d’Évreux est un rappel poignant de la nécessité constante de vigilance et de mise à jour des systèmes de contrôle pour protéger les ressources publiques et maintenir la confiance dans les institutions sociales.

Laisser un commentaire

neuf + treize =