Innovation in Europe, illustration

Jean Delaunay

Eurovues. L’innovation en Europe est à la traîne. Que pouvons-nous faire pour rattraper notre retard ?

L’Europe risque désormais de passer à côté de la révolution Deep Tech, se retrouvant à la traîne des États-Unis et de la Chine en matière d’innovation dans diverses technologies, écrit Francis de Véricourt.

Historiquement, la Chine s’est imposée comme un leader en matière de technologie et d’innovation, dépassant souvent les avancées occidentales.

Tout au long du XVIIIe siècle, le développement de la Chine a égalé celui de la Grande-Bretagne en termes d’alphabétisation, d’espérance de vie et de PIB.

Dans la culture chinoise, il existe même le concept des Quatre Grandes Inventions, des découvertes de la Chine ancienne célébrées pour leur importance historique en tant que symboles de technologies avancées : la boussole, la poudre à canon, la fabrication du papier et l’imprimerie. Il a fallu des siècles pour qu’ils atteignent l’Europe.

Vint ensuite l’impact transformateur de la révolution industrielle, accélérant la croissance économique et l’espérance de vie en Europe et aux États-Unis.

Cependant, même si elle a largement dépassé l’Europe tout au long de son histoire, la Chine a raté la révolution industrielle qui a transformé l’Europe au XIXe siècle. Pourquoi?

Des places boursières

Le développement de technologies préindustrielles impliquait souvent des essais et des erreurs, modifiant ou combinant des technologies existantes jusqu’à atteindre le résultat souhaité sans nécessairement comprendre comment elles fonctionnaient. Ces solutions étaient de faible technologie.

La pensée scientifique a permis aux gens de comprendre comment fonctionnait le monde qui les entourait, limitant ainsi le besoin d’essais et d’erreurs. Cela a donné naissance à une approche scientifique axée sur les technologies les plus susceptibles de fonctionner : l’innovation technologique approfondie.

L’Europe risque désormais de passer à côté de la révolution Deep Tech, se retrouvant derrière les États-Unis et la Chine en matière d’innovation dans diverses technologies.

Un mannequin se tient à côté d'une voiture BYD lors du salon de l'auto de Shanghai, en avril 2023.
Un mannequin se tient à côté d’une voiture BYD lors du salon de l’auto de Shanghai, en avril 2023.

Tandis que l’Europe s’engageait dans l’innovation technologique profonde et en bénéficiait, la Chine continuait de s’appuyer sur des essais et des erreurs de faible technologie. Cela a conduit à un écart de développement important alors que l’Europe progressait avec des développements tels que la fabrication textile mécanisée, les machines à vapeur et la fabrication du fer.

Même si elle était considérée il y a tout juste un siècle comme une puissance mondiale d’innovation, l’Europe du XXIe siècle se trouve dans une position similaire à celle de la Chine à l’aube de la révolution industrielle.

L’Europe risque désormais de passer à côté de la révolution Deep Tech, se retrouvant derrière les États-Unis et la Chine en matière d’innovation dans diverses technologies.

L’écart devient évident même à l’œil nu

Plus de la moitié des entreprises de technologie profonde récemment créées se trouvent aux États-Unis et, en 2022, 51 milliards de dollars (46,6 milliards d’euros) ont été investis dans la technologie profonde américaine, soit plus du double de l’investissement européen d’environ 20 milliards de dollars (18,3 milliards d’euros).

Cet écart est particulièrement visible dans le domaine de l’IA. L’investissement dans l’IA pour 2024 aux États-Unis est estimé à environ 100 milliards de dollars (91,4 milliards d’euros), soit 50 fois celui de l’Europe si l’on considère l’estimation généreuse de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d’euros). La Chine rattrape également rapidement l’Europe, en investissant beaucoup plus dans des technologies telles que la mobilité autonome et l’IA générative.

Le retard en matière d’innovation en Europe vient de la complaisance, croyant que les réalisations scientifiques aboutiraient inévitablement à l’innovation et favoriseraient la croissance économique.

Un visiteur de la 21e Exposition internationale de haute technologie de Pékin en Chine examine une puce informatique au microscope, à Pékin, en mai 2018.
Un visiteur de la 21e Exposition internationale de haute technologie de Pékin en Chine examine une puce informatique au microscope, à Pékin, en mai 2018.

Cet écart est également visible dans le financement de SpaceTech. Aux États-Unis, la NASA et le ministère de la Défense ont investi plus de 62 milliards de dollars (56,7 milliards d’euros) en 2022 ; Le soutien du gouvernement en Chine la même année s’est élevé à 12 milliards de dollars (11 milliards d’euros).

Le budget annuel de l’ESA pour 2024 n’atteint toujours pas ces investissements antérieurs pour les États-Unis et la Chine, qui s’élèvent à environ 7,79 milliards d’euros.

Le retard en matière d’innovation en Europe vient de la complaisance, croyant que les réalisations scientifiques aboutiraient inévitablement à l’innovation et favoriseraient la croissance économique.

Cependant, l’innovation technologique approfondie ne peut être garantie par la seule science. Il est intéressant de noter qu’un rapport de novembre 2023 révèle que 95 % des brevets européens restent inactifs et ne se retrouvent jamais dans des entreprises ou des produits.

Manque d’esprit technologique profond

L’impact de la complaisance a pu être constaté pendant la révolution industrielle. Bien que la Grande-Bretagne et la France aient toutes deux fait preuve d’un développement global similaire, la révolution industrielle a émergé en Grande-Bretagne.

L’influence de la science newtonienne sur la société britannique, les principes scientifiques et les lois a fourni aux industriels, ingénieurs et entrepreneurs britanniques des techniques pratiques de résolution de problèmes.

La pensée scientifique française est restée abstraite avec des applications pratiques limitées. La France faisait preuve d’un esprit scientifique mais manquait d’un esprit technologique profond, incapable de traduire les découvertes scientifiques en innovations pratiques.

Le retard actuel de l’Europe dans la révolution deep tech n’est pas dû à un manque de recherche scientifique. Si l’on considère le nombre de publications scientifiques par habitant, l’Europe est aussi performante que les États-Unis et en avance sur la Chine, mais freinée par des facteurs économiques et politiques.

Les visiteurs d'une exposition sur le programme spatial chinois se tiennent près d'une représentation du développement de fusées chinoises à Pékin, décembre 2023.
Les visiteurs d’une exposition sur le programme spatial chinois se tiennent près d’une représentation du développement de fusées chinoises à Pékin, décembre 2023.

De même, le retard actuel de l’Europe dans la révolution technologique profonde n’est pas dû à un manque de recherche scientifique. Si l’on considère le nombre de publications scientifiques par habitant, l’Europe est aussi performante que les États-Unis et en avance sur la Chine, mais freinée par des facteurs économiques et politiques.

Premièrement, l’Europe manque de systèmes qui favorisent les entreprises modernes de haute technologie, ce qui entrave la collaboration entre les entreprises et la science. Deuxièmement, les investisseurs européens et les institutions qui supervisent des fonds importants sont souvent réticents à prendre des risques, ce qui limite les projets innovants et innovants de technologie profonde qui reçoivent des investissements.

Enfin, les vastes marchés intérieurs des États-Unis et de la Chine offrent un énorme avantage d’échelle. Par exemple, les États-Unis et la Chine devraient détenir ensemble 30 % des données mondiales d’ici 2030, ce qui est vital pour le développement des technologies d’IA.

Nous ne pouvons pas nous permettre de prendre du retard

Même si l’Europe détient également des données précieuses, elle doit apprendre à les regrouper efficacement, ce avec quoi elle a actuellement du mal.

Ces facteurs sont aggravés par le fait que les entreprises européennes prospères se délocalisent souvent aux États-Unis, emportant avec elles leur capital et leur expertise.

Cela est compréhensible dans la mesure où les entrepreneurs qui s’installent aux États-Unis ont tendance à connaître des taux de réussite plus élevés et un financement accru.

L’innovation technologique approfondie a le potentiel de générer une croissance économique significative à long terme, les régions qui ne parviennent pas à exploiter cette puissance restent à la traîne.

Si l’Europe n’encourage pas et n’investit pas dans des projets de technologie approfondie ou n’apprend pas à traduire efficacement ses propres recherches en innovations percutantes, elle risque de passer à côté de la révolution transformatrice la plus récente.

Laisser un commentaire

9 + 16 =