Fabricants français de cognac : ne nous faites pas de dommages collatéraux dans le conflit commercial UE-Chine

Martin Goujon

Fabricants français de cognac : ne nous faites pas de dommages collatéraux dans le conflit commercial UE-Chine

BRUXELLES — Les fabricants de cognac français ont averti jeudi qu’ils pourraient être dans quelques jours à peine de devenir les victimes innocentes d’un conflit commercial croissant entre l’Union européenne et la Chine.

« Nous avons l’impression d’être les otages de choses qui n’ont absolument rien à voir avec nous et que nous pouvons être éliminés du paysage d’un trait de plume », a déclaré Raphaël Delpech, directeur général du BNIC.

« Ce serait un échec absolu de la politique commerciale, tant pour la France que pour l’Europe », a déclaré Delpech à L’Observatoire de l’Europe dans une interview.

Alors que la Commission européenne s’apprête à imposer des droits de douane sur les importations de véhicules électriques chinois, le BNIC – dont les membres emploient 70 000 personnes et représentent près de 4 milliards d’euros de ventes à l’exportation – craint que cette décision n’aggrave les tensions commerciales latentes avec Pékin.

En réponse à l’enquête sur les subventions publiques aux véhicules électriques chinois, soutenue par Paris, Pékin a riposté en janvier avec sa propre enquête sur les liqueurs européennes à base de vin. Cette décision visait clairement les marques françaises de cognac de luxe, qui représentent 99 % des importations chinoises de ces liqueurs.

Lors d’une visite en France au début du mois, le président chinois Xi Jinping s’est engagé à ne pas imposer de droits de douane – du moins pas jusqu’à ce que l’enquête lancée par Pékin soit enfin conclue. Clamant sa victoire, son hôte, le président Emmanuel Macron, a offert à Xi plusieurs bouteilles des meilleurs cognacs de France en guise d’offrande de paix.

«Malheureusement, nous ne sommes pas du tout rassurés par les déclarations faites après la rencontre entre les deux présidents. Pas du tout », a ajouté Delpech.

« Notre crainte est que l’enquête soit désormais close pour des raisons politiques, sans que notre manifestation soit terminée, et que des obligations définitives nous soient appliquées. »

La Chine est le deuxième marché d’exportation de la filière française du cognac, après les Etats-Unis, avec 61,5 millions de bouteilles vendues en 2023, selon les chiffres fournis par le BNIC.

L’industrie a également déploré de n’avoir pas été entendue assez tôt par les autorités françaises lorsqu’elles ont mis en garde contre le risque que Pékin puisse s’en prendre au secteur du cognac dès septembre dernier – le mois où la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé une enquête sur les subventions publiques au secteur du cognac. Les constructeurs chinois de véhicules électriques ont été injustes.

« Ce que nous regrettons vraiment, c’est que, lorsque le risque s’est avéré avéré, les mesures nécessaires n’aient pas été prises pour nous en protéger », a déclaré Delpech. « Nous, filière cognac, étions perçus comme une variable d’ajustement, comme un dommage collatéral acceptable. »

Le département commercial de la Commission européenne devrait informer les constructeurs automobiles et les importateurs de sa décision d’imposer des droits de douane provisoires sur les véhicules électriques chinois d’ici début juin, quelques jours avant les élections au Parlement européen. Von der Leyen a déclaré pendant la campagne électorale que Bruxelles imposerait des droits « ciblés » sur les véhicules électriques chinois.

Laisser un commentaire

dix-neuf − douze =