Ursula von der Leyen, the CDU

Milos Schmidt

Eurovues. Ursula von der Leyen peut-elle gérer une UE plus fragmentée ?

Se retrouver dans une Commission plus politique et dans un processus de nomination plus difficile sera délicat pour toutes les personnes impliquées, mais cela montre clairement que le résultat des élections au Parlement européen compte désormais et a un impact sur ce qui se passe à Bruxelles, écrit le Dr Catherine E. De Vries.

Après 185 millions de voix dans 27 pays lors des élections au Parlement européen, les responsables politiques de tout le bloc font le point.

Alors que les partis d’extrême droite remportent de nombreux sièges, comment la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, peut-elle gérer le chemin semé d’embûches qui l’attend ?

En 2019, les partis pro-européens, libéraux, verts et populistes ont réalisé des progrès substantiels lors des élections européennes. En 2024, le vote est plus fragmenté, les partis centristes et traditionnels subissant des pertes considérables et considérables et de nombreux sièges revenant aux partis de gauche et aux partis populistes de droite.

Cela signifie à tout le moins que von der Leyen dispose de plus d’options pour assurer son deuxième mandat de présidente de la Commission européenne et, plus tard, si elle l’emporte, pour adopter une loi.

Elle peut négocier avec les groupes de gauche, les Verts et l’extrême droite. Il sera cependant difficile de parvenir à un consensus entre ces groupes, et la manière dont elle parviendra à satisfaire tous reste incertaine.

Un bouleversement à Bruxelles

Après l’annonce des résultats des élections au Parlement européen de 2024, von der Leyen a déclaré que le centre pro-UE et pro-démocratie tenait bon et que sa candidature principale pour le Parti populaire européen avait été un succès.

Alors que son propre parti de centre-droit a effectivement gagné des sièges et que le groupe de centre-gauche Socialistes & Démocrates ne devrait perdre que quelques sièges, le troisième grand parti du centre, le libéral Renew, s’en sort bien moins bien.

Les pertes pour Renew ont été importantes et particulièrement prononcées dans les plus grands États membres de l’UE, notamment l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Espagne.

Il y aura une bataille pour le leadership politique en France et à Bruxelles. Avec ces résultats, la lutte pour les postes les plus élevés de l’Union européenne, le président de la Commission étant l’un des plus importants, va commencer.

Marine Le Pen, leader du Rassemblement national d'extrême droite française, candidate de gauche et tête de liste du parti Jordan Bardella, lors d'un meeting politique à Paris, le 2 juin 2024
Marine Le Pen, leader du Rassemblement national d’extrême droite française, candidate de gauche et tête de liste du parti Jordan Bardella, lors d’un meeting politique à Paris, le 2 juin 2024

Malgré ce bouleversement majeur, les mauvais résultats du parti libéral du président français Emmanuel Macron, Renaissance, ont fait l’objet d’une large couverture médiatique après les élections.

Le parti d’extrême droite de Marine Le Pen, le Rassemblement National, a obtenu plus de deux fois plus de voix que Renaissance. Macron a ensuite pris au dépourvu même les membres du parti lorsqu’il a convoqué des élections anticipées en France à la suite du vote.

Son choix est un grand pari pour le cœur politique de la France, l’un des États membres les plus importants de l’Union européenne.

Il y aura une bataille pour le leadership politique en France et à Bruxelles. Avec ces résultats, la lutte pour les postes les plus élevés de l’Union européenne, le président de la Commission étant l’un des plus importants, va commencer.

Avec la victoire de son parti, la victoire éclatante de son propre parti chrétien-démocrate en Allemagne et son expérience dans ce rôle, von der Leyen est clairement une favorite pour son poste.

VDL, le préféré de tous

Mes recherches avec des collègues montrent qu’au cours de son premier mandat, von der Leyen a acquis une notoriété significative et obtenu une approbation substantielle du public. C’est rare pour une femme politique européenne, et sa renommée et son approbation ont sans aucun doute contribué à la bonne performance de son parti.

Cela dit, cela ne signifie pas seulement que von der Leyen est totalement candidate à un second mandat, mais à la lumière des résultats des élections, ce qui est assuré, c’est que si elle obtient l’investiture, le chemin sera semé d’embûches pour y parvenir. confirmation à l’avance.

Elle devra négocier avec les Verts et les groupes de gauche, mais aussi avec l’extrême droite. On ne sait pas vraiment comment elle pourra proposer des propositions législatives qui satisferont tout le monde.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le premier jour du sommet du G7 à Borgo Egnazia, le 13 juin 2024
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le premier jour du sommet du G7 à Borgo Egnazia, le 13 juin 2024

Il est important ici de rappeler que sa confirmation en 2019 était loin d’être simple. Pour obtenir une majorité, il a fallu des accords et des concessions en coulisses avec non seulement les trois groupes centristes, mais surtout les Verts.

À l’époque, la majorité détenue par le groupe des trois partis centristes était bien plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui. Dans un présent fracturé, afin de s’assurer un chemin vers la confirmation, von der Leyen devra faire preuve de grandes capacités de négociation et faire des compromis, et ici, des problèmes pourraient surgir.

Elle devra négocier avec les Verts et les groupes de gauche, mais aussi avec l’extrême droite. On ne sait pas vraiment comment elle pourra proposer des propositions législatives qui satisferont tout le monde.

Les groupes de gauche et les écologistes voudront des concessions pour que le Green Deal européen reste intact et que la politique migratoire ne soit pas poussée vers la droite. La droite radicale voudra exactement le contraire.

Un poste de direction beaucoup plus politique

Même si le chemin vers la confirmation s’annonce compliqué pour von der Leyen, cela signale en soi une évolution importante dans la politique européenne.

Après avoir été perçue pendant des décennies comme trop technocratique et distante, la lutte pour les meilleurs emplois de l’Union européenne est devenue très attendue et beaucoup plus politique. Il y a simplement plus à jouer pour le moment.

Se retrouver dans une Commission plus politique et dans un processus de nomination plus difficile sera délicat pour toutes les personnes impliquées, mais cela montre clairement que le résultat des élections au Parlement européen compte désormais et a un impact sur ce qui se passe à Bruxelles.

Cela signale également aux électeurs qu’il est important de savoir qui dirigera la Commission européenne, tant en termes de personnalités que de politiques.

Les élections pour la deuxième plus grande assemblée démocratique au monde, après le parlement indien, deviennent enfin plus importantes pour l’orientation politique de l’Union européenne et pour la façon dont l’Europe trouve un écho auprès des électeurs. Quel que soit le résultat, cela peut être considéré comme une bonne nouvelle pour la démocratie dans l’Union européenne.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =