Expulsés de leur résidence depuis 7 ans dans les anciens bains publics de Milan, qui vont devenir une mosquée

Jean Delaunay

Expulsés de leur résidence depuis 7 ans dans les anciens bains publics de Milan, qui vont devenir une mosquée

La mosquée, la première construite légalement dans la ville italienne, remplacera les anciens bains publics occupés depuis sept ans par un groupe de migrants qui n’ont pas les moyens de se loger sur le marché locatif de Milan.

Au cours des sept dernières années, les anciens bains publics délabrés de la Via Esterle à Milan, un bâtiment imposant qui porte les cicatrices du temps sur sa façade fatiguée, abritaient un groupe de migrants et de travailleurs à bas salaire vivant et travaillant légalement en Italie. .

Cela a changé cette semaine lorsque les autorités locales les ont expulsés de force après que le bâtiment ait été vendu pour être transformé en mosquée.

Construit en 1928, pendant les années fascistes de l’Italie, puis transformé en fabrique de boutons et en école de mécanique avant d’être abandonné en 1999, le bâtiment a été occupé en 2016 par un groupe de migrants qui ont décidé d’y habiter.

Au fil des années, le groupe s’est élargi pour inclure environ 40 personnes, toutes âgées d’environ 30 ans, pour la plupart africaines et musulmanes, selon les médias italiens, même si certains ont rapporté que des Italiens y vivaient également.

Même s’ils peuvent tous légalement trouver un emploi en Italie, la plupart d’entre eux ne peuvent trouver que des emplois saisonniers ou temporaires qui ne leur permettent pas de payer un loyer à Milan. Ce sont des livreurs Deliveroo, des cuisiniers, des ouvriers d’usine, d’agriculture et d’entrepôt.

Et tandis que les anciens bains publics tombent en ruine, le bâtiment offre toujours aux migrants des lits, des douches, des cuisines, des salles de bains et même un espace de prière.

Une fois informés par les autorités de la ville qu’ils devaient quitter le bâtiment pour la construction de la nouvelle mosquée, les habitants des anciens bains ont porté plainte, accusant Milan de « brader » ses habitants.

« Avec ce lieu, la mairie vend aussi ses habitants ? » indique un panneau à l’extérieur du bâtiment.

Le groupe militant « Ci Siamo – Rete Solidale » (littéralement : « Nous sommes ici – Réseau de solidarité ») a déclaré que l’expulsion est un exemple de la ville « qui ne veut pas voir ses pauvres ni les laisser être vus ».

Mais malgré les protestations et la solidarité des militants locaux, le groupe a été expulsé mardi. Aujourd’hui, ils craignent de se retrouver sans abri.

Interviewé par Fanpage, l’un des anciens résidents a déclaré qu’aucun d’entre eux n’avait les moyens de trouver un logement à louer : « c’est pour cela que c’est notre maison. Pour louer un logement, il faut attendre des années pour avoir les bons documents, il nous faut un contrat à durée déterminée, alors que nous avons des emplois temporaires de 2 à 6 mois.

« A Milan, si vous êtes étranger et que vous souhaitez louer un logement, vous devez avoir un garant italien. »

Les autorités locales ont déclaré qu’elles interviendraient pour aider les familles avec des mineurs à trouver un nouveau logement, mais qu’elles n’aideraient pas les autres car elles occupaient illégalement le bâtiment.

Asfa Mahmoud, président de l’organisation qui a remporté le contrat pour la construction d’une mosquée sur les anciens bains, avait précédemment déclaré qu’il espérait que les autorités locales trouveraient une solution pour loger les résidents.

« Nous espérons que les autorités municipales trouveront une solution pour ces types, nous ne voulons pas d’une guerre entre les pauvres. Nous voulons entrer dans la Via Esterle de manière pacifique », a-t-il déclaré. Cela ne s’est pas produit.

La mosquée, qui sera la première mosquée légale de la ville, sera construite dans l’un des quartiers les plus multiculturels de Milan.

Laisser un commentaire

6 + un =