A person stands in front of a Meta sign outside of the company

Jean Delaunay

Eurovues. Les réseaux sociaux renforcent les opérations de désinformation. Que peut faire l’UE à ce sujet ?

Bruxelles a commencé à reconnaître que les plateformes de médias sociaux ne sont pas de simples places publiques numériques, mais aussi les alliées des ennemis de la démocratie, motivées par le profit. Il est grand temps d’agir en conséquence, écrit Domonkos D. Kovacs.

Le 26 janvier, la nouvelle est tombée que des experts en criminalistique numérique avaient découvert une importante opération de désinformation russe visant le gouvernement allemand.

L’opération a exploité 50 000 faux comptes et robots sur X (anciennement Twitter). Ils ont envoyé plus d’un million de messages sur un mois à partir du 10 décembre, poussant des récits de désinformation éprouvés.

Le ministère allemand des Affaires étrangères, qui a commandé l’enquête, a conclu que les gouvernements doivent lutter contre les campagnes de désinformation qui se multiplient et être conscients de leurs conséquences sur les élections.

Alors que les gouvernements doivent certainement renforcer leurs défenses contre la désinformation étrangère et l’ingérence électorale, le ministère allemand des Affaires étrangères semble passer à côté d’un point clé.

Ce n’est pas par hasard que les médias sociaux, et plus particulièrement X, sont devenus un vecteur de désinformation étrangère.

Les sociétés de médias sociaux, motivées par leurs intérêts financiers dans la propagation de la désinformation, ont formé une alliance contre nature avec des États autoritaires et des acteurs malveillants cherchant à s’immiscer dans les processus internes des pays démocratiques.

Même si l’Union européenne a commencé à en tenir compte, elle doit veiller à ce que sa première salve n’échoue pas.

La couleur de l’argent

La lutte naturelle des humains pour la reconnaissance a toujours encouragé la bizarrerie : plus une expression est éloignée de la médiane, plus elle suscite un engagement réactif.

Cependant, l’émergence de la socialisation numérique a supprimé les contraintes qui empêchaient le discours de graviter vers les extrêmes.

Les médias sociaux encouragent l’interaction rapide, l’anonymat et le manque de responsabilité. Il présente un faible obstacle à la création de contenu et une tendance à la surcharge d’informations.

Collectivement, ceux-ci ont donné naissance à un contexte dans lequel les contenus incendiaires et sensationnels prolifèrent d’une manière sans précédent.

Puisque la désinformation a tendance à être partisane, provocatrice et source de discorde, elle prospère dans cet environnement. Mark Zuckerberg lui-même a admis que les mensonges suscitent plus d’intérêt que les contenus factuellement précis.

Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, s'exprime lors de la conférence des développeurs Connect du géant de la technologie, en septembre 2023.
Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, s’exprime lors de la conférence des développeurs Connect du géant de la technologie, en septembre 2023.

Puisque la désinformation a tendance à être partisane, provocatrice et source de discorde, elle prospère dans cet environnement. Mark Zuckerberg lui-même a admis que les mensonges suscitent plus d’intérêt que les contenus factuellement précis.

Cependant, la nature des médias sociaux en tant que terrain fertile pour la désinformation ne se limite pas aux conditions inhérentes à l’interaction numérique.

Le modèle économique des médias sociaux d’entreprise récompense et profite de la désinformation. Étant donné que les sociétés de médias sociaux gagnent de l’argent en maintenant l’engagement des utilisateurs, elles ont tout intérêt à orienter leurs algorithmes vers la promotion de contenus qui suscitent un soutien virulent et une profonde indignation, valident les préjugés des utilisateurs et enferment les gens dans des chambres d’écho où les publications incendiaires sont plus susceptibles de devenir virales. .

Rien n’y parvient mieux que la désinformation. En effet, des études ont montré que les algorithmes de chaque entreprise de médias sociaux privilégient la désinformation au contenu factuel.

La publicité de surveillance reste préjudiciable

Ce mécanisme, engendré par une logique de profit, est responsable, parmi de nombreux exemples similaires, de la récente campagne de désinformation menée par la Russie contre le gouvernement allemand.

Ce ne sont pas seulement les algorithmes de recommandation qui conduisent les utilisateurs vers un contenu particulier basé sur une activité en ligne passée et des inférences tirées du Big Data avec lesquels les médias sociaux permettent aux fournisseurs de désinformation de réaliser des bénéfices.

Leur modèle de publicité de surveillance – la pratique consistant à cibler la publicité sur la base d’énormes quantités d’informations recueillies sur les individus à partir de leurs activités en ligne et de leurs données personnelles – permet aux gouvernements autoritaires d’atteindre des publics très spécifiques.

La lutte contre la désinformation est fondamentalement incompatible avec le modèle économique des médias sociaux. L’incapacité des médias sociaux à lutter contre la désinformation n’est pas simplement le reflet du défi technologique.

Le logo TikTok Inc. est visible sur leur bâtiment à Culver City, Californie, mars 2024.
Le logo TikTok Inc. est visible sur leur bâtiment à Culver City, Californie, mars 2024.

Par exemple, Meta a gagné plus de 100 000 dollars en permettant à des acteurs liés à l’État russe de cibler, entre autres, les populations afro-américaines avec des publicités de désinformation à l’approche des élections américaines de 2016.

La lutte contre la désinformation est fondamentalement incompatible avec le modèle économique des médias sociaux. L’incapacité des médias sociaux à lutter contre la désinformation n’est pas simplement le reflet du défi technologique.

Des solutions existent, mais elles ont été qualifiées d’« anti-croissance » par des rapports internes et abandonnées. En effet, comme l’a révélé la lanceuse d’alerte Frances Haugen : « Facebook a choisi à plusieurs reprises de maximiser l’engagement en ligne au lieu de minimiser les dommages causés aux utilisateurs. »

X est un « cloaque de désinformation »

Bien qu’il s’agisse d’un problème de médias sociaux, il s’agit encore plus d’un problème X.

Même avant le rachat d’Elon Musk, les chercheurs ont constaté que Twitter, parmi toutes les plateformes de médias sociaux, donnait la plus grande amplification relative à la désinformation et à la désinformation sur le contenu factuel.

Depuis son acquisition, X est devenu un refuge pour la désinformation et la propagande autoritaire.

Même si l’UE est sur la bonne voie, elle doit veiller à ce que ses mesures ne restent pas un acte isolé de posture politique dirigée contre une cible évidente, mais soient appliquées systématiquement et rigoureusement – ​​pour chaque contrevenant et pour chaque violation.

Le PDG de Tesla, Elon Musk, entre sur scène avec un enfant sur les épaules à la Tesla Gigafactory pour voitures électriques à Gruenheide, près de Berlin, en mars 2024.
Le PDG de Tesla, Elon Musk, entre sur scène avec un enfant sur les épaules à la Tesla Gigafactory pour voitures électriques à Gruenheide, près de Berlin, en mars 2024.

X s’est retiré du Code de bonnes pratiques de l’UE en matière de désinformation, qui vise à empêcher les profits tirés de la désinformation. Il a rétabli les comptes des propagateurs de désinformation et réduit la modération.

La plateforme a vendu des badges de vérification à des terroristes et à des diffuseurs de désinformation et a supprimé les étiquettes des médias contrôlés par l’État. Il a également dissous son Conseil de confiance et de sécurité.

Musk lui-même a utilisé son compte pour diriger les utilisateurs vers des profils partageant de la désinformation et colportant des arguments russes.

Nous avons atteint un moment critique

L’UE prend enfin conscience de la gravité du problème. En décembre, la Commission européenne a ouvert une procédure d’infraction contre X en vertu de la loi sur les services numériques, en relation avec la diffusion de propagande et de désinformation liées au Hamas.

La procédure pourrait donner lieu à des amendes pouvant aller jusqu’à 6 % du chiffre d’affaires annuel de X.

Le vol inaugural de la DSA est un moment critique. Même si l’UE est sur la bonne voie, elle doit veiller à ce que ses mesures ne restent pas un acte isolé de posture politique dirigée contre une cible évidente, mais soient appliquées systématiquement et rigoureusement – ​​pour chaque contrevenant et pour chaque violation.

La Commission doit veiller à ce que l’absence de délai légal pour la procédure ne retarde pas indéfiniment l’exécution. Il doit imposer des sanctions rapidement et ne pas permettre que les affaires restent bloquées devant les tribunaux.

Tant que les sociétés de médias sociaux pourront tirer profit de leurs opérations de désinformation, les solutions techniques ne suffiront pas.

L’UE devrait résolument aller de l’avant en infligeant des amendes aux contrevenants, dans la mesure où le soutien aux opérations de désinformation devient une activité déficitaire.

L’UE a commencé à reconnaître que les plateformes de médias sociaux ne sont pas de simples places publiques numériques, mais aussi les alliées des ennemis de la démocratie, motivées par le profit. Il est grand temps d’agir en conséquence.

Laisser un commentaire

19 + 19 =