Social media applications are displayed on an iPhone, March 2019

Jean Delaunay

Eurovues. Meta doit cesser de faire payer le droit des gens à la vie privée

Les institutions européennes doivent mettre fin au traitement injuste des données inhérent aux modèles économiques omniprésents comme celui de Meta, qui violent les droits fondamentaux des personnes, écrit Itxaso Domínguez de Olazábal.

En prévision d’un avis crucial du Comité européen de la protection des données (EDPB) — un groupement des principaux régulateurs de la vie privée de l’UE — sur le projet de Meta de facturer la confidentialité, la Commission européenne a ouvert une enquête qui, espérons-le, fera la lumière sur l’illégalité des activités de Meta. -modèle appelé « Pay or Okay », qui fait parler de lui à Bruxelles.

La transition de Meta de sa philosophie de longue date et fièrement promue « libre et le sera toujours », à l’introduction d’options d’abonnement payantes en novembre 2023, a déclenché une onde de choc.

Ce changement a été motivé par la décision du plus haut tribunal de l’UE, qui a jugé illégale la monétisation des données des utilisateurs par l’entreprise et a obligé l’entreprise à rechercher des alternatives.

L’approche « Payer ou Okay » de Meta constitue son ultime effort pour rationaliser une surveillance commerciale approfondie. Cependant, forcer les gens à payer pour leur vie privée ne leur offre pas un véritable choix de consentement.

L’alternative au paiement présentée aux utilisateurs semble simple : il suffit de cliquer sur « ok » et d’accepter d’être soumis au suivi et au profilage. C’est loin d’être idéal en matière de protection des données, qui est un droit fondamental.

La prochaine décision de l’EDPB les 16 et 17 avril pourrait perturber la dangereuse normalisation de tels modèles économiques et pratiques invasives.

Un avis rejetant le principe « Payez ou acceptez » concernant les grandes plateformes créerait un précédent solide en matière de protection du droit à la vie privée, non seulement au sein de l’UE, mais aussi à l’échelle mondiale.

« Payer ou accepter » n’est ni légitime ni licite

La pression contre Meta et son modèle monte de toutes parts, pour de nombreuses raisons.

La communauté des droits numériques s’inquiète du fait que les grandes entreprises technologiques portent atteinte à la vie privée en tant que droit fondamental primordial et de leurs tentatives répétées de la marchandiser.

Récemment, deux lettres ouvertes soutenues par un certain nombre d’organisations de la société civile ont exprimé ces préoccupations et ont exhorté l’EDPB à adopter une position décisive contre le modèle « Payer ou Consenter ».

Ces dernières années, nous avons assisté à une tendance inquiétante selon laquelle la confidentialité des données, comme cela s’est produit dans des domaines comme le travail et la santé, devient de plus en plus un luxe accessible uniquement aux riches.

« Payer ou accepter » contraint les gens à accepter l’utilisation, le partage ou la vente de leurs données personnelles, compromettant ainsi le principe du consentement libre, éclairé et sans équivoque.

Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, s'exprime lors de la conférence des développeurs Connect du géant de la technologie à Menlo Park, en septembre 2023.
Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, s’exprime lors de la conférence des développeurs Connect du géant de la technologie à Menlo Park, en septembre 2023.

On nous dit souvent que la vie privée est sacrifiée au profit de la commodité de la vie moderne, sans tenir compte du fait que les droits fondamentaux devraient être universels et non soumis à une simple commodité.

En outre, le modèle « Pay or Okay » tente de créer une exemption significative dans l’application du Règlement général sur la protection des données (RGPD), la loi de l’UE qui donne aux individus plus de contrôle sur leurs données personnelles et oblige les organisations à les gérer de manière responsable.

Le modèle basé sur l’abonnement est en contradiction avec l’exigence selon laquelle le consentement pour l’acceptation des cookies doit être libre et authentique.

« Payer ou accepter » contraint les gens à accepter l’utilisation, le partage ou la vente de leurs données personnelles, compromettant ainsi le principe du consentement libre, éclairé et sans équivoque.

En conséquence, les individus sont privés d’un véritable contrôle sur leurs données. Soit vous payez directement pour la confidentialité, soit vous renoncez à votre vie privée – payant ainsi cet accès soi-disant gratuit avec vos données sensibles.

Il n’existe pas d’autre possibilité pour les utilisateurs qui souhaitent refuser le traitement de leurs données personnelles sans souscrire à un service payant.

L’approche « à prendre ou à laisser » est injuste et discriminatoire

Une lettre ouverte à Meta rédigée par des députés européens a encore souligné cet aspect du problème du « Pay or Okay ».

L’impact discriminatoire du principe « Payer ou Accepter » perpétue effectivement les obstacles à l’accès numérique et au contrôle des données personnelles en imposant une approche néfaste du type « à prendre ou à laisser ».

Des millions de personnes dépendent de ces plateformes pour leurs activités quotidiennes, depuis les opportunités professionnelles jusqu’aux actions les plus banales dans une société de plus en plus numérisée. Le recadrage par Meta de la vie privée et de la protection des données comme des biens achetables conduit par conséquent à des impacts sociétaux négatifs, aggravant les inégalités sociales et perpétuant les exclusions discriminatoires.

L’ouverture par la Commission européenne d’une enquête dans le cadre de la DMA contre Meta a explicitement souligné que le choix binaire imposé aux utilisateurs peut ne pas offrir une véritable alternative s’ils refusent de consentir, perpétuant potentiellement l’accumulation de leurs données personnelles.

Vera Jourova, commissaire européenne chargée des valeurs et de la transparence, s'adresse à la plénière du Parlement européen à Bruxelles, en mars 2021
Vera Jourova, commissaire européenne chargée des valeurs et de la transparence, s’adresse à la plénière du Parlement européen à Bruxelles, en mars 2021

Retirer son consentement devrait être aussi simple que de l’accorder. Cependant, avec « Pay or Okay », annuler le consentement n’est pas simple, car les utilisateurs rencontrent des difficultés pour localiser les mécanismes de désinscription, au milieu d’interfaces alambiquées et de modèles sombres, d’astuces numériques qui tentent de vous manipuler pour faire ce que veut le site Web ou l’application, plutôt que ce qui est le mieux pour vous.

L’ouverture par la Commission européenne d’une enquête en vertu de la loi sur les marchés numériques (DMA) contre Meta a explicitement souligné que le choix binaire imposé aux utilisateurs peut ne pas offrir une véritable alternative s’ils refusent de consentir, perpétuant ainsi potentiellement l’accumulation de leurs données personnelles.

Par ailleurs, la Commission a souligné que l’aspect paiement du modèle « Consent or Pay » pourrait être interprété comme une dégradation des conditions de service. Cela signifie que Meta utilise son important pouvoir de marché pour réduire délibérément la qualité de ses services destinés à ses utilisateurs, un comportement qui viole également le principe d’équité énoncé dans le RGPD.

La remise en question du « Pay or Okay » émane également des organisations européennes de consommateurs, qui ont déposé plusieurs plaintes auprès des autorités de protection des données et de la Commission européenne.

Leur position se concentre non seulement sur les pratiques décrites comme injustes, trompeuses et agressives, mais également sur le modèle commercial prédateur de la technologie publicitaire qui est au cœur de tout cela.

Meta négocie les droits fondamentaux pour continuer à profiler les utilisateurs

Face à la pression croissante et reconnaissant ouvertement la nécessité d’apaiser les régulateurs, Meta a reconnu le bien-fondé de ses inquiétudes.

Cependant, au lieu d’abandonner complètement le modèle, Meta a proposé de baisser le prix des abonnements et de continuer à exploiter ses réseaux sociaux dominants, qui profitent exclusivement des données personnelles des utilisateurs en Europe et dans le monde.

Les méta et entités similaires partent du principe que la plupart des utilisateurs ne seront pas enclins à payer des frais.

Alphabet et Meta génèrent régulièrement plus de 200 milliards de dollars (187,6 milliards d’euros) de revenus publicitaires mondiaux par an et en 2022, les ventes publicitaires représentaient 98 % des revenus de Meta. Cela souligne les dangers de la surveillance commerciale comme moyen de maximiser les profits.

Un homme joue au jeu Mixed Reality Fencing Prototype lors de sa visite au stand Meta lors de la Game Developers Conference 2023 à San Francisco, en mars 2023.
Un homme joue au jeu Mixed Reality Fencing Prototype lors de sa visite au stand Meta lors de la Game Developers Conference 2023 à San Francisco, en mars 2023.

Pourtant, il reste évident que les abonnements ne constituent pas la principale source de revenus des grandes plateformes technologiques, qui génèrent principalement leurs revenus en vendant des espaces publicitaires.

Alphabet et Meta génèrent régulièrement plus de 200 milliards de dollars (187,6 milliards d’euros) de revenus publicitaires mondiaux par an et en 2022, les ventes publicitaires représentaient 98 % des revenus de Meta. Cela souligne les dangers de la surveillance commerciale comme moyen de maximiser les profits.

Une autre hypothèse périlleuse dont profitent les grandes technologies est que les individus ne peuvent pas comprendre des systèmes aussi complexes. On leur fait croire qu’ils ont donné leur consentement.

Avec les abonnements payants, ils sont même assurés de ne voir aucune publicité ciblée. Pourtant, la réalité est qu’ils restent dans l’ignorance quant aux données spécifiques abandonnées, à leurs destinataires et à leurs finalités.

La vie privée n’est pas à vendre – ni maintenant, ni jamais

La communauté des droits numériques attend la décision de l’EDPB avec impatience, espérant que le conseil d’administration rejettera fermement « Payer ou consentir » dans sa décision d’avril et établira des orientations utiles et un précédent solide en matière de normes de confidentialité et de protection des données dans les mois à venir.

Il est toutefois crucial de souligner que le débat va bien au-delà du simple consentement et que, malgré les lois européennes, le suivi dans la publicité numérique reste la norme.

De plus, le non-respect des règles est souvent toléré par les grandes plateformes en ligne. Le problème ne réside donc pas dans les pratiques individuelles, mais dans les différentes méthodes par lesquelles Meta et ses homologues non seulement soutiennent leur modèle mais l’appliquent également sur d’autres plateformes qui ont également eu recours au « Pay or Okay ».

Les plateformes, comme les éditeurs, peinent à proposer une véritable alternative car le marché privilégie fortement les publicités basées sur le tracking.

Les institutions européennes doivent mettre fin au traitement injuste des données inhérent aux modèles commerciaux omniprésents comme celui de Meta, qui violent les droits fondamentaux des personnes.

En attendant, notre vie privée continuera d’être soumise à la discrétion de Mark Zuckerberg et d’autres dirigeants de Big Tech, tandis que la possibilité de contrôler nos données personnelles reste un privilège accessible principalement aux riches.

Ce dont l’UE a besoin de toute urgence pour le prochain mandat, c’est d’une nouvelle législation adaptée à la publicité numérique, capable de remédier efficacement aux dommages causés par le secteur de la publicité basée sur le suivi.

Laisser un commentaire

13 − 7 =