Eurovues.  L’extrême droite fait déjà partie du courant dominant européen – il est grand temps de l’admettre enfin

Jean Delaunay

Eurovues. L’extrême droite fait déjà partie du courant dominant européen – il est grand temps de l’admettre enfin

L’extrême droite n’est pas ascendante dans le sens où elle frappe à la porte. Il est déjà dans la pièce et occupe une partie du mobilier, écrit Tom Junes.

Fin novembre, la victoire de Geert Wilders et de son parti d’extrême droite, le PVV, aux élections générales anticipées aux Pays-Bas a apparemment stupéfié les observateurs politiques de tous les médias.

Les analystes n’ont pas tardé à souligner que le succès de l’extrême droite était le résultat du « mainstreaming » exercé par des partis majoritairement de centre-droit, qui avaient tendance à reprendre la rhétorique et les arguments programmatiques de l’extrême droite sur l’immigration.

Et tandis que le résultat de Wilders de 23,5% des voix dans un paysage politique très fragmenté était sans doute un « tremblement de terre » politique aux Pays-Bas, des déclarations désastreuses sur l’ascendant de l’extrême droite en Europe et des prédictions pessimistes sur les prochaines élections européennes ont suivi.

Vous en gagnez un peu, vous en perdez un peu

Il a semblé vite oublié qu’un mois plus tôt, en octobre, en Pologne – un pays avec plus du double de la population des Pays-Bas – une large alliance de partis d’opposition avait réussi à écraser les partis radicaux et d’extrême droite concurrents dans un conflit odieux et fortement contesté. des élections marquant la fin probable de huit années de régime illibéral sous le régime Droit et Justice (PiS).

En octobre également, l’extrême droite a sous-performé lors des élections locales en Bulgarie, un pays où divers partis d’extrême droite (ATAKA, NFSB, VMRO) ont été des partenaires de gouvernement juniors ou ont offert le soutien silencieux nécessaire aux gouvernements minoritaires pendant la majeure partie de la dernière décennie et un moitié.

Certes, ni la Pologne ni la Bulgarie, en raison de leur transition postcommuniste après 1989, ne disposent de partis traditionnels de centre-droit de type européen occidental, tels que les partis chrétiens-démocrates ou libéraux, qui auraient intégré une extrême droite générique.

L’opposition à l’immigration n’est pas non plus un sujet de discussion exclusif de l’extrême droite ou du centre-droit en Europe centrale et orientale, comme le prouve le SMER nominalement de gauche et populiste de Robert Fico en Slovaquie.

Malgré les affirmations d’une ascendance de l’extrême droite, les partis populistes, de droite radicale et d’extrême droite sont effectivement « dominants » et font partie du statu quo politique en Europe centrale et orientale depuis un certain temps.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico, à gauche, s'entretient avec un policier au poste frontière de Cunovo-Rajka avec la Hongrie, octobre 2023
Le Premier ministre slovaque Robert Fico, à gauche, s’entretient avec un policier au poste frontière de Cunovo-Rajka avec la Hongrie, octobre 2023

Malgré les affirmations d’une ascendance de l’extrême droite, les partis populistes, de droite radicale et d’extrême droite sont effectivement « dominants » et font partie du statu quo politique en Europe centrale et orientale depuis un certain temps.

Le PiS polonais est la moitié requise d’un « duopole » politique dans le pays depuis 2005, et le Fidesz de Victor Orban dirige la Hongrie avec une majorité qualifiée depuis 2010.

Le SMER en Slovaquie a gouverné pendant la majeure partie des deux dernières décennies, tandis que l’extrême droite bulgare a fait preuve d’un pluralisme dynamique et d’une série de métamorphoses au cours des deux dernières décennies, son incarnation actuelle représentant la troisième plus grande force parlementaire.

Considérée comme la « périphérie la plus pauvre de l’UE », l’Europe centrale et orientale ne parvient souvent pas à s’adapter à des modèles politiques adaptés aux réalités de l’Europe occidentale. Mais ce dernier connaît également un phénomène d’extrême droite persistant qui remonte à près d’une génération.

L’Occident n’est pas à l’abri d’une présence durable de l’extrême droite

L’Italie, troisième plus grand État membre de l’UE en termes de population, est actuellement gouvernée par un parti d’extrême droite, les Fratelli d’Italia de Georgia Meloni, ou Frères d’Italie.

Et bien que Meloni soit le premier Premier ministre d’extrême droite du pays depuis Benito Mussolini, son parti – comme la Lega ou la Ligue de Matteo Salvini – fait partie d’un bloc de droite qui a gouverné l’Italie de temps à autre depuis l’ascension de Silvio Berlusconi dans les années 1990.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni devant un drapeau européen et allemand lors d'une réunion des gouvernements allemand et italien à la chancellerie de Berlin, novembre 2022
La Première ministre italienne Giorgia Meloni devant un drapeau européen et allemand lors d’une réunion des gouvernements allemand et italien à la chancellerie de Berlin, novembre 2022

S’il ne serait pas ironique de parler d’ascendant tout en notant que Geert Wilders est actuellement le député néerlandais le plus ancien, la percée de l’extrême droite néerlandaise peut être attribuée aux élections générales de 2002 avec l’émergence et la participation immédiate au gouvernement de la Lijst Pim Fortuyn.

L’histoire de l’extrême droite néerlandaise est éclipsée par la trajectoire de l’extrême droite flamande voisine en Belgique, après le premier « dimanche noir » en 1991, avec une participation gouvernementale empêchée par un décret vieux de trois décennies. cordon sanitaire contre le Vlaams Belang (anciennement Vlaams Blok).

Cela n’a pas été le cas en Autriche, où le FPÖ dirigé par Jörg Haider a réussi à entrer au gouvernement en 2000, déclenchant une consternation et un tollé généralisés face à la montée de l’extrême droite.

Des intérêts contradictoires signifient que l’extrême droite aura du mal à s’unir

Plus récemment, des partis d’extrême droite ont connu des percées dans plusieurs pays et sont entrés au gouvernement en Finlande et en Suède, mais le cas le plus médiatisé a peut-être été celui de la France, avec les défaites consécutives de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle.

Pourtant, la campagne présidentielle de Le Pen s’est appuyée sur la performance surprise de son père en 2002 qui, bien qu’elle ait finalement conféré au président sortant Jacques Chirac une part de voix à la biélorusse, signalait déjà la montée naissante de l’extrême droite française.

En fin de compte, l’influence des partis d’extrême droite s’est accrue au cours des deux dernières décennies, à mesure que les partis « traditionnels » imitaient de plus en plus leur programme, tandis que leurs propres performances ont à leur tour fait des partis d’extrême droite l’une des nombreuses options « acceptables » pour les électeurs. de nombreux pays.

Il existe actuellement deux groupes qui rassemblent les partis de droite radicale et d’extrême droite (ID et ECR) au Parlement européen. Pourtant, plus de la moitié de leurs députés européens viennent en réalité de trois pays seulement : la Pologne, la France et l’Italie.

Marine Le Pen, leader d'extrême droite du Rassemblement national français, et d'autres politiciens d'extrême droite annoncent la formation d'un nouveau groupe d'extrême droite au Parlement européen à Bruxelles, juin 2019.
Marine Le Pen, leader d’extrême droite du Rassemblement national français, et d’autres politiciens d’extrême droite annoncent la formation d’un nouveau groupe d’extrême droite au Parlement européen à Bruxelles, juin 2019.

Cela signifie-t-il qu’une large alliance internationale d’extrême droite est possible en Europe ? En théorie, peut-être. En pratique, cela serait plutôt improbable dans la mesure où les partis d’extrême droite ont tendance à avoir plus d’intérêts contradictoires que ce qui pourrait les unir au-delà de leur opposition à l’immigration.

De plus, les élections européennes ont tendance à produire des résultats différents de ceux des élections nationales.

Il existe actuellement deux groupes qui rassemblent les partis de droite radicale et d’extrême droite (ID et ECR) au Parlement européen. Pourtant, plus de la moitié de leurs députés européens viennent en réalité de trois pays seulement : la Pologne, la France et l’Italie.

Plus encore, Wilders n’a même pas un seul député européen, tandis que la politique européenne de Meloni a été si dominante qu’elle pourrait plus probablement conduire son parti au PPE plutôt que de rejoindre une grande alliance d’extrême droite anti-establishment qui n’a pas encore été concrétisée.

L’extrême droite est déjà assise sur ton canapé

Cela signifie-t-il que l’extrême droite n’a aucune influence ? Au contraire, c’est le cas, mais précisément parce qu’il fait déjà partie du courant dominant dans de nombreux pays et qu’il est capable d’exercer une profonde influence sur la politique des autres partis.

L’extrême droite n’est pas ascendante dans le sens où elle frappe à la porte. Il est déjà dans la salle et occupe une partie du mobilier ce qui nécessite un changement de pensée, de sens, de manière d’affronter une extrême droite qui ne va pas disparaître à court terme.

Et il faudrait aussi dire à ceux qui souhaitent s’opposer à l’extrême droite que le succès de ces partis et le fait qu’ils sont désormais réputés salonfähig est dû à l’existence d’un pourcentage élevé de personnes qui soutiennent des opinions racistes, homophobes, sexistes, antisémites, islamophobes, antilibérales et autoritaires.

Il s’agit peut-être d’un sujet de réflexion plus profond lorsque nous réfléchissons à l’avenir politique de l’Europe.

Laisser un commentaire

15 + 1 =