Trucks queue on the A12 highway between Berlin and the Polish border in Frankfurt Oder, March 2020

Jean Delaunay

Eurovues. L’UE doit faire volte-face face aux adolescents qui conduisent des camions

Encourager quelque 13 500 adolescents à commencer à conduire des camions serait une expérience dangereuse, qui conduirait à ce que davantage de conducteurs appartenant au groupe le plus à risque prennent le volant de véhicules qui causent le plus de dégâts en cas d’accident, écrit Antonio Avenoso.

Imaginez conduire une voiture sur une route rurale la nuit avec vos enfants endormis à l’arrière. Les conditions sont un peu brumeuses et la visibilité est réduite.

Tout à coup, un semi-remorque de 40 tonnes arrive vers vous en sens inverse.

À l’approche, seule une ligne blanche en pointillés sur la route vous sépare, vous et votre famille, de l’oubli.

Qui veux-tu au volant de ce camion ? Un conducteur avec plusieurs années d’expérience de conduite dans de telles conditions ?

Que diriez-vous d’un adolescent tout droit sorti de l’école ?

Le lobby de l’industrie routière veut que les adolescents prennent le volant

Depuis 2006, l’Union européenne a judicieusement recommandé un âge minimum de 21 ans pour les chauffeurs de camion et de 24 ans pour les chauffeurs de bus.

Mais ces dernières années, le secteur du transport routier a fait pression pour abaisser ces minimums comme moyen peu coûteux de résoudre la crise du recrutement dans le secteur.

Offrir de meilleures conditions, des temps de conduite et de repos plus raisonnables et moins de temps loin de chez soi n’est plus possible – l’embauche des jeunes sortant de l’école est à la mode.

Le lobbying de l’industrie routière a porté ses fruits. Avec la bénédiction de l’UE, un certain nombre d’États membres ont abaissé l’âge minimum – généralement à 18 ans pour les conducteurs de camions – à condition que les jeunes aient suivi une formation professionnelle supplémentaire en plus des examens pratiques et théoriques requis.

Mais la cerise sur le gâteau pour le secteur des transports serait que tous les États membres soient tenus de le faire et que les adolescents puissent conduire des camions à travers le continent.

On pourrait penser qu’il y aurait une base scientifique solide pour ce changement proposé. Il n’y en a pas. L’industrie déclare que cela n’aurait aucun impact sur la sécurité routière. Il n’a fourni aucune preuve ou donnée pour étayer cette opinion.

Des camions-citernes sont chargés de carburant à Wesseling, près de Cologne, avril 2022
Des camions-citernes sont chargés de carburant à Wesseling, près de Cologne, avril 2022

La filière veut aller plus loin encore et permettre aux jeunes de 16 et 17 ans de s’initier à la conduite accompagnée de camions, de commencer à conduire en solo dès l’âge de 18 ans.

En mars dernier, la Commission européenne a cédé à la pression et a publié une proposition de révision des règles sur le permis de conduire qui obligerait les États membres à proposer un système de conduite accompagnée permettant aux jeunes de 17 ans de conduire un camion. Et en décembre, la commission des transports du Parlement européen a soutenu cette décision.

La Commission européenne estime que 13 500 jeunes de 17 ans pourraient ainsi commencer à conduire des camions.

On pourrait penser qu’il y aurait une base scientifique solide pour ce changement proposé. Il n’y en a pas.

L’industrie déclare que cela n’aurait aucun impact sur la sécurité routière. Il n’a fourni aucune preuve ou donnée pour étayer cette opinion.

Les statistiques sur les jeunes conducteurs de poids lourds sont extrêmement préoccupantes

Pire encore, la Commission européenne n’a pas non plus enquêté correctement sur cette question.

L’analyse d’impact officielle justifie ce changement par le fait qu’un programme de conduite accompagnée destiné aux automobilistes âgés de 17 ans en Allemagne a montré des résultats positifs en matière de sécurité routière.

Ceci n’est pas assez bon. Le métier de chauffeur routier professionnel est très différent de celui d’un usage occasionnel d’une voiture. Et lorsqu’un camion s’écrase, les dégâts causés peuvent être absolument catastrophiques.

L’adolescent responsable d’un tel accident vivrait avec les conséquences pendant des décennies. Les familles des victimes ne se remettront jamais de leur chagrin.

Nous espérons que les députés réfléchiront aux implications de ce qui constituerait un sérieux recul pour la sécurité routière en Europe. Les adolescents qui conduisent des camions sont une idée qu’il faut stopper net.

Un camion s'est écrasé lors de fortes tempêtes sur l'autoroute A 71 près d'Erfurt, en janvier 2018.
Un camion s’est écrasé lors de fortes tempêtes sur l’autoroute A 71 près d’Erfurt, en janvier 2018.

À l’ETSC, nous avons examiné les données disponibles sur les conducteurs de camion adolescents et c’est extrêmement préoccupant.

Une étude de l’Association allemande des assurances (GDV) montre que les conducteurs de poids lourds âgés de 18 à 20 ans sont à l’origine d’un nombre beaucoup plus élevé de collisions entraînant des blessures, par rapport au nombre de permis enregistrés pour cette tranche d’âge, par rapport à toutes les autres tranches d’âge de conducteurs de poids lourds.

L’ETSC a également analysé les données de Finlande et de Pologne, d’autres pays qui autorisent les jeunes conducteurs de camion, et cela montre la même chose.

Une année de conduite accompagnée en camion, c’est mieux que rien. Mais il est peu probable que cela puisse réparer les dégâts provoqués par l’augmentation massive du nombre de chauffeurs routiers de moins de 21 ans.

Il faut stopper l’idée dans son élan

La science montre que l’inexpérience n’est qu’un des nombreux facteurs qui affectent les jeunes conducteurs.

Les jeunes subissent d’importants changements biologiques et sociaux entre 15 et 25 ans. Le développement du cerveau se poursuit tout au long de cette période et ne s’achève que vers la vingtaine.

Ainsi, lorsque les jeunes apprennent à conduire, leurs capacités cognitives ne sont pas encore complètement développées.

Cela affecte leur perception et leur attitude à l’égard du risque. Le développement cognitif pendant la puberté peut conduire à une plus grande instabilité émotionnelle et à un comportement plus assertif.

Ainsi, en tant qu’usagers de la route, les jeunes ont tendance à adopter des comportements à risque et à avoir une moindre appréciation des dangers auxquels ils sont confrontés.

La recherche biologique montre qu’à l’âge de 18 ans, les zones du cerveau humain responsables de l’intégration des informations et du contrôle des impulsions sont encore en développement.

Encourager 13 500 adolescents supplémentaires à commencer à conduire des camions serait une expérience vaste et dangereuse, conduisant à ce qu’un nombre encore plus grand de conducteurs appartenant au groupe le plus à risque prennent le volant de véhicules qui causent le plus de dégâts en cas d’accident.

Le mois prochain, la session plénière du Parlement européen pourrait décider du sort de cette proposition.

Nous espérons que les députés réfléchiront aux implications de ce qui constituerait un sérieux recul pour la sécurité routière en Europe. Les adolescents qui conduisent des camions sont une idée qu’il faut stopper net.

Laisser un commentaire

15 + onze =