A cod is seen on a trawler off the coast of Hampton Beach, NH, April 2016

Milos Schmidt

Eurovues. Une interdiction du chalutage de fond dans les zones marines protégées serait bénéfique pour tout le monde

Les dégâts causés par le chalutage de fond ne doivent pas être sous-estimés. Les zones marines protégées du monde entier doivent être correctement protégées et exemptes d’une industrialisation galopante, écrivent Hugo Tagholm et Nicolas Fournier.

Le chalutage de fond est monnaie courante dans les zones marines protégées du Royaume-Uni et de l’UE. Permettre cela met en danger notre océan, notre climat et nos communautés côtières.

Les dégâts causés par le chalutage et le dragage dans les zones marines protégées (AMP) ne doivent pas être sous-estimés.

Les filets lestés parcourent et marquent les fonds marins, détruisant les habitats – en particulier les refuges des jeunes animaux sauvages – et déracinant les fondations des écosystèmes océaniques.

Cette extraction industrielle est également aveugle et les niveaux de prises accessoires non ciblées sont parmi les plus élevés de toutes les formes de pêche.

Plus de 400 millions de tonnes de vie marine non ciblée ont été rejetées par les chalutiers de fond au cours des 65 dernières années. Tout, des coraux anciens aux herbiers marins, des requins rares aux étoiles de mer, est en danger.

Si la gravité du chalutage de fond est alarmante, c’est seulement après son ampleur. Les AMP offshore du Royaume-Uni ont subi à elles seules plus de 33 000 heures de chalutage de fond présumé en 2023.

Au total, 4,4 millions d’heures de cette pratique destructrice ont été autorisées dans les AMP de sept pays de l’UE – Danemark, Allemagne, Irlande, Pays-Bas, Portugal, Espagne et Suède – entre 2015 et 2023.

Ces paradis marins pourraient être le cœur battant de notre océan, mais pas sous ce régime punitif.

Bénéfices de rebond

S’il ne faut pas sous-estimer les dégâts causés par le chalutage de fond, il ne faut pas non plus sous-estimer la capacité de régénération de nos océans et les bénéfices qui en découlent.

Créer un espace pour la nature et des AMP correctement protégées améliorerait la santé, la diversité et la résilience marines, renforçant ainsi les fondations dont dépend toute la faune marine – et l’industrie de la pêche.

Des captures plus importantes de poissons plus gros, une augmentation des revenus touristiques et des emplois ne sont que quelques-uns des avantages à en tirer, comme l’a confirmé la méta-analyse de plusieurs études publiées ce mois-ci.

Une autre étude a montré que le poids total des poissons dans les AMP était en moyenne de plus de 100 % plus élevé que dans les zones environnantes.

À l’échelle mondiale, l’océan stocke plus de 3 000 milliards de tonnes de carbone dans les premiers mètres de sédiments, dont une grande partie dans les eaux nationales qui sont exposées à un risque élevé de chalutage de fond nocif. La sauvegarde et l’amélioration de ces réserves vitales de carbone bleu pourraient être un outil précieux pour lutter contre la crise climatique.

Un pêcheur tient le filet à bord d'un chalutier pêchant à la limite des eaux franco-britanniques, au large de Granville, novembre 2021
Un pêcheur tient le filet à bord d’un chalutier pêchant à la limite des eaux franco-britanniques, au large de Granville, novembre 2021

L’action sur les océans passe aussi par l’action pour le climat. Prenons l’exemple d’une seule AMP : au large de la pointe sud de l’Angleterre, c’est un hotspot de biodiversité, abritant des raies coucous et de rares moules éventail, mais elle stocke également environ 1,67 mégatonnes de carbone, soit l’équivalent des émissions de carbone de plus d’un million de vols aller-retour. de Londres à Sydney.

À l’échelle mondiale, l’océan stocke plus de 3 000 milliards de tonnes de carbone dans les premiers mètres de sédiments, dont une grande partie dans les eaux nationales qui sont exposées à un risque élevé de chalutage de fond nocif. La sauvegarde et l’amélioration de ces réserves vitales de carbone bleu pourraient être un outil précieux pour lutter contre la crise climatique.

Tout cela représente un élan économique important. Rien qu’au Royaume-Uni, l’interdiction du chalutage de fond dans les AMP pourrait générer des bénéfices d’une valeur comprise entre 2,57 milliards de livres sterling (3 milliards d’euros) et 3,5 milliards de livres sterling (4,1 milliards d’euros) pour l’économie sur une période de 20 ans.

Les coûts induits par une telle interdiction seraient également rapidement compensés par un bon retour sur investissement. Par exemple, une étude des AMP de l’UE a montré des gains nets après seulement quatre ans d’interdiction, et après 13 ans, 3,41 € seraient restitués pour chaque euro dépensé.

Et nous devons nous rappeler que tout cela s’ajoute à un océan sain, regorgeant d’une faune impressionnante, sauvegardé pour les générations futures.

Parlons d’engagements

Nos mers sont confrontées à de nombreuses pressions, liées à la crise climatique, à la pollution et à la surpêche, et nous avons besoin de toute urgence de moyens pour résister à la tempête.

La clé pour cela est d’honorer l’engagement du Royaume-Uni et de l’UE de protéger 30 % de nos océans d’ici 2030, ce qui signifie que les AMP ne peuvent plus être de simples lignes sur une carte, utilisées pour marquer des points politiques à bas prix.

Les zones marines protégées du monde entier doivent être correctement protégées et exemptes d’une industrialisation galopante.

Au sein de l’UE, le Plan d’action pour le milieu marin a offert une voie pour mettre fin à cette tragédie silencieuse, mais notre analyse montre que la plupart des pays ignorent en toute impunité les lois européennes sur la nature et continuent d’autoriser la pêche la plus destructrice dans les eaux les plus sensibles.

Le Royaume-Uni traîne également les talons et, bien qu’il ait annoncé cette année de nouvelles restrictions sur le chalutage de fond, celles-ci concernaient uniquement les habitats rocheux et récifaux et seulement dans 13 AMP.

Cette approche fragmentaire – qui laisse toujours la grande majorité des zones « protégées » du Royaume-Uni vulnérables à ces pratiques néfastes – est totalement incompatible avec la possibilité de permettre à la vie océanique de se rétablir et de prospérer.

Ce manque d’engagement est une trahison honteuse de nos magnifiques mers et des communautés qu’elles soutiennent. Une protection adéquate des AMP préservera les moyens de subsistance et la faune sauvage, et redonnera son cœur à notre océan.

Laisser un commentaire

vingt − 2 =