European flags flap in the wind in the EU Quarter of Brussels, September 2023

Jean Delaunay

Eurovues. Quel avenir pour la loi phare de l’UE en matière de développement durable ?

Après près de cinq ans de consultations publiques, de négociations et de lobbying intensif des entreprises, les ministres de l’UE ont donné l’approbation finale et ultime à l’une des lois mondiales potentiellement les plus révolutionnaires visant à réorienter l’objectif et le dynamisme des grandes entreprises, écrit Richard Gardiner. .

L’UE est sur le point de dire au revoir à la direction actuelle de la Commission européenne et du Parlement européen.

En juin prochain, les citoyens de l’UE se rendront aux urnes pour lancer l’élection directe et indirecte d’une nouvelle structure dirigeante.

Cependant, avant d’y parvenir, les États membres de l’UE sont encore en train de se mettre d’accord sur les objectifs politiques finaux sur lesquels ils ont travaillé au cours des cinq dernières années.

L’un des objectifs les plus importants a été approuvé discrètement et efficacement lors d’une réunion du Conseil européen au cours de laquelle les ministres de l’UE ont coché la dernière case politique et approuvé la directive européenne sur le devoir de diligence en matière de développement durable des entreprises, ou CSDDD.

Alors pourquoi était-ce un moment important, mais calme ?

Que devrait faire le CSDDD – ou plutôt que ne devrait-il pas faire ?

La CSDDD a connu plusieurs cycles intenses de débats et de négociations au cours du mandat de cette Commission.

L’approbation procédurale finale, sans drame, contraste fortement avec la couverture médiatique étendue et les débats houleux au Parlement européen et au Conseil européen, qui ont presque conduit certains États membres à bloquer l’intégralité de la loi.

Cependant, ce qui a émergé dans le format juridique actuel nous offre une réelle opportunité d’intégrer l’action des entreprises en matière de développement durable au-delà de l’ensemble existant de mesures volontaires limitées. Ce faisant, il introduira potentiellement l’une des mesures obligatoires les plus impactantes qui provoquera sans aucun doute des vagues à travers le monde.

Mais à mesure que nous passons de l’accord à l’application pratique, la question se pose de savoir ce que le CSDDD fera, et devrait effectivement faire. Ce qui est peut-être plus important est ce que le CSDDD ne devrait pas faire pour être à la hauteur de son potentiel.

La CSDDD, avec toutes ses nuances, ses complexités et les controverses qui subsistent, doit désormais dépasser le débat politique et être considérée comme un appel à l’action pour que les entreprises, les gouvernements et la société civile s’engagent dans un effort de collaboration pour que cela fonctionne.

Un homme fait du vélo devant le Parlement européen, mai 2024
Un homme fait du vélo devant le Parlement européen, mai 2024

Le débordement du CSDDD ne doit pas nuire aux moyens de subsistance des petits producteurs et fournisseurs, et les régulateurs doivent veiller à ce que les grandes entreprises visées par la loi assument leur responsabilité légale de soutenir leurs fournisseurs et ne se contentent pas de répercuter vers le bas le coût de la conformité.

Les entreprises ne doivent pas utiliser le CSDDD pour se désengager rapidement des chaînes d’approvisionnement à risque, mais plutôt adopter la loi comme un outil d’engagement à long terme où, grâce à l’apprentissage entre pairs avec d’autres entreprises de leur secteur et à l’engagement des parties prenantes, elles peuvent travailler ensemble pour élever les normes dans la chaîne d’approvisionnement mondiale.

Les gouvernements de l’UE doivent également s’engager dans des chaînes d’approvisionnement à risque pour garantir que les efforts de développement soutiennent les objectifs de la CSDDD. Ils doivent également créer un environnement multipartite permettant à la société civile, aux entreprises, aux fournisseurs et aux communautés concernées de rassembler leurs problèmes et de parvenir à une compréhension commune de la manière de les résoudre de manière mesurable et efficace.

Il est temps de collaborer et de faire en sorte que cela fonctionne

La CSDDD, avec toutes ses nuances, ses complexités et les controverses qui subsistent, doit désormais dépasser le débat politique et être considérée comme un appel à l’action pour que les entreprises, les gouvernements et la société civile s’engagent dans un effort de collaboration pour que cela fonctionne.

Pour ce faire, le nouveau groupe de nouveaux députés européens et commissaires européens doit faire de sa mise en œuvre effective une priorité absolue.

Au sein de la World Benchmarking Alliance, nous analysons en permanence les performances en matière de développement durable des 2 000 entreprises les plus influentes à travers le monde. Nos données confirment la nécessité d’intégrer le devoir de diligence des entreprises dans tous les secteurs afin de garantir une approche globale.

À ce jour, les normes volontaires que nous mesurons semblent avoir atteint tout ce qu’elles pouvaient et le moment est venu d’opérer un changement d’approche significatif pour garantir que l’impact des entreprises sur les personnes et la planète soit une conséquence de leur succès.

Le CSDDD peut être ce catalyseur de création de valeur à long terme, et les entreprises qui lisent la direction du voyage utiliseront le CSDDD pour éclairer correctement leur prise de décision et intégrer véritablement la durabilité dans leur stratégie de base.

Cela devrait leur permettre de débloquer de nouvelles opportunités, de stimuler l’innovation et la productivité et, à terme, de renforcer leur résilience face aux futurs chocs structurels de l’offre dus à l’évolution des politiques et des demandes des clients et des employés.

Alors, la CSDDD doit-elle être considérée comme une solution unique à tous les problèmes que nous constatons dans les chaînes d’approvisionnement mondiales ? Non, mais c’est un pas en avant monumental.

Ce que le CSDDD peut et doit faire, c’est créer une base juridique sur la manière dont les entreprises gèrent leurs risques en matière de droits de l’homme et d’environnement et adoptent des plans de transition significatifs, avec l’assurance supplémentaire que tout manquement à cet objectif entraînera des sanctions et des poursuites judiciaires.

Si nous y parvenons, ce sera gagnant-gagnant pour tous les partenaires.

Laisser un commentaire

quinze + neuf =