Fontaine de jouvence : Vivre à proximité d'un espace vert peut réduire votre âge biologique de 2,5 ans

Jean Delaunay

Fontaine de jouvence : Vivre à proximité d’un espace vert peut réduire votre âge biologique de 2,5 ans

Le fait de vivre près d’un parc pourrait-il vous rendre « plus jeune » que votre âge réel ?

A la recherche d’une fontaine de jouvence ?

Arrêtez de gaspiller votre argent en cosmétiques coûteux et passez plus de temps dans les parcs.

Une nouvelle étude a montré que l’accès aux parcs et jardins communautaires dans votre quartier peut ralentir la croissance biologique vieillissement.

Une équipe de recherche conjointe espagnole et américaine a découvert que les personnes vivant à proximité espaces verts sont en moyenne 2,5 ans biologiquement plus jeunes que ceux qui n’en ont pas.

« Vivre près de plus de verdure peut vous aider à être plus jeune que votre âge réel », a déclaré Kyeezu Kim, auteur principal de l’étude et chercheur postdoctoral à la Feinberg School of Medicine de l’Université Northwestern.

« Nous pensons que nos découvertes ont des implications importantes pour aménagement urbain en termes d’expansion des infrastructures vertes pour promouvoir la santé publique et réduire les disparités en matière de santé.

Comment les scientifiques mesurent-ils l’âge biologique?

Cette nouvelle étude a examiné l’impact des parcs sur l’âge biologique.

L’équipe a analysé un type de ADN modification chimique connue sous le nom de « méthylation ». La « méthylation » est un processus chimique qui se produit dans notre ADN.

Certains schémas de méthylation de l’ADN ont tendance à changer avec l’âge, et ces changements peuvent être utilisés pour estimer l’âge biologique d’une personne au niveau moléculaire – ce que l’on appelle une « horloge épigénétique ».

En vérifiant cette horloge, les scientifiques peuvent prédire les risques de crise cardiaque, de cancer ou de déclin cognitif d’une personne.

Comment la visite d’un parc fait-elle reculer votre horloge épigénétique ?

Le Dr Kim et son équipe ont analysé les adresses personnelles de 924 personnes dans quatre villes américaines sur 20 ans – de 1986 à 2006 – pour déterminer à quelle distance elles vivaient de la végétation et des parcs.

Ils ont associé ces données à des échantillons de sang prélevés au cours de la même période, en contrôlant d’autres variables telles que l’éducation, le revenu et des facteurs de risque tels que le tabagisme.

Les résultats sont saisissants. Un groupe de répondants vivait à des adresses entourées d’une couverture verte de 20 % dans un rayon de 5 km. Ils avaient environ 2,5 ans de plus biologiquement que ceux dont les maisons étaient entourées de 30% vert couverture.

toile
Les espaces verts peuvent réduire votre âge biologique, selon une nouvelle étude.

Un nombre plus élevé d’interactions sociales et une activité physique accrue sont en partie responsables de cette disparité dans les âgeils ont dit.

Selon les auteurs de l’étude, le lien entre vieillissement épigénétique et espaces verts est encore plus fort chez les personnes issues de quartiers défavorisés.

Quels autres avantages pour la santé les espaces verts ont-ils ?

Les avantages pour la santé de visiter la nature urbaine sont bien documentés.

Selon un étude finlandaise publié en janvier de cette année, visiter les espaces verts réduit les chances d’un ville résident devant prendre asthme ou les médicaments contre l’hypertension artérielle d’un tiers et d’un quart, respectivement.

La fréquentation du parc peut également réduire considérablement l’utilisation de médicaments pour la santé mentale, la faisant chuter de 33 %.

« Cette étude fournit des informations précieuses dont les urbanistes et les décideurs doivent tenir compte, en particulier dans les discussions en cours sur les stratégies de logement », a déclaré le Dr Mirjam Schindler, maître de conférences en géographie humaine à l’Université Victoria de Wellington.

« Proximité avec espaces verts est essentiel pour libérer leurs effets sur la santé, y compris le potentiel de ralentissement du vieillissement épigénétique.

Les espaces verts sont bons pour la planète

Les espaces verts sont de plus en plus importants à mesure que la planète se réchauffe.

Les zones urbaines agissent comme des « îlots de chaleur » en été, car le béton et l’asphalte absorbent les rayons du soleil. Pendant vagues de chaleurla température à Paris peut grimper jusqu’à 10 degrés Celsius de plus que dans les campagnes environnantes.

De plus en plus de personnes vivent dans villes, aussi. Plus de la moitié de la population mondiale vit désormais dans des zones urbaines, et il est prévu que ce pourcentage passe à 68 % d’ici 2050.

Laisser un commentaire

15 − quatre =