Jordanian honor guard stands for review at the Royal Palace in Amman, March 2020

Jean Delaunay

Eurovues. Un axe israélo-arabe contre la République islamique d’Iran est désormais une réalité

La région entière vient d’assister aux gémissements du régime de Téhéran et aux détonations d’Israël et de ses alliés. Il est temps de capitaliser sur cette opportunité pour obtenir de réels gains politiques, écrit Samuel J. Hyde.

L’arsenal tiré sur Israël par le régime de Téhéran aux petites heures du dimanche matin a été émoussé non seulement par la technologie israélienne, mais aussi par une alliance de puissances occidentales – les États-Unis, le Royaume-Uni et la France – travaillant aux côtés de nations arabes amies.

Les détails complets de la manière dont ces États arabes ont contribué à protéger Israël, sauvant sans aucun doute des vies israéliennes grâce aux missiles et drones IRI, ne seront peut-être pas connus avant un certain temps. Quoi qu’il en soit, ce moment marque un changement historique.

Que l’on attribue à Yitzhak Rabin et Bill Clinton l’accord de paix avec la Jordanie en 1994, ou à Benjamin Netanyahu et Donald Trump pour les plus récents accords d’Abraham, le résultat est le même : le régime islamique fanfaron d’Iran a été humilié par une coalition régionale.

Benny Gantz, la « baby-sitter » du cabinet de guerre, mérite également le mérite d’avoir poussé l’alliance de défense aérienne du Moyen-Orient, qui a désormais prouvé la validité du concept.

D’un autre côté, d’autres interprètent l’attaque de manière très différente : ils soutiennent que la République islamique n’est pas dissuadée par l’excellence défensive du partenariat américano-arabe-israélien, mais qu’elle est évidemment encouragée comme jamais auparavant.

Il convient de noter qu’aucun pays n’a attaqué directement Israël depuis 33 ans, depuis l’Irak de Saddam Hussein pendant la guerre du Golfe de 1991. Une réponse militaire rapide et forte devrait donc être envisagée.

La guerre est temporaire, la politique règne éternellement

Quoi qu’il arrive ensuite, il est important de garder à l’esprit que la guerre seule est une entreprise à court terme, même dans les cas de guerres prolongées, tandis que la politique est une expérience continue.

Vous expérimentez diverses politiques et idées, observez les résultats, puis décidez si vous souhaitez continuer sur cette voie ou inverser la tendance et essayer quelque chose de différent.

Dans des moments critiques comme ceux-ci, où les enjeux sont élevés, nous obtenons un moment rare de clarté sur qui se situe où et avec qui. De nombreux pays arabes ont clairement exprimé leurs positions.

Un homme passe devant une fresque représentant le président américain Joe Biden comme un super-héros défendant Israël dans une rue de Tel Aviv, avril 2024.
Un homme passe devant une fresque représentant le président américain Joe Biden comme un super-héros défendant Israël dans une rue de Tel Aviv, avril 2024.

L’expérience conjointe entre l’État juif et ses alliés arabes régionaux s’avère être un résultat net et positif, malgré les « manœuvres politiques » de certains dirigeants arabes au cours des six derniers mois.

A écouter leurs déclarations, on aurait cru qu’ils assistaient à une conférence de professeurs de morale kantienne et d’humanisme feuerbachien. Je ne sais pas vraiment qui ils essayaient de convaincre avec leur brume de rhétorique humaniste, mais aucune personne rationnelle ne les a pris au sérieux.

Néanmoins, la coopération contre l’attaque iranienne prouve que la tendance dans la région est toujours vers une alliance arabo-américaine-israélienne contre la République islamique d’Iran et ses mandataires.

La naissance de « l’Axe de la Renaissance »

Il est vrai qu’aucune de ces coopérations ne représente le rêve de paix promis par le processus d’Oslo, et les menaces contre Israël pourraient bien avoir augmenté depuis lors, car l’ennemi arabe d’hier était bien moins dangereux que l’ennemi extrémiste islamiste d’aujourd’hui.

Rien de tout cela ne signifie que les radicaux qui combattent Israël sont moins déterminés ou moins impitoyables dans leur quête pour mettre fin à la souveraineté juive, ni que les Palestiniens ont effectivement mis fin à leur guerre d’un siècle contre le sionisme.

L’Ayatollah et son camp ont donné à Israël et à ces États arabes l’opportunité unique de changer le cours de la région après six mois de guerre brutale et la pire attaque de l’histoire d’Israël.

Un soldat israélien marche près de la frontière entre Israël et Gaza, avril 2024.
Un soldat israélien marche près de la frontière entre Israël et Gaza, avril 2024.

Cela signifie qu’Israël a brisé le front panarabe et a convaincu suffisamment de pays arabes qu’un Israël fort n’est pas une menace mais une condition essentielle à leur survie.

L’axe de la lutte n’est plus entre Israël et les Arabes ; au lieu de cela, il s’agit d’une coalition israélo-arabe, que j’appelle l’Axe de la Renaissance, et la Révolution islamique de l’Ayatollah et ses mandataires terroristes, qui s’appellent sans vergogne l’Axe de la Résistance.

Un gémissement et un bang

L’attaque sans précédent de la République islamique est un point d’inflexion pour Israël et ses alliés, offrant la possibilité de changer la donne régionale en faveur d’Israël – mais seulement si le Premier ministre Netanyahu prend les bonnes décisions.

Avec Netanyahu ressemblant à un personnage d’une tragédie shakespearienne et sa coalition gouvernementale d’extrême droite désemparée mais dangereusement au pouvoir, il y a toutes les chances qu’Israël gaspille cette opportunité.

Ne pas donner suite à une réponse militaire, le cas échéant, avec des éléments diplomatiques et des plans politiques concrets après le soutien qu’Israël vient de recevoir de ses voisins, gaspillerait une chance historique de monter un front beaucoup plus efficace contre la République islamique d’Iran.

Dans des moments critiques comme ceux-ci, où les enjeux sont élevés, nous obtenons un moment rare de clarté sur qui se situe où et avec qui. De nombreux pays arabes ont clairement exprimé leurs positions.

L’Ayatollah et son camp ont donné à Israël et à ces États arabes l’opportunité unique de changer le cours de la région après six mois de guerre brutale et la pire attaque de l’histoire d’Israël.

La région entière vient d’assister aux gémissements du régime de Téhéran et aux détonations d’Israël et de ses alliés.

Il est temps de capitaliser sur cette opportunité pour obtenir de réels gains politiques.

Une normalisation avec l’Arabie saoudite porterait un coup dévastateur à la République islamique et ferait échouer l’un des objectifs du Hamas du 7 octobre.

Laisser un commentaire

1 × quatre =