A girl waves a flag of the United Kingdom during a national Muslim memorial for the late Queen Elizabeth II at the central mosque in London, September 2022

Jean Delaunay

Eurovues. L’islamophobie gagne du terrain dans toute l’Europe. Voici comment nous l’arrêtons

Il est crucial que les dirigeants et les gens ordinaires s’unissent dans un effort remarquable pour faire face à la haine omniprésente dans nos communautés. Ce ne sont pas seulement les minorités qui sont en danger, c’est aussi le monde occidental et nos valeurs communes de liberté, de justice et d’égalité, écrit Naz Shah.

Plus tôt ce mois-ci, un complot entre des responsables du parti AfD et des néo-nazis visant à expulser des millions de minorités ethniques d’Allemagne a été découvert.

Mais cette conspiration fait partie d’un sinistre courant sous-jacent qui balaie l’Europe et le monde occidental dans son ensemble – un courant qui va de pair avec une montée incessante de l’islamophobie.

Depuis les atrocités du 7 octobre et les attaques en cours contre la population de Gaza, l’islamophobie au Royaume-Uni a augmenté de 600 %.

Pourtant, le gouvernement britannique a réagi par une rhétorique enflammée plutôt que par la promotion de messages d’unité.

Récemment, le Premier ministre Rishi Sunak a utilisé un cliché islamophobe en réponse à un autre député musulman, ce que j’ai été obligé d’interpeller à la Chambre des Communes.

Pendant ce temps, le gouvernement conservateur a consacré son temps et ses efforts – non pas à remédier à la détérioration des liens sociaux ou à résoudre le conflit au Moyen-Orient – ​​mais à faire adopter le controversé plan d’asile au Rwanda qui est l’incarnation même de la xénophobie institutionnalisée.

Mais la xénophobie devient plus que normalisée aux échelons du pouvoir politique : elle devient essentielle pour remporter les élections en Europe et au-delà.

Tout dépend du pouvoir de la peur

De la Suède à la Grèce, les groupes d’extrême droite et les dirigeants populistes ne se contentent pas de participer aux élections ; ils gagnent, souvent en nombre record.

L’ascension de Geert Wilders aux Pays-Bas, alimentée par des décennies de rhétorique anti-musulmane, notamment la promesse d’interdire les mosquées et le Coran, illustre comment l’Europe est confrontée à une tendance politique non pas vers l’intégration et l’acceptation, mais vers la haine et l’exclusion. .

Et cela pourrait être bien pire.

Si Donald Trump était élu président des États-Unis en novembre, le monde occidental aurait franchi une nouvelle étape inquiétante, où les minorités deviendraient les boucs émissaires des maux de la société occidentale.

Des manifestants se rassemblent près de l'ambassade américaine pour manifester contre l'interdiction de voyager imposée au président américain Donald Trump à Berlin, en février 2017.
Des manifestants se rassemblent près de l’ambassade américaine pour manifester contre l’interdiction de voyager imposée au président américain Donald Trump à Berlin, en février 2017.

Si Donald Trump était élu président des États-Unis en novembre, le monde occidental aurait franchi une nouvelle étape inquiétante, où les minorités deviendraient les boucs émissaires des maux de la société occidentale.

Par exemple, Trump a récemment déclaré que les immigrants « empoisonnaient le sang (de l’Amérique) » sous les applaudissements nourris de la foule.

Il ne fait aucun doute que son accession à la Maison Blanche annoncerait un renouveau de l’extrême droite encore plus fort, encourageant l’émergence de nouveaux populistes venus d’autres pays de l’UE.

Mais pourquoi cette rhétorique qui divise, clé du succès électoral, trouve-t-elle un écho auprès d’un si grand nombre de personnes ? La réponse réside dans le pouvoir de la peur.

Travailler sans relâche pour humaniser l’autre

Par exemple, la théorie du grand remplacement défendue par tant de populistes d’extrême droite affirme que la civilisation occidentale est confrontée à une menace existentielle dans une guerre culturelle contre les valeurs occidentales.

Ce récit, de l’Occident luttant pour sa survie contre une attaque imaginaire d’islamisation, est conçu pour puiser dans des peurs existentielles profondément enracinées.

Et dans une certaine mesure, ça marche.

Des manifestants de droite défilent vers le port de Douvres alors qu'ils affrontent des manifestants antifascistes, janvier 2016.
Des manifestants de droite défilent vers le port de Douvres alors qu’ils affrontent des manifestants antifascistes, janvier 2016.

L’Europe est attirée vers des idéologies d’extrême droite à une échelle qui n’est pas sans rappeler les préludes de la Seconde Guerre mondiale.

Ce n’est pas seulement une tendance politique ; c’est un glissement dangereux vers une ère de division et d’hostilité, une ère qui remettra en question les fondements mêmes de nos valeurs démocratiques.

Comment alors répondre à une tendance qui menace d’engloutir les musulmans occidentaux, d’autres minorités et les valeurs occidentales fondamentales d’empathie, de tolérance et de respect mutuel ?

Eh bien, d’un côté, nous devons travailler sans relâche pour humaniser l’autre. L’histoire montre que l’escalade des persécutions et de la violence contre les minorités s’accompagne toujours de leur déshumanisation.

Un ensemble de valeurs contre le discours clivant de l’extrême droite

C’est pourquoi l’éducation doit jouer un rôle central. Les écoles doivent intégrer des programmes qui favorisent une meilleure compréhension de la culture islamique grâce à l’exposition et à la connaissance de personnes issues de milieux différents.

Mais l’éducation dans les écoles doit compléter l’éducation plus large dans la société.

C’est pourquoi ma participation à la Conférence des dirigeants musulmans européens et britanniques l’année dernière a été un moment charnière pour la communauté musulmane britannique.

En fin de compte, il est crucial que les dirigeants et les gens ordinaires s’unissent dans un effort remarquable pour faire face à la haine omniprésente dans nos communautés.

Le roi Charles III de Grande-Bretagne reçoit le Dr Mohammed Al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale, lors d'une audience au palais de Buckingham, en mars 2023.
Le roi Charles III de Grande-Bretagne reçoit le Dr Mohammed Al-Issa, secrétaire général de la Ligue musulmane mondiale, lors d’une audience au palais de Buckingham, en mars 2023.

Ce rassemblement, orchestré par la Ligue musulmane mondiale à Londres, a réuni des centaines de personnalités musulmanes les plus influentes de Grande-Bretagne. Au centre de la conférence se trouvait la Charte de La Mecque, une vaste déclaration des droits et des valeurs islamiques soutenue par plus de 1 200 universitaires de 139 pays, qui témoigne de l’engagement de l’Islam envers les idéaux modernes.

Par exemple, la charte met l’accent sur la gestion de l’environnement, la tolérance religieuse et les droits des femmes.

Mais ces valeurs sont plus que des idéaux abstraits ; ils font partie intégrante de la vie quotidienne des musulmans britanniques. Surtout, ils vont directement à l’encontre du discours controversé des extrémistes d’extrême droite.

Il est temps d’éteindre les feux des idéologies extrémistes

Cela compte énormément. La reconnaissance des valeurs partagées entre les musulmans britanniques et la société dans son ensemble s’attaque aux racines de l’extrémisme. Et une telle appréciation renforce le tissu de notre société, renforçant sa résilience face aux forces de division.

Mais la résilience ne peut pas venir uniquement de nous. Les médias, la société et le gouvernement ont également un rôle important à jouer.

Par exemple, les interventions politiques restent cruciales. L’obsession politique de l’islamophobie empêche les décideurs politiques de s’attaquer à l’augmentation du terrorisme nationaliste blanc, qui a augmenté d’au moins 320 % au cours de la dernière décennie et qui cible de plus en plus les jeunes.

Ironiquement, les discours que les partis d’extrême droite lancent contre les musulmans sont précisément le carburant dont dépend cette idéologie extrémiste.

C’est pourquoi les gouvernements devraient développer des campagnes d’information sur les dangers de l’extrême droite, parallèlement à une législation protégeant les communautés contre les crimes et discours de haine.

Cela est particulièrement pertinent pour les médias sociaux et le monde en ligne, où l’extrême droite estime avoir carte blanche pour répandre la haine.

Il est également temps pour le gouvernement britannique d’adopter la définition de l’islamophobie proposée par le groupe parlementaire multipartite sur les musulmans britanniques. Après tout, comment pouvez-vous aborder quelque chose que vous ne pouvez pas définir ou comprendre ?

En fin de compte, il est crucial que les dirigeants et les gens ordinaires s’unissent dans un effort remarquable pour faire face à la haine omniprésente dans nos communautés.

Car ce ne sont pas seulement les minorités qui sont en danger, mais aussi le monde occidental et nos valeurs communes de liberté, de justice et d’égalité.

Laisser un commentaire

douze − 1 =