The sun sets behind the cole-fired power plant

Milos Schmidt

FMI : la croissance mondiale sera plus forte que prévu en 2024 à 3,1%

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ses prévisions de croissance mondiale, tablant sur une croissance de 3,1 % en 2024. Toutefois, les perspectives de l’Europe ne sont pas aussi positives.

La croissance mondiale est plus forte que prévu et atteindra 3,1 % en 2024, comme en 2023, car les États-Unis et les économies émergentes ont fait preuve de résilience face aux crises précédentes, grâce à une forte consommation qui stimule la croissance, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Le FMI a augmenté ses prévisions précédentes de 0,2 %, dans son dernier rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale, en tenant compte des révisions à la hausse pour la Chine, les États-Unis et les grandes économies en développement.

Le PIB mondial devrait accélérer légèrement en 2025, de 3,2 %.

Cependant, la croissance mondiale est historiquement faible, le PIB mondial moyen des années 2000-2019 était de 3,8 %.

Une croissance fragile en Europe

Les perspectives pour l’Europe ont été légèrement dégradées pour cette année, en grande partie en raison d’une croissance plus faible que prévu en 2023. Les conditions monétaires serrées et, dans certains cas, le retrait du soutien budgétaire après la pandémie, associées à une faible productivité ont freiné la croissance du bloc. performance.

Les économies européennes portaient également encore les marques d’une exposition relativement élevée à la guerre en Ukraine.

Le FMI estime que l’économie de la zone euro a connu une croissance de 0,5 % en 2023.

En outre, en 2024, le FMI a abaissé ses prévisions de 0,3 % par rapport à son rapport précédent d’octobre et prévoit désormais une reprise, avec une croissance du PIB atteignant 0,9 % dans le bloc, alimentée par une consommation des ménages plus forte, ainsi qu’un ralentissement de l’inflation et une croissance des revenus réels. surgir.

L’économie britannique est confrontée à un scénario similaire, avec une modeste reprise de la croissance de 0,6 % en 2024, après une croissance estimée à 0,5 % en 2023, à mesure que les effets négatifs décalés des prix élevés de l’énergie s’atténuent. Plus tard en 2025, l’économie britannique devrait croître de 1,6 %, car la désinflation entraînera probablement un assouplissement des conditions financières par la Banque d’Angleterre et une reprise des revenus réels.

L’Allemagne, l’économie la plus forte de l’UE, devrait connaître une contraction, son PIB devrait chuter de 0,3 % en 2023 et se redresser en atteignant une croissance de 0,5 % cette année, avant d’atteindre 1,6 % en 2025.

La France, deuxième économie du bloc, devrait connaître une croissance de 1 % cette année et de 1,7 % en 2025.

L’Italie a probablement les perspectives les plus sombres parmi les principales économies de la zone euro, puisque le FMI estime une croissance de 0,7 % en 2023, ainsi qu’en 2024 – et seulement de 1,1 % pour l’année prochaine.

L’Espagne, en revanche, devrait connaître une croissance de 1,5 % cette année, après une croissance de 2,4 % en 2023, et devrait retrouver le cap avec 2,1 % en 2025.

Les prévisions notent que la Russie a affiché une performance plus forte que prévu en 2023, en raison de dépenses militaires élevées et d’une forte consommation.

Cela a joué un rôle dans l’augmentation par le FMI des prévisions de PIB de la Russie à 2,6 % en 2024, ce qui pourrait être suivi d’une forte baisse et n’afficher qu’une croissance de 1,1 % en 2025.

Croissance mondiale : résiliente mais lente

Les États-Unis, cependant, se montrant plus résilients que prévu, sont confrontés à un ralentissement par rapport à leurs sommets actuels.

Principalement en raison des conditions monétaires strictes et des coûts d’emprunt élevés, le FMI s’attend à ce que le PIB américain ralentisse, passant de 2,5 % en 2023 à 2,1 % cette année – et à 1,7 % en 2025.

L’économie américaine devrait également subir les effets décalés du resserrement budgétaire progressif et du ralentissement du marché du travail, avec moins de postes vacants et un chômage légèrement plus élevé.

Cela pourrait faire baisser la consommation, source des deux tiers de la croissance de la plus grande économie mondiale.

Toutefois, pour cette année, le FMI a ajouté une révision à la hausse de 0,6 % depuis le rapport d’octobre 2023, sur la base des résultats d’une croissance plus forte que prévu en 2023.

Quelles sont les performances des économies émergentes ?

Ce qui est considéré comme le moteur de la croissance mondiale pourrait être à bout de souffle, car la croissance dans les pays émergents et en développement d’Asie devrait décliner au cours des deux prochaines années. L’estimation du FMI est de 5,4%, 5,2% et 4,8% respectivement pour 2023, 2024 et 2025.

Toutefois, les prévisions pour cette année ont été modifiées à la hausse de 0,4%, principalement en raison des performances meilleures que prévu de l’économie chinoise.

Une inflation en baisse dans le monde

L’inflation globale et l’inflation sous-jacente diminueront au cours des deux prochaines années, les économies avancées étant en tête.

L’inflation globale mondiale (y compris la volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie) devrait baisser d’environ 6,8 % l’année dernière à 5,8 % en 2024 et 4,4 % en 2025.

Les économies avancées devraient connaître une désinflation plus rapide, atteignant 2,6 % en 2024. (L’objectif d’inflation de la Banque centrale européenne, de la Banque d’Angleterre ainsi que de la Réserve fédérale est de 2 %).

Cela pourrait laisser la place à un assouplissement des conditions monétaires strictes aux États-Unis et en Europe.

Le FMI prévoit que les taux directeurs resteront aux niveaux actuels de la Réserve fédérale, de la Banque centrale européenne et de la Banque d’Angleterre jusqu’au second semestre 2024, avant de baisser progressivement à mesure que l’inflation se rapproche des objectifs.

Des risques à l’horizon

Le rapport note que la croissance économique pourrait être encore plus élevée que les prévisions actuelles en raison d’une désinflation plus rapide que prévu et d’une politique budgétaire de soutien prolongée à travers le monde, ainsi que d’une reprise plus rapide en Chine et si l’intelligence artificielle augmente la productivité à moyen terme. terme.

Cependant, la croissance pourrait être freinée par de nouvelles flambées des prix des matières premières dues à des chocs géopolitiques, notamment des attaques continues en mer Rouge qui alimentent l’inflation, entraînant des taux élevés pendant une période plus longue que prévu. Cela empêcherait les entreprises d’emprunter de l’argent et d’investir, ce qui ralentirait la croissance économique.

La croissance chancelante de la Chine, principalement alimentée par les craintes concernant son secteur immobilier, pourrait également laisser de graves traces sur l’économie mondiale, qui fournit 25 % de son PIB.

Le FMI conseille aux décideurs politiques d’orchestrer soigneusement la baisse finale de l’inflation, tout en retirant progressivement le soutien budgétaire mis en place pendant la pandémie de Covid-19, sachant que les dettes publiques atteignent des niveaux très élevés.

Une politique budgétaire plus souple pourrait soutenir temporairement la croissance. Cependant, il est temps de reconstituer les réserves pour se préparer aux chocs futurs et parvenir à la viabilité de la dette, note également le rapport.

Selon le FMI, les réformes structurelles nécessaires renforceraient la croissance de la productivité et la viabilité de la dette.

En outre, une coordination multilatérale plus efficace est nécessaire, entre autres, pour créer un espace pour les investissements nécessaires et pour atténuer les effets du changement climatique.

Laisser un commentaire

dix-neuf − 1 =