Microplastics are small pieces of plastics, usually smaller than 5mm

Jean Delaunay

Eurovues. L’interdiction des microplastiques pourrait-elle être réécrite après son entrée en vigueur ?

Il est alarmant de constater que les responsables de l’UE se mettent en quatre pour répondre aux demandes de l’industrie – avec le risque réel que ce qui était autrefois considéré comme une interdiction radicale soit rongé par des réserves et des exemptions, écrit Hélène Duguy.

L’UE a défié les attentes lorsqu’elle a finalement adopté une interdiction radicale et ambitieuse des microplastiques ajoutés intentionnellement – ​​une véritable victoire pour lutter contre la pollution plastique à la source.

Mais quelques mois seulement après son adoption, cette ambition est menacée par des rafistolages en coulisses de la législation.

La pollution microplastique est hors de contrôle. Ces minuscules particules de plastique ont été trouvées partout où les scientifiques ont regardé, plus récemment dans chaque placenta humain testé dans le cadre d’une étude.

Mesurant moins – et souvent beaucoup moins – de cinq millimètres de diamètre, ils sont extrêmement persistants, ce qui signifie qu’il est presque impossible de les retirer de l’environnement où ils s’accumulent.

Nous avons besoin de recherches plus approfondies pour connaître les impacts exacts des microplastiques sur la santé, mais toute cette quantité de plastique dans notre environnement et notre corps ne peut certainement pas être un bon signe.

En fait, il a été démontré que les microplastiques endommagent les cellules humaines en laboratoire et une étude récente a révélé un risque considérablement plus élevé d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques chez les personnes dont les vaisseaux sanguins étaient contaminés par des microplastiques.

Comme la pollution de l’air, les minuscules particules de plastique pourraient se loger dans les tissus et provoquer une inflammation, source d’une myriade de problèmes pour le corps humain.

Sous-estimer la dureté des microplastiques et de leurs producteurs

Il existe un besoin indéniable de lutter contre cette pollution et l’année dernière, l’Union européenne a réagi.

Il a mis en place une interdiction radicale, ciblant tous les microplastiques intentionnellement ajoutés aux produits – comme les petites billes exfoliantes dans les produits cosmétiques ou le remplissage granulaire utilisé dans les terrains de sport synthétiques.

L’interdiction est large et, surtout, la majorité des microplastiques visés par l’interdiction ne sont pas essentiels au fonctionnement du produit en question.

Généralement, des alternatives sont disponibles et prêtes à être mises à l’échelle. Et il ne s’agit pas seulement d’une rhétorique optimiste des organisations environnementales : les marques de cosmétiques l’ont également clairement indiqué. Bref, c’est une pollution qui peut et doit être évitée.

Quelques mois seulement après son entrée en vigueur, certains acteurs du secteur contestent la portée de l’interdiction. Et il est inquiétant de constater que la Commission européenne semble prête à céder du terrain.

Des déchets plastiques se trouvent dans un champ fraîchement cultivé à Nauen, septembre 2018
Des déchets plastiques se trouvent dans un champ fraîchement cultivé à Nauen, septembre 2018

Après des années de négociations, l’interdiction est finalement entrée en vigueur en octobre 2023. Cela aurait dû être la fin de l’histoire.

Mais ce serait sous-estimer le courage de certains acteurs de l’industrie, déterminés à se débarrasser d’une législation élaborée dans le cadre d’un processus démocratique et scientifique.

Quelques mois seulement après son entrée en vigueur, certains acteurs du secteur contestent la portée de l’interdiction.

Et il est inquiétant de constater que la Commission européenne semble prête à céder du terrain. Les autorités se mettent en quatre pour répondre aux demandes de l’industrie – avec le risque réel que ce qui était autrefois considéré comme une interdiction radicale soit rongé par des réserves et des exemptions.

Le cas de « l’interdiction des paillettes »

Un exemple inquiétant en est survenu il y a quelques semaines lorsqu’une entreprise produisant des décorations de Noël scintillantes a intenté une action en justice contre la Commission.

Les paillettes sont essentiellement de minuscules morceaux de plastique, interdits par cette nouvelle législation. Cela a conduit divers médias à parler de « l’interdiction des paillettes » de l’UE.

Un porte-parole de la Commission européenne a même confirmé que l’interdiction s’appliquait aux « objets de décoration émaillés tels que les décorations de Noël ou les chapeaux de fête, dont les paillettes se détachent lors d’une utilisation normale ».

Bien qu’il n’y ait rien de mal à clarifier la législation, il existe une crainte légitime que l’incident des paillettes puisse se répéter et faire dérailler tout l’objectif de l’interdiction – à savoir éviter l’utilisation de microplastiques en premier lieu.

Un peintre décore des décorations de sapin de Noël en verre soufflé avec des paillettes à la manufacture Silverado à Jozefow, près de Varsovie, novembre 2017.
Un peintre décore des décorations de sapin de Noël en verre soufflé avec des paillettes à la manufacture Silverado à Jozefow, près de Varsovie, novembre 2017.

Mais la Commission semble désormais revenir sur son engagement. Il a discrètement mis à jour son site Web pour exempter la plupart des utilisations de paillettes de la restriction sur les microplastiques.

À huis clos, la Commission travaille actuellement sur des orientations visant à « clarifier » davantage – et potentiellement à restreindre – la portée de la restriction.

Les orientations sont par nature non contraignantes, mais dans la pratique, les parties prenantes et les autorités chargées de l’application des lois s’en servent dans une large mesure pour interpréter le droit de l’UE.

Bien qu’il n’y ait rien de mal à clarifier la législation, il existe une crainte légitime que l’incident des paillettes puisse se répéter et faire dérailler tout l’objectif de l’interdiction – à savoir éviter l’utilisation de microplastiques en premier lieu.

C’est quoi toutes ces réunions à huis clos ?

Un autre point d’inquiétude est que ce bricolage rétroactif exclut les représentants de la société civile qui ont apporté leur expertise tout au long du processus menant à l’adoption de la restriction.

Les responsables de la Commission européenne ont récemment pris la mauvaise habitude d’organiser des événements à huis clos avec l’industrie chimique et plastique.

Lors d’un événement organisé le mois dernier à l’usine chimique de BASF à Anvers, les titans de l’industrie des entreprises les plus polluantes d’Europe ont rencontré Ursula von der Leyen pour conclure un accord industriel.

En fin de compte, il n’y a qu’une seule voie logique pour la Commission : elle doit s’en tenir à ce qui a été convenu par les institutions européennes et les États membres sur les microplastiques.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prononce son discours au Parlement européen à Strasbourg, en février 2024.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, prononce son discours au Parlement européen à Strasbourg, en février 2024.

Les groupes de la société civile et les communautés locales ont été manifestement exclus des pourparlers. Il est peu probable que la santé soit une priorité lorsque les renards dirigent le poulailler.

La crainte est que les négociations en coulisses n’érodent encore plus l’interdiction des microplastiques, la vidant ainsi de son sens.

Mais il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. Les représentants des parties prenantes, y compris la société civile, ont été inclus dans la création de lignes directrices suite à l’adoption de la directive sur les plastiques à usage unique et devraient être consultés de la même manière pour les microplastiques.

S’en tenir à sa parole

Et au-delà des microplastiques, l’avenir des autres législations visant à endiguer la pollution est menacé.

La Commission européenne s’est engagée à traiter les produits chimiques les plus nocifs par groupe et, sans preuve de leur sécurité, à les restreindre aussi largement que possible.

Mais lorsque l’UE adoptera une interdiction indispensable sur les PFAS ou les bisphénols, deux groupes hautement nocifs, l’interdiction sera-t-elle également « clarifiée » via des processus non transparents après son adoption ?

En fin de compte, il n’y a qu’une seule voie logique pour la Commission : elle doit s’en tenir à ce qui a été convenu par les institutions européennes et les États membres sur les microplastiques.

Laisser un commentaire

18 − 1 =