Migrants and refugees wait to board an Athens-bound ferry at the southeastern island of Kos, April 2015

Jean Delaunay

Eurovues. L’État de droit en Grèce est entaché de violence, de refoulements et d’humanitaires jugés

En parcourant les couloirs des institutions européennes, nous croisons des affiches et des banderoles proclamant l’engagement de notre continent en faveur des droits, des libertés et de la justice. Ce devraient être des valeurs que nous vivons, et non des mots que nous utilisons lorsque cela est politiquement opportun, écrivent les députés européens Cornelia Ernst et Spyros Vlad Oikonomou.

Le mois dernier, un rapport a fait état de sévices cruels infligés à des personnes détenues dans des camps de réfugiés et des centres de détention grecs.

La plupart de ceux qui ont parlé au Réseau de surveillance de la violence aux frontières (BVMN) ont déclaré avoir été battus sans discernement.

D’autres ont déclaré avoir été battus pour avoir osé se plaindre des conditions inhumaines dans les camps de détention grecs financés par l’UE. Les personnes interrogées ont également déclaré avoir été électrocutées avec des armes électriques et victimes d’insultes racistes.

Une telle violence devrait faire la une des journaux sur tout le continent. Au lieu de cela, nous l’avons normalisé.

La semaine où le rapport a été publié, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Grèce pour un incident au cours duquel ses garde-côtes ont tiré sur des demandeurs d’asile en mer Égée, entraînant la mort d’un réfugié syrien après des mois d’hospitalisation.

Presque simultanément, les enquêteurs de Forensic Architecture ont publié une autre mise à jour de leur énorme base de données sur la campagne systématique et illégale de violence et de « dérives » de la Grèce dans la mer Égée.

La liste comprend des dizaines de cas où des personnes ont été jetées à la mer sans gilet de sauvetage par les garde-côtes helléniques ou par des hommes masqués non identifiés, et dans trois cas, menottées.

Un effondrement fondamental de l’État de droit

Les garde-côtes grecs ont effectué et continuent d’effectuer un travail crucial pour sauver des vies. Mais l’incapacité de l’État à répondre à de graves allégations est une insulte aux équipages qui sauvent des vies au prix de grands risques personnels.

Pendant ce temps, les humanitaires ont fait face à des accusations absurdes, notamment d’espionnage, devant un tribunal grec, pour le simple fait de sauver des vies.

Heureusement, ils ont été acquittés le mois dernier, mais l’affaire dure depuis six ans. C’est l’un des nombreux cas où des personnes migrant ou des personnes apportant une assistance sont traînées devant les tribunaux tandis que les autorités mettent des vies en danger en toute impunité.

L’UE a refusé de retirer son agence frontalière, Frontex, de la mer Égée, malgré le scandale de sa complicité dans les refoulements et les violences grecques, et une recommandation en ce sens de la part du propre observateur des droits fondamentaux de l’agence.

Des membres de la patrouille Frontex alors que le soleil se lève près de l'île grecque de Lesbos, au nord-est de la Grèce, décembre 2015.
Des membres de la patrouille Frontex alors que le soleil se lève près de l’île grecque de Lesbos, au nord-est de la Grèce, décembre 2015.

La situation en Grèce reflète un effondrement fondamental de l’État de droit, comme l’ont déclaré plus tôt ce mois-ci 17 organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Le Parlement européen a adopté une résolution sur les menaces contre l’État de droit en Grèce. Cela doit également être suivi d’une action significative.

L’Europe n’est pas, comme elle le prétend, impuissante à agir, et ce n’est pas seulement un problème grec. La violence de la Grèce a lieu avec le consentement tacite de l’Europe, prix à payer en privé pour fortifier les frontières du continent.

L’UE a refusé de retirer son agence frontalière, Frontex, de la mer Égée, malgré le scandale de sa complicité dans les refoulements et les violences grecques, et une recommandation en ce sens de la part du propre observateur des droits fondamentaux de l’agence.

L’Europe condamne tièdement les abus grecs tout en les aidant et en les encourageant dans la pratique.

Un effet corrosif et corrupteur

Il est révélateur que les institutions européennes, qui ont été trop promptes à infliger des sanctions économiques brutales et dommageables à la Grèce pendant la crise de la dette souveraine, refusent de la tenir responsable de son érosion systématique des normes européennes en matière de droits de l’homme.

L’UE finance des camps de détention où les personnes – dont beaucoup ont fui la torture ailleurs – sont battues et maltraitées par les gardiens.

Au moins 276 millions d’euros ont été injectés dans les installations grecques ces dernières années, ce que les responsables de la Commission européenne ont salué comme un succès.

Les condamnations répétées des camps devant la Cour européenne des droits de l’homme suggèrent le contraire.

Pire encore, à travers le Nouveau Pacte européen sur la migration et l’asile, les dirigeants européens souhaitent que le modèle grec soit exporté dans toute l’Europe.

Des dizaines d’organisations de la société civile ont mis en garde contre les risques de détention d’enfants, de profilage racial et d’autres préjudices, tandis que les personnes détenues dans les centres de renvoi ont protesté contre leurs conditions, mais jusqu’à présent, leurs paroles sont tombées dans l’oreille d’un sourd.

Des migrants des camps des îles orientales de la mer Égée attendent de monter à bord des bus après leur débarquement d'un navire, au port de Lavrio, novembre 2020.
Des migrants des camps des îles orientales de la mer Égée attendent de monter à bord des bus après leur débarquement d’un navire, au port de Lavrio, novembre 2020.

Des dizaines d’organisations de la société civile ont mis en garde contre les risques de détention d’enfants, de profilage racial et d’autres préjudices, tandis que les personnes détenues dans les centres de renvoi ont protesté contre leurs conditions, mais jusqu’à présent, leurs paroles sont tombées dans l’oreille d’un sourd.

Le contrôle des frontières a eu un effet corrosif et corrupteur sur la politique grecque et européenne dans son ensemble.

Il est temps de se poser une question sérieuse : combien d’autres devront mourir en Méditerranée, être battus dans des camps, jetés dans les rivières et les mers, privés de leur droit fondamental de demander l’asile, poursuivis pour avoir apporté une aide vitale, ou encore mis sur écoute pour avoir signalé des abus avant de nous rendre compte que quelque chose ne va vraiment pas ?

En plus d’être immorale et illégale, cette approche n’a pas atteint son objectif supposé de mettre fin à la migration irrégulière.

Les gens continuent de venir en Europe, et la violence aux frontières ne fait que créer une crise humanitaire cruelle et coûteuse qui n’aurait pas dû exister. Alors que les arrivées se poursuivent, les politiciens exigent toujours davantage, créant ainsi un cercle vicieux.

Tout le temps, les ressources qui pourraient être consacrées aux véritables problèmes auxquels les Européens sont confrontés – de l’effondrement du niveau de vie à l’urgence climatique – sont détournées vers ceux qui profitent de la construction de camps, d’armes et de murs.

Les droits, les libertés et la justice devraient être des valeurs que nous vivons

La semaine dernière, la Commission européenne a récupéré de nouveaux fonds du Green Deal et du budget d’aide au contrôle des migrations et à la guerre.

Nous vivons une époque dangereuse et difficile, où un leadership européen est nécessaire de toute urgence.

L’UE a fait preuve d’un leadership positif lors de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, en accueillant un nombre important de réfugiés en déclenchant la directive sur la protection temporaire.

Aucun des problèmes prédits par les alarmistes ne s’est produit. Nous pouvons et devons tirer les leçons de cette expérience.

En parcourant les couloirs des institutions européennes, nous croisons des affiches et des banderoles proclamant l’engagement de notre continent en faveur des droits, des libertés et de la justice.

Ce devraient être des valeurs que nous vivons, et non des mots que nous utilisons lorsque cela est politiquement opportun. Nous les sacrifions à nos risques et périls et ceux des générations futures.

Laisser un commentaire

trois + douze =