A solar farm west of Rio Rancho, NM, June 2021

Jean Delaunay

Eurovues. Nous ne pouvons pas laisser un déficit de compétences ralentir les opportunités de transition verte

En offrant les bonnes opportunités et la bonne formation, les travailleurs actuels bénéficieront de nouvelles opportunités et les jeunes générations hériteront non seulement d’un meilleur climat mais aussi des moyens de prospérer, écrit Ignacio Galán.

La transition vers le zéro net est une révolution pour l’ensemble de l’économie. Chaque secteur connaîtra des changements, mais l’énergie connaîtra l’une des plus grandes transformations – et la plus grande opportunité.

Nous nous éloignons rapidement de notre dépendance aux combustibles fossiles polluants pour nous tourner vers des formes d’énergie propres. Des technologies telles que l’énergie éolienne et solaire photovoltaïque, les réseaux intelligents et le stockage – à la fois des « gigabatteries » hydroélectriques et des batteries lithium-ion – ouvrent la voie, soutenues par de nouvelles solutions telles que l’hydrogène vert.

Alors que le ralentissement économique pousse toutes les industries à identifier de nouveaux modèles économiques susceptibles de générer des investissements et des emplois, l’énergie propre apparaît comme une source unique d’activité durable.

L’ampleur de cette transformation est vaste à bien des égards, mais elle est peut-être la plus significative pour l’avenir de l’emploi.

Les individus, leurs compétences et leur travail sont la clé de la transition vers une économie plus verte et de la réduction des émissions de carbone. Les pays, secteurs et régions qui aident le mieux les travailleurs à acquérir de nouvelles compétences rapidement et efficacement seront à l’avant-garde de la transition.

Le désir de diriger est important

L’Organisation internationale du Travail dresse un tableau convaincant d’une économie plus verte. Il estime que la transition créera 100 millions de nouveaux « emplois verts » d’ici la fin de cette décennie.

Les ingénieurs, les ouvriers du bâtiment offshore et onshore, les électriciens, les chimistes de batteries et les concepteurs de véhicules électriques ne sont que quelques-uns des postes qui sont prêts à faire face à une augmentation de la demande.

Les chefs d’entreprise semblent être d’accord. Plus tôt cette semaine, Iberdrola a lancé un nouveau rapport intitulé Green Skills Outlook. Les recherches menées pour le rapport ont révélé que les chefs d’entreprise sont très optimistes quant à la transition verte, 79 % d’entre eux déclarant qu’elle présente plus d’opportunités que de défis pour leur organisation.

À mesure que les engagements en matière de décarbonation se concrétiseront, les industries traditionnelles alimentées par les énergies fossiles devront se transformer ou décliner.

Les émissions augmentent des cheminées d'une centrale électrique au charbon au coucher du soleil, près d'Emmett, Kansas, septembre 2021
Les émissions augmentent des cheminées d’une centrale électrique au charbon au coucher du soleil, près d’Emmett, Kansas, septembre 2021

Il est encourageant de constater que la majorité (63 %) des personnes interrogées estiment également que la responsabilité de diriger la transition leur incombe en fin de compte.

Cette volonté de diriger est significative. À mesure que les engagements en matière de décarbonation se concrétiseront, les industries traditionnelles alimentées par les énergies fossiles devront se transformer ou décliner.

Cela affectera évidemment l’activité des mines de charbon ou des puits de pétrole, mais d’autres secteurs de la chaîne de valeur devront également s’adapter, comme les chaudronneries à gaz. En d’autres termes, ce processus n’est pas seulement le résultat de la concurrence de formes d’énergie plus efficaces. Elle n’est même pas motivée uniquement par la technologie.

La technologie des énergies propres n’est pas une menace

Le statu quo énergétique n’est plus une option pour des raisons climatiques, géopolitiques et économiques. Les technologies énergétiques propres ne constituent donc pas une menace. Grâce à l’innovation et aux investissements, ils offrent un large éventail d’opportunités à chaque communauté locale pour bénéficier du changement à venir.

Désormais, il est de la responsabilité des entreprises et des gouvernements d’établir les conditions – les programmes, le soutien, les incitations et les opportunités – à la fois pour la création de nouveaux emplois plus verts et pour les parcours d’accès à ces emplois pour les travailleurs existants et nouveaux.

Une usine d'hydrogène vert se trouve à Puertollano, dans le centre de l'Espagne, en mars 2023.
Une usine d’hydrogène vert se trouve à Puertollano, dans le centre de l’Espagne, en mars 2023.

Chez Iberdrola, nous pouvons parler de ce processus à partir de notre propre expérience de transition au cours des deux dernières décennies. Au Royaume-Uni, par exemple, nous avons aidé les travailleurs des plates-formes pétrolières à transférer et à développer leurs compétences alors qu’ils passent de la maintenance ou de la construction de plates-formes pétrolières à la construction de parcs éoliens offshore qui constituent désormais un élément essentiel du système énergétique du Royaume-Uni.

Leur savoir-faire et leurs décennies d’expérience nous ont aidés à accélérer le développement de l’éolien offshore, en toute sécurité et à un prix compétitif pour les utilisateurs d’énergie.

Les gouvernements et les décideurs politiques disposent de toute une gamme de moyens pour contribuer à soutenir et accélérer les bénéfices de la transition verte en matière d’emploi.

À mesure que les politiques climatiques et énergétiques sont élaborées, l’un de ces moyens consiste à travailler en étroite collaboration avec les spécialistes de l’industrie et de l’éducation. En comprenant pleinement les défis du point de vue de la main-d’œuvre et de la formation, des mesures peuvent être prises de toutes parts pour garantir que des avantages optimaux en matière d’emploi puissent être apportés.

Une action politique audacieuse permettrait de créer des emplois

Le rapport Green Skills Outlook a identifié des domaines politiques clairs que les chefs d’entreprise souhaitent voir soutenus. Il s’agit notamment d’allégements fiscaux pour les programmes de perfectionnement et de reconversion professionnelle et d’un financement stratégique pour soutenir la mise en place de cours de compétences vertes dans les établissements d’enseignement.

Mais tous sont alignés sur un seul pilier : promouvoir des investissements verts qui créeront une activité pendant 40 à 60 ans grâce à des cadres clairs et stables.

Cette révolution environnementale et économique ne se produira pas sans les bonnes compétences, au bon endroit et au bon moment.

Les travailleurs transportent un panneau solaire à installer dans le parc énergétique en construction dans le désert de sel près de Khavda, État du Gujarat, Inde, septembre 2023
Les travailleurs transportent un panneau solaire à installer dans le parc énergétique en construction dans le désert de sel près de Khavda, État du Gujarat, Inde, septembre 2023

Lorsque l’on examine certains moments de crise mondiale de l’histoire récente, les gouvernements ont fait preuve de rapidité avec de nouvelles politiques audacieuses lorsque des entreprises, des régions ou des secteurs entiers étaient confrontés à des turbulences ou à un déclin.

La transition verte bénéficierait d’une action politique audacieuse et décisive, qui non seulement protégerait les emplois, mais les développerait considérablement.

Les entreprises doivent également faire davantage. Les alliances intersectorielles seront essentielles, car cette transformation nous concerne tous.

« Reskilling 4 Employment » est un bon exemple en Europe. En tant que membre de la Table ronde européenne de l’industrie, composée de 60 des plus grandes entreprises européennes, elle offre des opportunités de reconversion aux chômeurs et aux travailleurs « à risque », afin qu’ils puissent trouver un emploi dans de nouveaux métiers en demande et verts.

Un vent de changement arrive

Le dernier grand sommet sur le climat, la COP28, a mis le monde sur la voie d’un triplement de la capacité des énergies renouvelables en six ans et d’une élimination progressive des combustibles fossiles.

Je peux dire que les personnes présentes aux discussions et aux négociations ont pu constater le vent du changement venir.

Mais cette révolution environnementale et économique ne se produira pas sans les bonnes compétences, au bon endroit et au bon moment.

Mon expérience prouve qu’en offrant les bonnes opportunités et la bonne formation, les travailleurs actuels bénéficieront de nouvelles opportunités et les jeunes générations hériteront non seulement d’un meilleur climat, mais aussi des moyens de prospérer.

Nous avons peu de temps à perdre pour y parvenir.

Laisser un commentaire

un × 2 =