A woman holds a placard as she participates in a demonstration on the budget outside Parliament in London, March 2020

Milos Schmidt

Eurovues. Tous les crédits carbone ne sont pas égaux

Un échec actuel des marchés du carbone ralentirait le chemin parcouru par l’humanité vers zéro émission nette et ferait dérailler l’innovation financière dans d’autres services écosystémiques, écrit María Mendiluce.

La communauté de la finance carbone a récemment salué le lancement d’un nouveau code de bonnes pratiques visant à rétablir la confiance dans les crédits carbone « de haute intégrité », conçu pour aider les gouvernements et les entreprises (ou même les particuliers) à accélérer leur transition vers des émissions « nettes zéro ».

Publiées par la Voluntary Carbon Markets Integrity Initiative (VCMI), ces orientations supplémentaires permettent aux acheteurs de faire des déclarations plus crédibles quant à leur utilisation de crédits carbone de haute qualité.

Simultanément, le Conseil d’intégrité pour le marché volontaire du carbone (ICVCM) s’attaque à la fourniture de crédits carbone de haute qualité en fixant des seuils rigoureux en matière de divulgation et de développement durable.

Ceci est particulièrement important compte tenu de la surveillance croissante des marchés du carbone au cours de l’année dernière. La responsabilité externe est essentielle et bienvenue, et de nouveaux efforts comme ceux du VCMI et de l’ICVCM aideront respectivement à différencier et à valider sur le marché des allégations et des crédits plus solides et à accélérer l’action climatique.

Cela est particulièrement important compte tenu de l’ampleur et de l’urgence de la crise climatique à laquelle nous sommes confrontés.

En quoi les crédits carbone sont-ils meilleurs ?

Le fait est que les crédits carbone – lorsqu’ils sont uniques, réels, permanents, supplémentaires, mesurables, vérifiés par des tiers et mis en œuvre parallèlement aux efforts de décarbonation – constituent une solution rentable pour maintenir les objectifs climatiques mondiaux à portée de main.

Un rapport récent qualifie cette double approche de « la seule approche offrant des chances réalistes de succès ». Le rapport révèle également que l’utilisation de crédits carbone est associée à de fortes réductions des émissions des entreprises.

Alors, en quoi les crédits carbone à haute intégrité sont-ils meilleurs ? Premièrement, ils doivent être suivis et divulgués, puis validés et vérifiés par des tiers indépendants.

Des arbres poussent sur des terres forestières adjacentes au parc national du Mont Rainier, près d'Ashford, Washington, novembre 2015.
Des arbres poussent sur des terres forestières adjacentes au parc national du Mont Rainier, près d’Ashford, Washington, novembre 2015.

Elles doivent également être « supplémentaires » (ce qui signifie que les réductions d’émissions n’auraient pas eu lieu autrement), « permanentes » (pour éviter le risque d’inversion ou mettre en place des mesures si ces risques sont présents) et éviter la « double comptabilisation » (c’est-à-dire, le même crédit soit émis, réclamé ou utilisé par plus d’une partie).

Enfin, ils doivent veiller à ce que les meilleures pratiques de protection sociale et environnementale soient en place pour avoir des impacts positifs sur le développement durable au-delà de la simple réduction des émissions.

Pour les acheteurs, le code VCMI les oblige à divulguer un ensemble « d’objectifs de réduction des émissions à court terme validés et fondés sur des données scientifiques » ainsi qu’à s’engager publiquement à atteindre zéro émission nette au plus tard en 2050.

En d’autres termes, les crédits sont destinés à compléter les efforts parallèles d’une entreprise visant à décarboner rapidement ses propres opérations, et non à les remplacer.

Un outil pour nous aider à suivre le rythme

En fait, une étude récente de la We Mean Business Coalition montre que les entreprises qui achètent des crédits carbone surpassent également leurs pairs dans d’autres formes de leadership et d’action climatique.

Par exemple, les acheteurs volontaires de carbone sont trois fois plus susceptibles d’avoir un objectif climatique scientifiquement approuvé que les entreprises qui ne s’engagent pas sur les marchés du carbone, et trois fois plus susceptibles d’inclure les émissions de Scope 3 dans leurs objectifs climatiques, qui couvrent les émissions jusqu’à concurrence de 30 %. et tout au long de la chaîne de valeur dont les entreprises ne sont pas directement responsables (par exemple, lorsque les consommateurs utilisent ou jettent des produits).

Les entreprises acheteuses de crédits carbone sont également presque deux fois plus susceptibles (59 % contre 33 %) d’avoir déclaré des émissions brutes inférieures d’une année sur l’autre liées à la réduction des émissions et/ou à la consommation d’énergie renouvelable que leurs homologues n’achetant pas.

Les crédits carbone nous aident à suivre l’ampleur et l’urgence de la tâche à accomplir. Une réduction des émissions effectuée n’importe où a le même effet d’atténuation puisque nous partageons tous la même atmosphère.

Bayswater Power Station, une centrale thermique au charbon près de Muswellbrook, dans la Hunter Valley, en Australie, novembre 2021
Bayswater Power Station, une centrale thermique au charbon près de Muswellbrook, dans la Hunter Valley, en Australie, novembre 2021

En d’autres termes, les crédits carbone nous aident à suivre l’ampleur et l’urgence de la tâche à accomplir. Une réduction des émissions effectuée n’importe où a le même effet d’atténuation puisque nous partageons tous la même atmosphère.

Toutefois, certains secteurs ou régions peuvent réduire leurs émissions plus facilement que d’autres. D’autres secteurs nécessitent des changements plus systémiques qui, bien qu’en cours, prennent du temps à être mis en œuvre et échappent au contrôle des seules entreprises.

Les crédits carbone à haute intégrité soutiennent également une série d’autres changements positifs au-delà de la réduction des émissions. Prenons par exemple les crédits qui soutiennent les « solutions fondées sur la nature », c’est-à-dire la protection ou la restauration de nos stocks naturels de carbone, y compris les forêts et les sols sains.

Ces programmes peuvent soutenir les revenus locaux, aider les communautés marginalisées et sauvegarder la biodiversité, la qualité de l’eau et d’autres ressources naturelles.

Il n’y a pas de place pour l’échec

Selon le PNUE, des solutions fondées sur la nature sont nécessaires pour fournir jusqu’à un tiers de l’atténuation requise d’ici 2030 pour maintenir l’objectif de 1,5°C de l’Accord de Paris.

Les solutions fondées sur la nature peuvent produire jusqu’à 12,5 gigatonnes d’atténuation climatique par an d’ici 2030. Cela représente un total estimé à environ 62 gigatonnes d’émissions totales actuellement rejetées chaque année.

Si chaque entreprise investissait dans des solutions de haute qualité fondées sur la nature pour réduire seulement 10 % de ses émissions constantes, nous mobiliserions des milliards d’euros de financement climatique supplémentaire qui pourraient accélérer l’action climatique tout en contribuant à mettre un terme à la perte de biodiversité et à injecter des capitaux indispensables dans les projets. efforts de conservation de la nature.

Un échec actuel des marchés du carbone ralentirait le chemin parcouru par l’humanité vers zéro émission nette et ferait dérailler l’innovation financière dans d’autres services écosystémiques.

Comme tout nouveau marché en développement, le marché du carbone a connu quelques difficultés de croissance à mesure qu’il mûrit, mais nous ne devons pas laisser la perfection être l’ennemi du bien. L’investissement dans des crédits carbone de haute intégrité est un élément essentiel du leadership des entreprises en matière d’action climatique.

Laisser un commentaire

cinq × quatre =