Fake news, rêves utopiques et Père Noël : les eurodéputés échangent des piques autour de la loi sur la restauration de la nature

Jean Delaunay

Fake news, rêves utopiques et Père Noël : les eurodéputés échangent des piques autour de la loi sur la restauration de la nature

Les gants ont définitivement été enlevés lors d’un débat au Parlement européen sur la controversée loi sur la restauration de la nature.

Les conservateurs et les progressistes se sont opposés, échangeant une variété d’accusations et de reproches qui ont clairement exposé le profond gouffre politique qui a effectivement divisé l’hémicycle en deux.

Au cœur du différend se trouve la loi sur la restauration de la nature, un projet de loi visant à réhabiliter les écosystèmes dégradés d’Europe et à ramener les espèces perdues. Le règlement établit des objectifs juridiquement contraignants dans sept domaines d’action, dont les terres agricoles, les tourbières, les pollinisateurs et les fonds marins, dans le but ultime d’inverser la perte de biodiversité causée par l’activité humaine incontrôlée et le changement climatique.

Mais la loi, telle qu’elle a été conçue par la Commission européenne, est devenue la cible d’énormes critiques de la part des partis de droite, en particulier du Parti populaire européen (PPE), le plus grand groupe parlementaire, qui mène depuis des semaines une campagne d’opposition sans relâche pour vers le bas la législation dans son intégralité.

La loi sur la restauration de la nature fait face à un moment décisif mercredi lorsque l’hémicycle doit voter sur le texte intégral, à la suite des évaluations négatives faites par trois comités différents.

Avant cette occasion cruciale, les députés ont eu l’occasion de discuter en face à face du contenu de la législation proposée. Mais le débat de mardi s’est rapidement transformé en une succession vertigineuse de récriminations politiques, d’accusations, de moqueries et d’interruptions qui ont duré plus de deux heures et demie.

Des groupes conservateurs, avec le PPE en tête, ont attaqué la loi sur la restauration de la nature, affirmant que ses obligations d’améliorer la santé des terres agricoles menaceraient les moyens de subsistance des agriculteurs européens, perturberaient les chaînes d’approvisionnement, diminueraient la production alimentaire et augmenteraient les prix pour les consommateurs – affirme que ont été largement contestées par les ONG, les climatologues, l’industrie des énergies renouvelables et le secteur privé.

« La proposition de la Commission (européenne) va directement dans la mauvaise direction », a déclaré Christine Schneider, membre PPE d’Allemagne.

« La protection de la biodiversité ne peut aller que de pair avec la population, non pas en imposant des règles aux forestiers, aux agriculteurs, et en les rendant responsables de la disparition de la biodiversité, non en supprimant des terres arables et en mettant en danger la production alimentaire, non en dressant l’environnement contre agriculture. »

Les législateurs eurosceptiques sont allés encore plus loin, évoquant la perspective d’une propriété privée expropriée, d’un chômage croissant et de zones rurales abandonnées, en plus de leurs allégations habituelles de chantage démocratique et de violation de la souveraineté nationale.

« Alors que nous sommes confrontés à une crise alimentaire imminente, vous poursuivez des chimères utopiques. Vous sacrifiez nos agriculteurs sur l’autel de votre idéologie écologique », a déclaré Aurélia Beigneux, députée européenne française du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie (ID).

Les partis de gauche ont défendu à tour de rôle la loi sur la restauration de la nature, la présentant comme un élément essentiel pour assurer la viabilité à long terme des sols européens et constituer des tampons contre les effets les plus néfastes de la crise climatique.

Les progressistes ont sévèrement dénoncé le PPE pour son comportement antagoniste et sa campagne incessante sur les réseaux sociaux, qui a pris la semaine dernière une tournure surprenante avec un tweet bizarre qui affirmait que la loi « expulserait le Père Noël de sa maison » en transformant « toute la ville de Rovaniemi en forêt ».

« PPE, que s’est-il passé ? Vous avez quitté la table des négociations. Vous tweetez à propos du Père Noël. C’est très drôle. Mais revenons à la réalité. Prenons ce vote et il est enfin temps que vous souteniez la restauration de la nature », a déclaré Bas Eickhout, des Verts.

« La tentative menée par le Parti populaire européen de rejeter la loi sur la restauration de la nature envoie un message dévastateur sur la viabilité du Green Deal. La droite a fait de l’agenda environnemental la voie idéale pour son différend électoral avec l’extrême droite », a déclaré Iratxe García. Pérez, président des Socialistes & Démocrates (S&D).

Pris au milieu du feu, Renew Europe, le groupe libéral, dont les divisions internes sur le projet de loi ont empêché une position commune.

Si, comme prévu, la grande majorité des législateurs conservateurs apprenants votent mercredi contre la législation, une poignée de voix de Renew Europe suffirait à faire pencher la balance et à sceller son sort.

« Nous ne devons pas autoriser ce populisme d’extrême droite, ces fausses nouvelles et ces mensonges que vous propagez depuis un an et que vous avez à nouveau effrontément répétés dans cette maison », a déclaré Pascal Canfin, l’un des défenseurs les plus virulents de Renew Europe pour la loi. .

Mais son collègue néerlandais, Jan Huitema, a exprimé un point de vue diamétralement opposé.

« La proposition, sur le papier, semble fantastique mais en réalité, cela ralentirait inutilement les choses », a déclaré Huitema. « De toutes les propositions législatives que j’ai examinées pendant mon séjour au Parlement, c’est celle qui aura le plus grand impact sur les gens chez nous. C’est une proposition que nous ne pouvons pas accepter. »

A la fin du débat, Virginijus Sinkevičius, le commissaire européen à l’environnement, a pris la parole et a réfuté plusieurs « idées fausses » et « malentendus » exprimés par des eurodéputés, qu’il a nommés.

Sinkevičius a déclaré que le temps « manquait » pour inverser le déclin de la biodiversité européenne et a averti l’exécutif du bloc, comme annoncé précédemmentne proposerait pas un tout nouveau texte si celui actuellement sur la table s’effondrait.

« Vous pourriez être surpris d’entendre cela, mais pour moi, ce débat a montré qu’un accord est possible », a déclaré Sinkevičius. « Un compromis est possible et à portée de main. Les divergences ne sont pas assez grandes pour justifier un rejet. »

Laisser un commentaire

vingt − 11 =