The myth that the EU is creating a European army has resurged on social media ahead of the European elections

Jean Delaunay

Fact-checking : l’UE met-elle en place une armée européenne ?

Les critiques de l’UE affirment depuis longtemps que le bloc a créé une armée commune ou le fera bientôt, citant les appels de voix pro-européennes qui souhaitent une union toujours plus étroite. Le Cube déballe le mythe.

L’idée selon laquelle l’Union européenne a créé ou est en train de créer une armée paneuropéenne qui enrôlera les citoyens des États membres est souvent utilisée pour attaquer le leadership et la direction générale du bloc.

Cette idée est généralement colportée par les partis de droite et les eurosceptiques actifs sur les réseaux sociaux pour accuser l’UE d’attaquer la souveraineté de ses membres.

Mais de nombreux partisans d’une « union toujours plus étroite » évoquent également cette idée, arguant qu’une armée européenne serait un moyen pour le continent de mieux se défendre et de réduire sa dépendance à l’égard des États-Unis.

L’un des meilleurs exemples d’histoires alarmistes de l’armée européenne est survenu lors du débat sur le Brexit, lorsque les partisans du « Leave » ont attisé les craintes de voir des citoyens britanniques être enrôlés dans une force militaire à l’échelle européenne sans avoir leur mot à dire sur la question.

Y a-t-il du vrai là-dedans ? Pour le dire simplement : non, il n’existe pas d’armée européenne, et il n’y en aura pas non plus dans un avenir proche.

« Pour autant que je sache, et je me considère relativement informé, il n’y a pas de plans secrets enfermés dans des bureaux quelque part à Bruxelles avec ce type de plan », a déclaré le professeur Daniel Fiott, chef du programme Défense et Statecraft au Centre pour la sécurité. , Diplomatie et Stratégie de la Brussels School of Governance.

« Je pense donc que vous avez en quelque sorte mis le doigt sur la tête avec le mot ‘mythe’ dans ce contexte et dans ce débat », a-t-il déclaré au Cube.

L’idée selon laquelle l’UE créerait une armée est une question particulièrement sensible, d’où sa susceptibilité aux faux discours : d’un côté, vous avez les fédéralistes européens qui aspirent à une armée européenne pleinement intégrée, tandis que de l’autre, vous avez ceux qui Je pense que cela contredit directement la notion d’indépendance nationale.

Il convient de souligner que l’idée d’une armée européenne a en fait des fondements lointains, mais ce n’est pas le cas actuellement.

Fiott a souligné qu’après la Seconde Guerre mondiale, dans les années 1950, une tentative avait été faite pour créer une armée européenne, mais que celle-ci avait échoué.

La Belgique, l’Allemagne de l’Ouest, le Luxembourg et les Pays-Bas ont tous ratifié le traité de la Communauté européenne de défense, qui aurait créé une armée supranationale, mais il a finalement été abandonné lorsque la France, puis l’Italie, ont avorté le processus.

Néanmoins, cet échec a manifestement alimenté certains des soupçons que nous observons aujourd’hui.

L’UE dispose bien sûr d’une politique de sécurité et de défense commune, ainsi que d’une agence de défense, mais elle est loin d’avoir une véritable armée.

Selon le bloc lui-même, la politique commune « permet à l’Union de jouer un rôle de premier plan dans les opérations de maintien de la paix, la prévention des conflits et le renforcement de la sécurité internationale. Elle fait partie intégrante de l’approche globale de l’UE en matière de gestion des crises, en s’appuyant sur les et des moyens militaires. »

De gauche à droite, des militaires d'Estonie, de Grande-Bretagne et de France participent à l'exercice Spring Storm de l'OTAN à Kilingi-Nomme, en Estonie, le mercredi 15 mai 2024.
De gauche à droite, des militaires d’Estonie, de Grande-Bretagne et de France participent à l’exercice Spring Storm de l’OTAN à Kilingi-Nomme, en Estonie, le mercredi 15 mai 2024.

Fiott a expliqué que l’accord actuel voit effectivement les différents États membres convenir par traité de coopérer étroitement en matière de défense.

« Ce que cela signifie réellement dans la pratique, et nous avons d’ailleurs de nombreux cas de cela, c’est que vous pouvez déployer des forces à l’étranger, qu’il s’agisse de forces militaires ou même, dans certains cas, d’experts civils », a-t-il déclaré.

« Le principe reste le même : vous avez un chef de mission, mais cette mission est normalement composée d’Etats membres individuels, collaborant tous les uns avec les autres. »

« Et cela signifie essentiellement consacrer du personnel à certaines missions », a ajouté Fiott. « Et aussi décider du montant d’argent, des ressources financières ou des capacités militaires qui devraient être mis en commun dans le cadre de cet effort. »

Il existe bien entendu d’autres partenariats et alliances militaires européens, notamment l’OTAN.

La majorité des États membres de l’alliance sont également membres de l’UE. Ainsi, plutôt que d’intégrer leurs forces dans le cadre des mécanismes de l’UE, un alignement plus poussé via l’OTAN pourrait être la meilleure voie à suivre pour la défense européenne, selon Sven Biscop, professeur de stratégie et de politique étrangère à l’Université de Gand. , et directeur du programme Europe dans le Monde à Egmont, l’Institut Royal des Relations Internationales de Bruxelles.

« Je suis frappé par le fait qu’après 25 ans de quasi-arrêt en termes de dépenses de défense et de développement des capacités, l’idée semble être de continuer sans aucune refonte fondamentale », a-t-il déclaré au Cube. « Je ne pense pas que cela ait du sens. »

« Mon point de vue est que nous devrions porter notre attention sur ce qui est évidemment le plus important pour les États membres, à savoir l’OTAN », a-t-il déclaré. « Je dirais donc : essayez d’aligner les contributions des alliés européens au sein de l’OTAN afin que tous les alliés européens de l’OTAN disposent ensemble d’un ensemble complet de forces. »

Les drapeaux des pays membres de l’OTAN flottent au vent devant le siège de l’OTAN à Bruxelles, le mercredi 3 avril 2024.
Les drapeaux des pays membres de l’OTAN flottent au vent devant le siège de l’OTAN à Bruxelles, le mercredi 3 avril 2024.

Biscop a expliqué que si les pays européens manquent d’un point de vue militaire, ils devraient pouvoir utiliser les instruments de l’UE et le fonds européen de défense pour aider les alliés européens de l’OTAN à renforcer ce qui leur manque.

Dans l’état actuel des choses, les forces européennes au sein de l’OTAN ne peuvent être pleinement opérationnelles qu’avec le soutien des États-Unis, selon Biscop, mais cela doit changer.

« Mon idéal est plutôt qu’en fin de compte, les Européens de l’OTAN n’aient besoin que d’un seul Américain pour être efficace, le ‘Saceur’ : le soi-disant Commandant suprême allié en Europe, car c’est toujours un général américain », a-t-il déclaré. « Avec tous les autres atouts, les Européens devraient être en mesure de subvenir à leurs propres besoins, et les instruments de l’UE peuvent y contribuer. »

Laisser un commentaire

onze + 20 =