A Ukrainian soldier from 57th brigade looks out from a Swedish Combat Vehicle 90 near front line in Kharkiv region, 18 June 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Que peuvent attendre les Ukrainiens à l’étranger et en Europe de la nouvelle loi de mobilisation ukrainienne ?

Le besoin général de l’Ukraine de renforcer son armée dans la lutte contre la Russie place les gouvernements européens face à de nouveaux dilemmes. Comment faire face à une population potentiellement croissante d’Ukrainiens qui pourraient ne pas être en mesure de renouveler leurs documents, écrivent Oleksandra Deineko et Vilde Hernes.

L’Europe est-elle sur le point de devoir faire face à un nombre massif de nouveaux réfugiés sans papiers ?

Le 18 mai, une nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur, modifiant les réglementations relatives aux processus de mobilisation, au service militaire et à l’enregistrement militaire ukrainiens afin de renforcer l’armée ukrainienne et d’assurer la défense continue de l’Ukraine contre l’agression russe en cours.

La nouvelle loi de mobilisation a suscité un débat politique houleux en Ukraine, mais ne constitue pas seulement une préoccupation nationale. Ses effets d’entraînement placeront les millions d’Ukrainiens vivant à l’étranger et les gouvernements européens face à de difficiles dilemmes.

Alors, qu’implique cette nouvelle loi pour les millions d’Ukrainiens qui ont fui à l’étranger – et pour les gouvernements européens qui les accueillent ?

Les principales implications de la nouvelle loi sur la mobilisation pour les Ukrainiens – affectant aussi bien ceux qui vivent en Ukraine qu’à l’étranger – sont liées aux amendements concernant les personnes incluses et exemptées de l’enregistrement, de la mobilisation et de la formation militaire, ainsi que les conséquences de leur non-respect.

Premièrement, la nouvelle législation abaisse la limite d’âge pour être mobilisé de 27 à 25 ans. Elle introduit également le service militaire de base obligatoire pour les personnes âgées de 18 à 25 ans.

Un changement plus technique – mais potentiellement très influent – ​​est la suppression de la catégorie « aptitude limitée au service militaire », ce qui signifiait auparavant que vous seriez exempté d’être envoyé sur les lignes de front.

Ce changement implique que la plupart des personnes qui étaient auparavant considérées comme ayant une « aptitude limitée », c’est-à-dire qu’elles doivent désormais se soumettre à un réexamen dans un délai de neuf mois.

L’examen médical, un piège

Deuxièmement, l’une des principales nouvelles obligations de la nouvelle loi est que les hommes ukrainiens (et les femmes ayant une formation médicale ou pharmaceutique) âgés de 18 à 60 ans doivent mettre à jour leurs données dans le registre militaire dans un délai de 60 jours.

La mise à jour des données du registre militaire n’implique pas automatiquement une convocation au service militaire, mais elle peut constituer une condition préalable importante à une mobilisation ultérieure.

À première vue, cette exigence de mise à jour des données peut paraître purement technique, mais elle a de nombreuses implications pour les Ukrainiens à l’étranger.

Étant donné qu’un examen médical ne peut pas être effectué par voie électronique, les Ukrainiens vivant à l’étranger pourraient ensuite être tenus de se soumettre à un nouvel examen médical en personne, voire devoir retourner en Ukraine pour remplir cette obligation.

Un militaire se prépare à tirer un
Un militaire se prépare à tirer un obusier « Gvozdika » de 120 mm de fabrication soviétique vers des positions russes à la périphérie de Chasiv Yar, le 22 juin 2024.

Premièrement, bien que la législation autorise la mise à jour électronique de ces données depuis l’étranger, la nouvelle réglementation exige également un réexamen médical pour répondre aux exigences.

Étant donné qu’un examen médical ne peut pas être effectué par voie électronique, les Ukrainiens vivant à l’étranger pourraient ensuite être tenus de se soumettre à un nouvel examen médical en personne, voire devoir retourner en Ukraine pour remplir cette obligation.

Deuxièmement, même si la nouvelle loi de mobilisation n’aborde pas explicitement cette question, les informations mises à jour pourraient permettre à l’avenir d’envoyer des convocations par voie électronique.

Cela soulève la question suivante : quelles sont les conséquences pour les hommes ukrainiens à l’étranger – et pour les pays européens qui les accueillent – ​​s’ils ne mettent pas à jour leurs données dans le registre militaire ?

Pas de coercition, mais des questions demeurent

Pour tous les Ukrainiens, le non-respect des nouvelles exigences peut entraîner une amende, avec des taux de pénalité considérablement augmentés. Si l’amende n’est pas payée, une arrestation peut être effectuée sur les biens et les avoirs. Il peut également leur être interdit de conduire des véhicules.

Une conséquence supplémentaire pour les Ukrainiens résidant à l’étranger est qu’ils perdront l’accès aux services consulaires des institutions ukrainiennes à l’étranger s’ils ne mettent pas à jour leurs données dans le registre militaire. Une implication importante de cette restriction est qu’ils ne pourront pas obtenir ou renouveler leur passeport.

Ce dernier point peut poser des problèmes en matière de contrôle d’identité et de mobilité, par exemple s’ils doivent traverser les frontières européennes ou souhaitent traverser la frontière ukrainienne pour visiter leur pays d’origine. Cela conduira à un isolement à la fois juridique et social de leur pays d’origine.

Ainsi, les hommes ukrainiens séjournant à l’étranger sont confrontés à un dilemme important : se conformer aux nouvelles exigences énoncées dans la nouvelle loi ou les ignorer ?

La mise à jour de leurs informations dans le registre militaire introduit des incertitudes quant à une éventuelle mobilisation tout en évitant les nouvelles exigences, ce qui pourrait entraîner la perte de leur passeport et la rupture des liens avec les autorités et la société ukrainiennes.

Des soldats ukrainiens tirent au mortier de 120 mm sur la position russe sur la ligne de front à Chasiv Yar, dans la région de Donetsk, le 21 juin 2024.
Des soldats ukrainiens tirent au mortier de 120 mm sur la position russe sur la ligne de front à Chasiv Yar, dans la région de Donetsk, le 21 juin 2024.

La mise à jour de leurs informations dans le registre militaire introduit des incertitudes quant à une éventuelle mobilisation tout en évitant les nouvelles exigences, ce qui pourrait entraîner la perte de leur passeport et la rupture des liens avec les autorités et la société ukrainiennes.

Même si la loi actuelle ne prévoit pas la possibilité de convocations numériques, certains éléments indiquent que l’État ukrainien intensifiera considérablement le recrutement dans l’armée dans un avenir proche.

Cependant, des représentants du gouvernement ukrainien ont déclaré que l’Ukraine ne rapatrierait pas de force les hommes enrôlés de l’étranger. Les avocats ukrainiens concluent également qu’il n’existe actuellement aucun mécanisme coercitif permettant de renvoyer les conscrits en Ukraine.

Le besoin général de l’Ukraine de renforcer son armée dans la lutte contre la Russie place les gouvernements européens face à de nouveaux dilemmes.

Comment faire face à une population potentiellement croissante d’Ukrainiens qui pourraient ne pas être en mesure de renouveler leurs documents (par exemple, leurs passeports) ?

Plus important encore, comment évaluer le dilemme consistant à aider l’Ukraine à se défendre en aidant au retour (volontaire ou forcé) des citoyens du groupe cible d’une mobilisation obligatoire contre le respect des droits de l’homme en fournissant une protection à ceux qui fuient la guerre ?

Les réponses des gouvernements européens varient considérablement ?

Bien que les pays européens aient réagi à l’accueil des réfugiés ukrainiens de manière plus unifiée par rapport aux précédents afflux de demandeurs d’asile, il existe encore des différences frappantes dans leur accueil global et dans les droits des Ukrainiens dans les pays d’accueil.

Les gouvernements européens ont également envoyé des signaux divergents sur la manière dont ils réagiront aux implications de la nouvelle loi de mobilisation.

Par exemple, les autorités polonaises ont indiqué qu’elles pourraient décider de cesser de délivrer des permis de séjour aux conscrits ukrainiens si le gouvernement ukrainien le demandait. Le gouvernement allemand a cependant déjà assuré aux Ukrainiens la possibilité d’obtenir un document de voyage allemand pouvant remplacer leur passeport.

On ne sait pas encore si les gouvernements européens aborderont ces questions au niveau national ou au niveau de l’UE, mais les premiers signaux émis par les gouvernements européens indiquent que leurs réponses pourraient être très différentes.

Quoi qu’il en soit, les gouvernements européens devront très probablement faire face à une population croissante de réfugiés ukrainiens sans documents d’identité valides.

La peur d’être renvoyé en Ukraine pour servir sur la ligne de front peut également accroître le risque d’un nombre plus élevé d’Ukrainiens non enregistrés dans les pays européens, créant potentiellement un nouveau groupe important de migrants sans papiers dans les communautés européennes. L’Europe est-elle prête à cela ?

Laisser un commentaire

trois × 2 =