European Union flags wave in the wind as pedestrians walk by EU headquarters in Brussels, November 2023

Jean Delaunay

Eurovues. Nous devons nous engager en faveur d’un nouvel accord européen pour l’avenir

Le nouveau Parlement européen, la prochaine Commission européenne et le Conseil européen auront un long chemin à parcourir pour préparer les prochaines décennies de développement durable mondial. Réaffirmer conjointement l’engagement de l’UE en faveur des ODD constitue une voie à suivre claire, écrivent les experts de l’ONU et du CESE.

En juin prochain, les citoyens de l’UE éliront non seulement le nouveau Parlement européen et traceront la voie à la formation de la prochaine Commission européenne – toutes deux en charge jusqu’en 2029 – mais ils jetteront également les bases de l’avenir de l’UE et de son rôle mondial jusqu’à l’avenir. la prochaine décennie.

Les partis politiques en campagne pour les élections européennes et les futurs dirigeants de l’UE ont des responsabilités historiques.

Les citoyens européens, la société civile, les partis politiques et les institutions européennes doivent renforcer la démocratie européenne, la cohésion sociale et la prospérité à l’intérieur des frontières planétaires et renforcer l’engagement mondial de l’UE en faveur d’un ordre mondial coopératif.

Des mesures décisives doivent être prises avant 2030 pour éviter des points de bascule environnementaux et sociaux irréversibles et pour maintenir la promesse d’atteindre les objectifs mondiaux, notamment l’Agenda 2030 avec ses 17 Objectifs de développement durable (ODD) et l’Accord de Paris sur le climat.

Les nouveaux dirigeants de l’UE seront également chargés d’accepter le prochain budget septennal de l’UE (2028-2035) et de négocier l’agenda mondial pour le développement durable afin de poursuivre les ODD au-delà de 2030.

Les partis politiques et les futurs dirigeants de l’UE doivent jeter les bases d’un nouvel accord européen pour l’avenir qui réponde aux multiples crises en mettant en œuvre l’Agenda 2030 et l’accord de Paris sur le climat de manière ambitieuse, intégrée et cohérente, y compris une stratégie à plus long terme. une perspective à long terme pour l’UE jusqu’au milieu du siècle.

Les ODD, adoptés par tous les États membres de l’ONU en 2015, appellent à des actions intégrées pour promouvoir la prospérité sociale et économique, la durabilité environnementale et la coopération mondiale.

Cependant, à mi-parcours, aucun des 17 ODD n’est en passe d’être atteint à l’échelle mondiale d’ici 2030. 85 % des 140 cibles des ODD examinées sont en déclin ou affichent des progrès très limités.

Les progrès de l’Europe sur les ODD sont trop limités

L’humanité érode la résilience biologique et physique des systèmes terrestres.

Les preuves scientifiques indiquent une probabilité accrue d’atteindre des points de basculement environnementaux dangereux et irréversibles au cours de cette décennie.

Partout dans le monde, la cohésion sociale est sous pression. Et l’architecture financière internationale ne parvient pas à canaliser l’épargne mondiale vers les investissements ODD au rythme et à l’échelle nécessaires.

L’Europe a joué un rôle de leader important en matière de développement durable, avant même l’adoption des ODD en 2015.

Il est urgent de former des alliances de leaders d’opinion capables de construire des coalitions politiques viables pour promouvoir un développement véritablement durable – et plus équitable, tant à l’échelle mondiale qu’en Europe.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, arrive pour prononcer son discours lors d'une session du Parlement européen à Strasbourg, décembre 2023.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, arrive pour prononcer son discours lors d’une session du Parlement européen à Strasbourg, décembre 2023.

Après les élections au Parlement européen de 2019 et la formation de la Commission actuelle, l’UE s’est lancée dans un programme de transformation ambitieux et est devenue le premier continent à adopter un engagement audacieux en faveur de la carboneutralité d’ici le milieu du siècle – via le Pacte vert européen.

En juillet 2023, l’UE a présenté son premier examen volontaire à l’ONU, détaillant ses progrès dans la mise en œuvre du Programme 2030.

Et plus récemment, en novembre dernier, le Parlement européen a adopté d’importantes propositions d’amendement des traités de l’UE visant à renforcer la mise en œuvre des ODD, notamment des dispositions plus ambitieuses visant à réduire le réchauffement climatique et à sauvegarder la biodiversité, la santé, l’éducation, l’emploi et le progrès social.

Cependant, comme le montre le Rapport sur le développement durable en Europe (ESDR) 2023/24 publié jeudi, les progrès en Europe sur les ODD sont trop limités.

Une approche globale est nécessaire

L’UE et ses États membres obtiennent également de mauvais résultats sur l’International Spilover Index. Les ODD soulignent l’importance de ne laisser personne de côté, mais il existe des écarts persistants en termes de conditions de vie et d’opportunités entre les groupes de population en Europe.

L’UE manque encore d’une approche globale pour intégrer véritablement le Green Deal européen pour une Europe neutre pour le climat ainsi que d’autres transformations dans une stratégie globale plus large pour atteindre les ODD et leurs dimensions sociales et internationales.

La pandémie de COVID-19, la guerre en Ukraine et les tensions géoéconomiques ont modifié les priorités politiques et les ressources financières.

Des sauveteurs travaillent sur les lieux d'un bâtiment endommagé par une attaque à la roquette russe à Kharkiv, janvier 2024
Des sauveteurs travaillent sur les lieux d’un bâtiment endommagé par une attaque à la roquette russe à Kharkiv, janvier 2024

Combinés à la fragmentation sociétale croissante et à la polarisation politique, ces facteurs ont conduit à des reculs contre une législation plus ambitieuse dans l’UE pour mettre en œuvre le Green Deal européen et d’autres politiques visant à promouvoir la cohésion sociale et l’égalité.

Cependant, ce n’est pas le moment de faire marche arrière ou d’édulcorer ce qui a été convenu et réalisé. Les citoyens et les partis politiques européens devraient plutôt profiter des prochaines élections européennes pour jeter les bases d’un nouvel accord européen pour l’avenir.

Cet accord doit être un accord vert et social, comme le réclame le Comité économique et social européen (CESE) depuis des années.

Il est urgent de former des alliances de leaders d’opinion capables de construire des coalitions politiques viables pour promouvoir un développement véritablement durable – et plus équitable, tant à l’échelle mondiale qu’en Europe.

Actions prioritaires identifiées

Nous avons identifié 10 actions prioritaires pour les futurs dirigeants de l’UE, en commençant par l’intérieur. Premièrement, l’UE et ses États membres doivent répondre au grave danger de « points de basculement sociaux » négatifs en renforçant les ambitions sociales de l’UE et en réduisant considérablement le risque de pauvreté et d’exclusion sociale des citoyens et des communautés européens. C’est une condition fondamentale pour rendre acceptables d’autres réformes.

L’UE devrait également redoubler d’efforts pour atteindre zéro émission nette dans l’UE d’ici 2050, avec des avancées majeures d’ici 2030. Cela doit s’accompagner d’un rôle plus fort des autorités régionales et locales dans la mise en œuvre, les investissements et le suivi des ODD.

Le nouveau Parlement européen, la prochaine Commission européenne et le Conseil européen ont un long chemin à parcourir pour préparer les prochaines décennies de développement durable mondial.

Des gens marchent sous une banderole annonçant les élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles, janvier 2024.
Des gens marchent sous une banderole annonçant les élections européennes devant le Parlement européen à Bruxelles, janvier 2024.

Le prochain groupe de priorités vise à renforcer le leadership international de l’UE en matière de développement durable d’ici 2030 et au-delà.

Nous exhortons les dirigeants de l’UE et les États membres à accélérer leurs efforts pour réduire les retombées négatives à l’échelle internationale, notamment celles contenues dans des chaînes d’approvisionnement non durables, et à jouer un rôle actif dans la transformation vers un système commercial plus durable et plus équitable.

L’équipe Europe devrait être davantage exploitée pour la diplomatie mondiale des ODD, notamment en renforçant des formats divers et universels, en particulier les Nations Unies.

Et parce que le manque d’espace budgétaire constitue le principal obstacle à la progression des ODD dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, nous exhortons l’UE et ses États membres à soutenir une réforme ambitieuse de l’architecture financière mondiale.

L’UE devrait également recentrer ses partenariats internationaux sur les ODD et s’orienter vers une coopération mutuellement transformatrice pour atteindre les ODD.

Un long chemin reste à parcourir, mais il existe une voie à suivre claire

Les priorités finales sont plus opérationnelles. Pour y parvenir, l’UE devrait poursuivre ses efforts pour mobiliser le budget septennal actuel et la puissance financière supplémentaire établie à la suite de la COVID-19 – via le NextGenEU et la Facilité pour la reprise et la résilience – en faveur du développement durable.

En outre, le prochain cadre financier pluriannuel, pour 2028-2035, doit intégrer, maintenir et augmenter le niveau total de financement pour financer suffisamment la transformation requise au cours de la prochaine décennie.

En institutionnalisant l’intégration des ODD dans la planification stratégique, la coordination macroéconomique, les processus budgétaires, les missions de recherche et d’innovation et d’autres instruments politiques, l’UE et les États membres peuvent accélérer des transformations majeures et assurer une transition équitable.

Enfin, nous exhortons les futurs dirigeants de l’UE à établir de nouveaux mécanismes permanents pour un engagement structuré et significatif sur les voies et politiques des ODD avec la société civile, la jeunesse et au sein du Parlement européen.

Le nouveau Parlement européen, la prochaine Commission européenne et le Conseil européen ont un long chemin à parcourir pour préparer les prochaines décennies de développement durable mondial. Réaffirmer ensemble l’engagement de l’UE en faveur des ODD constitue la voie à suivre.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =