People hold a banner reading

Jean Delaunay

Eurovues. L’UE doit agir à temps pour sauver les médias slovaques

Alors que Bruxelles se regroupe après les élections, elle doit respecter l’État de droit, écrit Tom Gibson.

Le 15 mai, alors que l’Europe était secouée par la nouvelle de l’assassinat du Premier ministre slovaque Robert Fico, un sentiment d’incertitude et d’appréhension s’est installé à Bratislava.

Lorsque l’histoire a commencé à émerger, il est devenu évident à quel point des médias locaux solides et diversifiés sont essentiels pour accéder aux faits en période de crise. Cependant, à un moment aussi crucial pour la Slovaquie, les journalistes indépendants sont désormais les boucs émissaires des autorités dans une spirale descendante de la liberté de la presse.

J’étais ce jour à Bratislava avec mon collègue Attila Mong, journaliste hongrois et représentant du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) Europe, pour enquêter sur la menace croissante d’attaques contre la presse en Slovaquie, suite à l’élection récente d’une coalition gouvernement affichant une attitude hostile envers les médias.

Le nouveau gouvernement de coalition slovaque cherche désormais à mieux contrôler les médias, s’inspirant apparemment de la Hongrie pour suivre la même voie que celle du Premier ministre Viktor Orbán en 2010.

Le cheminement d’Orbán vers l’autoritarisme a codifié un modèle de captation médiatique : obtenir le contrôle politique de la chaîne publique, puis du régulateur national des médias.

Demandez à vos alliés de racheter les médias privés, d’obtenir un monopole et de contrôler la publicité d’État. Une fois que vous possédez le paysage médiatique, il devient votre porte-parole. Les journalistes indépendants restants sont transformés en un groupe marginalisé avec une fraction des ressources et de la portée.

Attila a vécu la prise de contrôle des médias nationaux par Orbán en 2010 – y compris l’adoption d’une législation nationale pour mettre le radiodiffuseur public au pas – et a été témoin de l’incapacité de Bruxelles à intervenir. « La vraie question maintenant est de savoir si l’UE a appris à pirater le manuel de jeu », m’a dit Attila.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération (OSCE) a décrit les élections de 2022 en Hongrie comme « minées par (une) absence de règles du jeu équitables ». En bref, les élections étaient libres mais pas équitables.

Il poursuit : « Avant les élections, une couverture médiatique biaisée et déséquilibrée a imprégné le public et de nombreux médias privés, principalement au profit du parti au pouvoir. » C’est désormais le risque auquel la Slovaquie est confrontée et l’UE doit agir avant qu’il ne soit trop tard.

Accuser les journalistes de haine ?

Chaque semaine, l’espace d’un journalisme libre et indépendant en Slovaquie est menacé.

Le parlement vient d’adopter une loi visant à créer un nouveau radiodiffuseur de service public offrant des possibilités plus faciles d’influence politique sur la structure de gestion, ainsi que le limogeage de l’actuel directeur du radiodiffuseur, Ľuboš Machaj.

D’autres lois concernant les médias et l’accès à l’information ont également été proposées à une vitesse fulgurante dans le but d’agir rapidement pour contrôler la presse.

La confiance dans les médias traditionnels et indépendants a diminué. À la place, la désinformation véhiculée par les médias sociaux, avec des informations faisant état d’une influence pro-russe et de la prolifération de théories du complot, contribue à créer des flux d’informations alternatifs pour les Slovaques.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense de Slovaquie, Robert Kalinak, s'exprime lors d'une conférence de presse devant l'hôpital universitaire FD Roosevelt, le 17 mai 2024.
Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense de Slovaquie, Robert Kalinak, s’exprime lors d’une conférence de presse devant l’hôpital universitaire FD Roosevelt, le 17 mai 2024.

La confiance dans les médias traditionnels et indépendants a diminué. À la place, la désinformation véhiculée par les médias sociaux, avec des informations faisant état d’une influence pro-russe et de la prolifération de théories du complot, contribue à créer des flux d’informations alternatifs pour les Slovaques.

La réponse des autorités à l’assassinat du Premier ministre Fico a été menaçante, certains responsables accusant immédiatement les journalistes de propager la haine.

Une autre résolution parlementaire contenait également des formulations discutables concernant le rôle des journalistes, qui doivent rapporter les faits et non propager la haine.

Dans son premier discours public après la fusillade, le Premier ministre Fico a ouvertement attaqué les médias « anti-gouvernementaux » financés par Soros, leur demandant de ne pas banaliser la fusillade. La peur et l’incertitude caractérisent désormais l’humeur de nombreux journalistes slovaques.

Une menace qui évolue lentement

Nous assistons actuellement à des tentatives progressives de restreindre ou de dénigrer les médias indépendants en Slovaquie.

Les journalistes et rédacteurs de la chaîne de télévision Markiza ont rapporté avoir subi des pressions de la part de propriétaires étrangers de mèche avec le gouvernement, au point que nombre d’entre eux risquent de partir. Les attaques verbales contre les journalistes par des hommes politiques se sont multipliées.

Ces attaques ont inspiré des vagues d’abus en ligne de la part des Slovaques eux-mêmes. Un discours empoisonné et menaçant est entré dans l’arène de la liberté de la presse slovaque.

Ce déclin des libertés des médias s’est produit à un moment défavorable en termes de contrôle de l’UE. Les élections européennes viennent de se dérouler et les responsables européens se concentrent sur les futures nominations, les alliances et le nouveau paysage politique.

Les employés et collègues de RTVS organisent une manifestation à Bratislava, le 10 juin 2024
Les employés et collègues de RTVS organisent une manifestation à Bratislava, le 10 juin 2024

Ce déclin des libertés des médias s’est produit à un moment défavorable en termes de contrôle de l’UE. Les élections européennes viennent de se dérouler et les responsables européens se concentrent sur les futures nominations, les alliances et le nouveau paysage politique.

La Slovaquie est à la dérive et Bruxelles pourrait être sur le point de perdre un autre État membre de l’UE en matière d’État de droit.

Bruxelles n’a pas réagi efficacement à la mainmise des médias hongrois alors qu’Orbán construisait sa propre sphère d’information nationale. La Commission européenne doit être aussi créative et diligente que possible pour empêcher la même chose en Slovaquie, même en cette période électorale.

Le futur contrôle du Parlement européen sera également vital. Les États membres devraient également faire pression sur Bratislava.

L’argent parle, et Bruxelles ne peut pas se permettre d’attendre

Depuis 2019, Bruxelles s’efforce de renforcer sa capacité à défendre la liberté de la presse dans les États membres. La loi européenne sur la liberté des médias, la récente loi européenne visant à protéger le pluralisme et l’indépendance des médias, n’est pas strictement appliquée pour le moment mais pourrait, en principe, être invoquée à l’égard du radiodiffuseur public.

Dans le cadre de la loi européenne sur les services numériques, la Commission européenne devrait faire pression sur Facebook pour qu’il évalue son rôle dans la fourniture d’un espace en ligne où les journalistes sont attaqués verbalement et où circulent des discours en ligne potentiellement nuisibles, voire illégaux.

L’argent parle aussi. Toute opportunité de faire savoir que les fonds de l’UE sont conditionnés au respect de l’État de droit affectant le budget de l’UE mettrait la pression sur la Slovaquie.

Comme nous l’a montré le blocage par la Hongrie des fonds européens pour l’Ukraine, le fonctionnement de l’UE dépend en partie des freins et contrepoids qu’une presse indépendante peut fournir aux gouvernements populistes des États membres.

Bruxelles ne peut pas se permettre d’attendre.

Laisser un commentaire

dix-sept + 10 =