A caravan park is flooded after heavy rains in Geraardsbergen, Belgium, Thursday, Jan. 4, 2024.

Jean Delaunay

Forever Chemicals : un rapport révèle des niveaux « alarmants » de contamination des eaux souterraines en Europe

Des échantillons ont révélé des niveaux élevés d’acide trifluoroacétique dans les réserves d’eau de dix pays européens.

Une étude conjointe de 23 échantillons d’eau de surface et de six échantillons d’eau souterraine provenant de dix pays de l’UE a mis au jour des niveaux élevés d’un « produit chimique éternel » largement inconnu et non réglementé.

Des niveaux préoccupants d’acide trifluoroacétique, ou TFA, ont été détectés en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg, en France, en Allemagne, en Autriche, en Espagne, en Croatie, en Bulgarie et en Suède.

L’enquête a été menée par les organisations membres du Réseau européen d’action contre les pesticides (PAN), qui ont appelé à une action politique rapide pour résoudre le problème.

Il n’est actuellement pas strictement réglementé, car classé comme « non pertinent » par les autorités européennes.

Le TFA est un type de substance per- et polyfluoroalkyle (PFAS), un groupe de produits chimiques artificiels utilisés dans les produits de consommation qui ne se décomposent pas pendant des milliers d’années. On pense que cela nuit à la fertilité et au développement de l’enfant.

Les concentrations trouvées dans les échantillons d’eau étaient 70 fois supérieures à la contamination moyenne de tous les PFAS examinés combinés, selon une analyse menée par le Centre technologique de l’eau de Karlsruhe.

Selon PAN Europe, la directive-cadre européenne sur l’eau, entrée en vigueur en 2000, aurait dû empêcher cette contamination. L’article 4 de la directive exige que les États membres prennent les mesures nécessaires pour inverser la concentration de polluants résultant de l’activité humaine.

Helmut Burtscher-Schaden, biochimiste à l’organisation environnementale GLOBAL 2000, a déclaré qu’il était très préoccupant de constater que des « produits chimiques éternels » se sont répandus si largement.

« Des concentrations comparables élevées de PFAS plus importants ne sont généralement rencontrées qu’aux points chauds de contamination », a-t-il expliqué.

« Le problème des PFAS, qui depuis 25 ans a été principalement compris comme un problème de points chauds hautement contaminés mais localisés, s’est désormais étendu à toutes les masses d’eau. »

Sur la base des 23 échantillons prélevés dans les eaux souterraines et de surface, les niveaux les plus élevés de TFA ont été trouvés dans la rivière Mehaigne en Belgique, dans l’Elbe en Allemagne et dans la Seine en France.

La question de la qualité de l’eau est l’un des thèmes de la Semaine verte européenne, qui se déroule jusqu’à jeudi à Bruxelles.

Le ministre bruxellois de la Transition climatique, Alain Maron, a déclaré : « Il faut évoluer vers d’autres modes de commercialisation. Très franchement, je ne vois pas comment on peut se débarrasser des PFAS autrement qu’en arrêtant de les rejeter dans la nature.

Laisser un commentaire

17 − 3 =