Screens promote the upcoming European Elections at the European Parliament in Strasbourg, March 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Nous pourrions financer une Europe progressiste pour le peuple, par le peuple

Les progressistes ont du mal non seulement à mobiliser les citoyens derrière des mouvements capables de contrer efficacement la marée montante du populisme de droite, mais aussi à gagner. Une évolution vers un financement communautaire pourrait leur donner les munitions dont ils ont besoin, écrit Mar Garcia Sanz.

Nous sommes à l’aube d’une petite révolution des donateurs dans la politique et la société civile.

Le financement des campagnes, autrefois l’apanage de l’État et d’une poignée d’individus fortunés, est désormais de plus en plus conditionné par les paiements populaires – allant de contributions ponctuelles, équivalentes au prix d’un café, jusqu’aux ordres permanents réguliers de soutien aux campagnes électorales. des objectifs politiques ou des causes sociales plus larges.

Ce changement, déclenché par l’avènement des médias sociaux et d’autres outils numériques, élargit l’engagement civique dans des causes particulières ou des campagnes à caractère politique et présente l’avantage supplémentaire de fournir aux groupes de donateurs un retour plus rapide et plus détaillé sur les initiatives qu’ils cherchent à promouvoir. .

En Europe, l’exploitation de l’engagement massif des donateurs, en tant qu’outil de campagne, en est encore à ses balbutiements – en particulier lorsqu’on la compare aux activités de collecte de fonds et aux mouvements des groupes politiques aux États-Unis.

Pour donner une idée de l’ampleur, pour 2018-2021, les petits dons aux groupements de partis européens représentaient moins de 1 % du total des dons.

Par répartition par groupe, ils ne représentaient que 11 % des recettes totales pour le Mouvement politique chrétien européen, 2 % pour Renew Europe et 1 % pour les groupes Alliance libre européenne, Parti Vert européen et Identité et démocratie, respectivement.

Outre-Atlantique, la situation est sensiblement différente. Les petites contributions de base d’un seul membre, qui entrent maintenant dans leur trentième année en tant que caractéristique des mouvements politiques, constituent aujourd’hui jusqu’à 78 % des fonds dans le cas de certaines campagnes.

Les arguments en faveur du buzz populaire américain

Aux États-Unis, un moment décisif s’est sans doute produit en 2012, lorsque Barack Obama a collecté 23 000 petits dons au cours des premières 24 heures de sa campagne de réélection.

Cette tendance s’est accentuée, quatre ans plus tard, avec la campagne au sol de Bernie Sanders. Lors de sa campagne, le sénateur du Vermont a collecté 1,5 million de dollars (1,39 million d’euros) en micro-dons le premier jour de sa campagne, avant d’amasser la somme colossale de 73 millions de dollars (67,7 millions d’euros) en dons annuels provenant de petits donateurs.

Au-delà des gros chiffres de chaque campagne, une réalité fondamentale est apparue : les donateurs et les bénévoles n’étaient pas exclusivement liés, ni même en concurrence directe les uns avec les autres.

Le bassin d’engagement civique est plus profond qu’on ne le pense, et les petits donateurs peuvent être exploités pour donner un nouvel élan et atteindre ceux qui téléphonent, frappent aux portes ou organisent des rassemblements.

Le buzz populaire derrière la campagne Sanders a illustré le pouvoir de changer le débat politique dominant via un mouvement populaire.

Candace Richarei, de Burlington, Illinois, tient une pancarte pour soutenir le candidat démocrate à la présidentielle, le sénateur Bernie Sanders, I-Vt., lors d'un rassemblement électoral, janvier 2016.
Candace Richarei, de Burlington, Illinois, tient une pancarte pour soutenir le candidat démocrate à la présidentielle, le sénateur Bernie Sanders, I-Vt., lors d’un rassemblement électoral, janvier 2016.

Comme l’a dit Patrick Frank, qui a travaillé sur la campagne d’Obama en 2012 et qui dirige aujourd’hui la plateforme de collecte de fonds Lunda en Europe : « Ce n’est pas seulement une question d’argent ». Lorsque les campagnes demandent des dons, « elles demandent notre aide… pour avoir un impact positif sur le monde qui nous entoure ». Il s’agit d’impliquer les gens dans une campagne, qu’ils soient physiquement présents ou non.

Le buzz populaire derrière la campagne Sanders a illustré le pouvoir de changer le débat politique dominant via un mouvement populaire.

Les tactiques établies par Sanders et d’autres progressistes, dont Alexandria Ocasio-Cortez, sont désormais largement adoptées dans des élections de toutes tailles et aident les candidats et les mouvements qui, historiquement, ont pu se heurter à des obstacles de financement – notamment ceux dirigés par des femmes, des personnes de couleur, les membres de la communauté LGBTQ+ et les Américains à faible revenu.

Il existe une chance de reproduire cela en Europe

Ces développements, aux États-Unis, révèlent les opportunités qui existent en Europe pour une activité comparable.

À la veille d’une série de scrutins importants, dont les élections au Parlement européen en juin, les archives publiques indiquent que seuls 31 micro-dons ont été faits à des groupes paneuropéens au cours de l’année écoulée.

C’est un chiffre décevant, qui montre à quel point les partis européens sont éloignés de leurs électeurs. Cela est également vrai dans certains États membres, où, dans un contexte de défis politiques croissants, les progressistes luttent non seulement pour mobiliser les citoyens derrière des mouvements capables de contrer efficacement la marée montante du populisme de droite, mais aussi pour gagner.

En encourageant les dons modestes et réguliers, il existe une opportunité de mobiliser et d’attirer davantage de citoyens dans la tente progressiste à long terme.

Des gens se rassemblent devant une banderole annonçant les élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles, janvier 2024.
Des gens se rassemblent devant une banderole annonçant les élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles, janvier 2024.

Une évolution vers un financement communautaire pourrait leur donner les munitions dont ils ont besoin à cet égard et injecter une dose de démocratie indispensable dans nos systèmes politiques.

En encourageant les dons modestes et réguliers, il existe une opportunité de mobiliser et d’attirer davantage de citoyens dans la tente progressiste à long terme.

Une telle décision donnerait aux partis un poids dans leur lutte contre l’extrême droite, tant au niveau national qu’au niveau européen plus large, et les aiderait à terme à façonner et à mener des campagnes gagnantes sur des questions clés, telles que la justice sociale, la durabilité environnementale et l’égalité économique. .

Tout est question d’adhésion

Il y a déjà eu plusieurs cas qui témoignent du potentiel du financement participatif politique.

En Italie, par exemple, le Mouvement Cinq Étoiles, autrefois ascendant, de démocratie directe, a écarté ses rivaux politiques et a rassemblé environ 1 million d’euros de financement communautaire avant de prendre ses fonctions en 2018 ; en Espagne, en 2023, le parti révolutionnaire Sumar, que nous avons contribué à soutenir, a atteint son objectif de campagne de récolter 100 000 € dans le mois suivant son lancement, avec des dons d’une moyenne de 30 € ; et, au Royaume-Uni, le mouvement Momentum, qui cherchait à ramener le parti travailliste à ses racines, sur la gauche politique, a dû une grande partie de son succès à une campagne efficace sur le terrain, qui a vu ses effectifs doubler en l’espace de 12 mois.

Le problème, alors que nous nous dirigeons vers une « bataille de valeurs » imminente, tant au sein des différents États membres que dans l’ensemble de l’UE à 27, est que ce travail continue d’être de nature intermittente – un problème auquel les progressistes devront s’attaquer s’ils veulent voir une reprise. aux urnes.

La vérité est que nous devons faire davantage pour impliquer les citoyens dans notre démocratie. L’énergie et les campagnes de la gauche progressiste aux États-Unis montrent ce qui est possible lorsqu’il existe une large adhésion à une cause particulière.

Nous ferions bien d’en prendre note et d’intégrer certaines de ces pratiques dans nos modèles de partis ici en Europe si nous voulons sérieusement construire des mouvements capables d’apporter un changement positif.

Laisser un commentaire

18 − 16 =