Workers constructing a climate-friendly building, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. Notre monde bâti est le plus grand contributeur aux émissions de gaz à effet de serre. Voici comment changer cela

De nombreuses solutions existent pour rendre notre monde bâti plus durable, mais le temps presse. Cinq domaines doivent être prioritaires pour progresser dans la décarbonisation de l’immobilier, écrit Gregory Dewerpe.

Un autre mois, un autre record climatique est battu. En février, les températures mondiales de l’air ont battu des records, tandis que les températures à la surface de la mer ont également atteint les plus hauts jamais enregistrés, selon les scientifiques du service Copernicus sur le changement climatique de l’UE.

Pendant ce temps, les émissions mondiales de dioxyde de carbone provenant de l’énergie ont continué d’augmenter en 2023.

Les conséquences physiques du changement climatique – tempêtes, inondations, incendies, chaleur extrême – affectent les communautés riches et pauvres de la planète. L’immobilier et les bâtiments qui nous entourent sont en première ligne face à ce défi.

Le monde bâti est le plus grand contributeur aux émissions mondiales de GES, avec 37 % du total.

Les propriétaires d’immeubles et les investisseurs commencent à prendre conscience de l’ampleur du problème, mais le changement ne se produira pas assez rapidement sans l’intervention des marchés politiques.

Pourtant, en réalité, seuls cinq domaines doivent être prioritaires pour progresser dans la décarbonation de l’immobilier.

Des énergies renouvelables, des réseaux intelligents et de nouvelles compétences sont nécessaires

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone provenant de l’énergie ont encore augmenté en 2023, soulignant la difficulté à laquelle nous sommes confrontés pour passer aux sources d’énergie renouvelables.

Si nous voulons réaliser cette transition, nous devons de toute urgence alimenter le réseau, en créant un meilleur stockage de l’énergie et des échanges plus intelligents pour accéder de manière fiable aux énergies renouvelables. Cela signifie investir dans des solutions de stockage avancées, avec des sources renouvelables et une technologie de réseau intelligent pour améliorer la résilience et la capacité du réseau.

Il est vrai que la crise énergétique européenne, déclenchée par la guerre en Ukraine, a catalysé l’intérêt des investisseurs en capital-risque pour l’efficacité des bâtiments, l’électrification et les solutions de réseau.

Toutefois, des investissements bien plus importants seront nécessaires pour construire un réseau adapté à l’avenir. Les propriétaires immobiliers joueront un rôle important car leur patrimoine physique peut contribuer à produire et à stocker de l’énergie.

Nous parlons d’une transformation de la main-d’œuvre semblable à une autre révolution industrielle, avec une génération de plombiers, soudeurs, menuisiers, ajusteurs, ingénieurs électriciens et géomètres devant acquérir de nouvelles compétences.

Un homme vérifie des modules solaires sur un toit à Soemmerda, novembre 2008
Un homme vérifie des modules solaires sur un toit à Soemmerda, novembre 2008

Qu’il s’agisse d’installer des panneaux solaires et des batteries ou d’investir dans des moyens de surveiller l’efficacité des bâtiments, les promoteurs immobiliers peuvent contribuer à stabiliser les réseaux énergétiques et à réduire les coûts associés à l’énergie propre.

La lutte contre la pénurie de main-d’œuvre et de compétences est un autre domaine sur lequel il faut se concentrer. Compte tenu de la pénurie mondiale de compétences dans le secteur de la construction en général, le besoin de nouvelles compétences spécifiques pour décarboner les bâtiments peut être négligé.

Des consommateurs souhaitant réchauffer leur maison et consommer moins de carburant aux promoteurs qui doivent s’assurer que les investisseurs ne mettent pas de côté les actifs qu’ils construisent, la transition énergétique crée une énorme demande de nouvelles compétences dans le secteur de la construction.

Des entreprises, notamment l’allemand Enter, ont identifié cette pénurie de talents comme une opportunité, mais le secteur privé ne sera pas en mesure de répondre à l’ensemble de la demande.

Nous parlons d’une transformation de la main-d’œuvre semblable à une autre révolution industrielle, avec une génération de plombiers, de soudeurs, de menuisiers, d’installateurs, d’ingénieurs électriciens et de géomètres devant acquérir de nouvelles compétences, sans parler des compétences nécessaires en matière d’architecture et de conception.

Nous devons quadrupler la main-d’œuvre d’ici 2030 via des programmes de formation, des apprentissages et des initiatives de reconversion.

Les outils d’IA et les banques vertes pourraient également être utiles

Outre les nouvelles compétences, il est important de tirer parti des nouvelles technologies. L’IA générative et l’automatisation, par exemple, peuvent optimiser la conception, améliorer l’efficacité et réduire les erreurs de construction.

C’est une opportunité pour le monde de l’immobilier de se réinitialiser, mais nous avons besoin d’une collaboration entre les entreprises technologiques et les entreprises de construction pour développer des outils d’IA capables de réformer notre façon de construire.

Il est impossible de modifier le réseau, de développer des compétences et de développer de nouvelles technologies sans investissements, et les banques jouent un rôle essentiel dans le financement de l’environnement bâti.

Investir dans la technologie capable de décarboner le monde bâti n’est pas seulement la bonne chose à faire, cela peut également dynamiser les économies en Europe, créant des emplois et générant d’excellents rendements.

Ouvriers d'une casse métallique à Braila, Roumanie, août 2021
Ouvriers d’une casse métallique à Braila, Roumanie, août 2021

En agissant comme un pont entre les capitaux publics et privés, les banques vertes pourraient jouer un rôle clé dans la transition énergétique.

Amener les banques à « écologiser » leurs portefeuilles de prêts par le biais de réglementations et d’incitations contribuera à stimuler les investissements dans l’immobilier économe en énergie et les technologies vertes.

Les installateurs peuvent ensuite s’associer avec des banques, des services publics et des fonds immobiliers pour accéder à une clientèle plus large. Les consommateurs déduiront la confiance dans ces installateurs de leur relation avec les prestataires de financement.

Pour les banques, de tels partenariats contribueront à atténuer le risque d’avoir des portefeuilles immobiliers ou de prêts exposés au risque énergétique, y compris aux risques physiques posés par des températures toujours croissantes.

Il est temps de rattraper le reste

Du point de vue du consommateur, nous devons de toute urgence rendre les logements économes en énergie plus accessibles et abordables, en particulier pour les communautés à faible revenu.

Malheureusement, plus de 41 millions d’Européens n’ont pas pu garder leur maison au chaud en 2022. En modernisant les bâtiments grâce à la technologie, en promouvant l’utilisation de compteurs intelligents et en élargissant l’accès aux énergies renouvelables, nous pouvons réduire considérablement la charge financière.

En passant simplement à l’utilisation de l’énergie au bon moment, au Royaume-Uni et dans l’UE, nous pourrions économiser jusqu’à 10,5 milliards d’euros par an d’ici 2030 et 15,5 milliards d’euros d’ici 2050, selon une analyse menée en collaboration avec l’Université d’Oxford. .

La Norvège, la Finlande, la Suède et l’Estonie sont les leaders européens en matière d’installation de technologies renouvelables telles que les pompes à chaleur. Mais d’autres pays doivent de toute urgence rattraper leur retard.

Investir dans la technologie capable de décarboner le monde bâti n’est pas seulement la bonne chose à faire, cela peut également dynamiser les économies en Europe, créant des emplois et générant d’excellents rendements.

De nombreuses solutions existent pour rendre notre monde bâti plus durable, mais le temps presse. Tandis que le secteur privé propose des solutions innovantes, des actions sont également nécessaires au niveau politique et sectoriel, si l’on veut que celles-ci atteignent leur objectif.

Laisser un commentaire

2 + 14 =