Face à des sécheresses dévastatrices, l'UE a désespérément besoin d'un Blue Deal

Jean Delaunay

Face à des sécheresses dévastatrices, l’UE a désespérément besoin d’un Blue Deal

Il est temps de passer aux choses sérieuses : nous devons étiqueter l’eau comme l’une des matières premières essentielles de l’UE, quelque chose auquel chaque citoyen a un droit fondamental – et nous devons prendre des mesures pour garantir et défendre son accès futur, écrit la députée européenne Emma Wiesner.

Alors que l’Europe s’assèche, nous avons besoin d’une action rapide et régulière. Pour garantir l’accès à l’eau pour tous les citoyens et éviter de futurs conflits, l’UE a besoin d’un pacte sur l’eau — un Blue Deal.

Ça se passe ici, et ça se passe maintenant. La sécheresse et les pénuries d’eau en Europe sont des signes effrayants de ce à quoi ressemblera un avenir de changement climatique continu.

Fin mars de cette année, la Commission européenne a tiré la sonnette d’alarme. De grandes parties du sud et de l’ouest de l’Europe ont été confrontées à de graves sécheresses cet été.

Les États membres de ces régions ont reçu l’ordre d’économiser et de rationner l’eau.

Des mots, mais pas d’action. Cela ne peut plus être le cas.

L’accès à l’eau douce sera bientôt l’un des plus grands défis environnementaux de l’UE.

La diminution des précipitations et l’augmentation des températures entraînent déjà une diminution de l’humidité du sol, une baisse des niveaux d’eau dans les lacs et les rivières et une diminution des niveaux des eaux souterraines.

Ce qui se passe à Gotland ne devrait pas rester à Gotland

La Suède, mon pays d’origine du nord, avec des hivers froids et sombres et de nombreux lacs et rivières, n’a pas été épargnée.

Cet été a commencé par des mois de sécheresse et les agriculteurs ont vu leurs récoltes dépérir sous la chaleur.

Et non, il n’y a pas que la météo. C’est un changement de longue date.

Photo AP/Daniel Cole
Un baigneur se tient devant la ligne d’eau en retrait des gorges du Verdon, dans le sud de la France, août 2022

Selon une étude de l’Institut coopératif de recherche en sciences de l’environnement de l’Université du Colorado à Boulder, où les niveaux d’eau de près de 2 000 lacs du monde entier sont surveillés depuis des années, il est clair que bon nombre de nos lacs emblématiques en Suède perdent eau. La raison en est le changement climatique.

Le Centre commun de recherche de l’UE a également, dans ses rapports sur la sécheresse, montré comment le manque de précipitations et la hausse des températures rendent la Suède plus sèche.

Pendant des années, l’île de Gotland a dû fixer des limites à l’utilisation de l’eau pendant les mois les plus chauds de l’année.

Mais cette année, les insulaires n’ont pas eu besoin de le faire avant fin juin. La raison en est qu’ils ont agi.

Une utilisation efficace, combinée à de nouveaux aqueducs et au dessalement de l’eau de mer, a donné de bons résultats.

Nous devrions être sérieux à ce sujet

La pénurie d’eau fait partie du quotidien des habitants de Gotland, ainsi que de nombreux autres citoyens de l’UE.

Il est temps de devenir sérieux. Nous devons étiqueter l’eau comme l’une des matières premières essentielles de l’UE, quelque chose auquel chaque citoyen a un droit fondamental — et nous devons prendre des mesures pour garantir et défendre l’accès futur à cette ressource.

Des conflits émergent déjà en Espagne et en France, où l’accès à l’eau met les citoyens les uns contre les autres.

Si l’UE ne fait pas de la crise de l’eau une priorité dans les années à venir, il y aura sans doute plus de conflits à l’intérieur et même entre les pays.

Photo AP/Andrew Medichini
Un garçon se rafraîchit à la fontaine Barcaccia à Rome, juillet 2022

Les températures croissantes augmentent la nécessité pour les agriculteurs d’irriguer leurs terres agricoles, mais l’augmentation de l’irrigation risque de faire baisser les niveaux des eaux souterraines et de créer des effets secondaires sur la biodiversité.

En plus de cela, les touristes et les expatriés qui ne respectent pas les mesures d’économie d’eau irritent les citoyens des zones touchées par les courants d’air.

Si l’UE ne fait pas de la crise de l’eau une priorité dans les années à venir, il y aura sans doute plus de conflits à l’intérieur et même entre les pays.

C’est pourquoi nous avons besoin d’un Blue Deal

Pour éviter cela, la Commission européenne doit immédiatement commencer à travailler sur un Pacte européen de l’eau. Un accord bleu.

Un ensemble de législations pour sécuriser l’accès à l’eau pour tous dans l’union.

Pour les gens, pour les industries, pour l’agriculture. Nous devons nous assurer que nous disposons des infrastructures nécessaires à l’irrigation de précision, au dessalement et au remplacement des réseaux d’eau qui fuient dans toute l’Europe.

Nous devons créer un flux d’eau circulaire où nous économisons et réutilisons beaucoup plus d’eau qu’aujourd’hui.

À mon avis, le Blue Deal devrait impliquer des plans nationaux de réutilisation et d’économie d’eau pour tous les États membres. Nous devons travailler de manière stratégique et structurée, en coopération avec des experts et des parties prenantes pour garantir l’accès.

Nous devons également réutiliser les eaux de déversement et les eaux usées traitées. Trop d’eau provenant des stations d’épuration se retrouve dans les rivières et, finalement, dans les océans.

AP Photo/Manu Fernández
Un ouvrier nettoie la poussière du désert du Sahara sur la place Puerta del Sol à Madrid, mars 2022

Il existe un grand potentiel d’utilisation de cette eau comme eau de process dans les industries et les installations de chauffage. S’il est traité correctement, il peut également être utilisé pour l’irrigation.

Il devrait y avoir davantage de soutien à l’investissement pour l’irrigation dans l’agriculture. Un financement est nécessaire dès que possible pour les investissements d’irrigation pour les agriculteurs, qui souffrent déjà du manque d’eau, mais aussi en tant que partie intégrante de la prochaine PAC.

Il faudrait faire plus en matière de recherche et développement pour le dessalement. Le dessalement est coûteux et énergivore, ce qui en fait une solution inefficace pour l’instant.

Nous devons développer de nouvelles techniques pour le rendre abordable et plus respectueux du climat. Nous devrions investir dans des usines de dessalement pionnières dans les zones les plus touchées par la sécheresse.

Si nous ne devenons pas plus ambitieux, la crise sera là pour durer

Nous avons également besoin de nouveaux investissements dans les réseaux d’eau. Un quart de l’eau potable traitée fuit des réseaux d’eau européens.

Nous devons moderniser et remplacer les anciens réseaux. Les politiciens ont trop longtemps fait passer les coûts avant eux ; nous devons faire face à la réalité et faire les investissements nécessaires.

Nous devons continuer à rendre la politique climatique de l’UE plus ambitieuse. Sinon, la crise est là pour durer.

AP Photo/Mindaugas Kulbis
Un garçon se rafraîchit dans une fontaine publique à Vilnius, juin 2023

La réhumidification des zones humides drainées est un moyen efficace d’augmenter la quantité d’eau souterraine et l’humidité du sol environnant.

Cela peut cependant avoir des effets négatifs sur les terres agricoles et l’activité économique environnantes, ce qui signifie que la réhumidification doit être effectuée en étroite collaboration avec les propriétaires fonciers et moyennant une compensation raisonnable.

En plus de tout cela, nous avons désespérément besoin d’ambitions climatiques accrues.

Le changement climatique et la hausse des températures sont à l’origine de la crise de l’eau.

Par conséquent, nous devons continuer à rendre la politique climatique de l’UE plus ambitieuse. Sinon, la crise est là pour durer.

Laisser un commentaire

deux × quatre =