A man walks by the European Union logo outside EU headquarters in Brussels, February 2020

Jean Delaunay

Eurovues. Les règles de responsabilité de la plateforme européenne n’ont pas d’effet « Bruxelles ». Le devraient-ils ?

Les premiers signes d’impact du DSA deviennent visibles, mais qu’est-ce qui empêche les grandes technologies de traiter tous ceux qui utilisent leurs services de manière juste et équitable, écrivent Claire Pershan, Odanga Madung et Kiito Shilongo.

Les décideurs politiques de l’UE vantent souvent l’effet Bruxelles – l’influence réglementaire et le pouvoir de marché de l’Europe dans le monde – comme une force capable d’exercer un changement mondial.

Mais alors que le règlement sur la responsabilité des plateformes, le Digital Services Act, entre en vigueur le 17 février, de nombreux effets semblent peu susceptibles de se propager en dehors du bloc.

La loi sur les services numériques, l’ensemble de règles le plus acclamé et le plus complet d’Europe visant à renforcer la transparence des services numériques, est disponible.

Ces règles obligeront les plus grandes plateformes en ligne (VLOPS) et moteurs de recherche (VLOSES) comme Google, TikTok et Facebook, à être plus transparentes et responsables sur des éléments tels que leurs pratiques publicitaires, leurs systèmes de recommandation et leurs décisions de modération de contenu.

À une époque où l’influence démesurée des sociétés de médias sociaux a ébranlé les démocraties et d’autres piliers essentiels de notre société, le DSA présente une opportunité de reconquérir cette autorité ; une tentative tardive de tracer une ligne sur l’endroit où s’arrête la responsabilité.

Mais il pourrait s’avérer nécessaire que d’autres régions s’engagent et écrivent leurs propres règles.

Que pouvons-nous apprendre de « l’effet Bruxelles » ?

Les premiers signes d’impact du DSA deviennent visibles à travers les rapports de transparence, les référentiels publicitaires, les restrictions sur la publicité ciblée et les publicités ciblant les mineurs, et la possibilité de désactiver les recommandations personnalisées, entre autres mises à jour de services.

Cependant, bon nombre de ces changements concernent uniquement les activités et les publicités diffusées au sein de l’UE.

Par exemple, l’abonnement sans publicité de Meta, très controversé, n’est disponible que dans l’UE, l’EEE et la Suisse, et le flux moins personnalisé de TikTok est réservé à l’UE, tout comme la version mise à jour de Meta pour Facebook et Instagram qui comprend des Reels et des Stories.

Un employé aide à installer le stand Google avant le CES International, à Las Vegas, janvier 2020.
Un employé aide à installer le stand Google avant le CES International, à Las Vegas, janvier 2020.

Le flux « le plus récent » de LinkedIn, par opposition au « plus pertinent », est disponible dans le monde entier, mais avec une différence entre les versions pour les personnes possédant une adresse IP européenne et celles qui n’en ont pas. Les possibilités d’accès aux données très attendues du DSA concernent la recherche liée aux risques sociétaux dans l’UE, par opposition aux risques mondiaux.

Cela conforte l’analyse des experts qui estiment que le DSA pourrait avoir « relativement peu d’impact direct sur le comportement des plateformes en dehors de l’UE ».

En ce sens, le DSA a une ambiance légèrement différente du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) ; de nombreuses entreprises ont adopté le RGPD comme norme mondiale, faisant de ce règlement l’un des exemples récents les plus cités de « l’effet Bruxelles ».

Un effet d’entraînement made in EU

L’effet Bruxelles, terme inventé par Anu Bradford, est la théorie selon laquelle l’UE influence les normes au-delà de ses frontières, soit en créant des normes industrielles, soit en inspirant des réglementations similaires ailleurs.

Pour étudier cet effet, en 2012, Bradford s’est également penché sur la réglementation européenne sur les produits chimiques, qui a fini par améliorer la protection de la santé aux États-Unis.

Cependant, des produits chimiques interdits dans l’UE ont été utilisés ailleurs, notamment dans l’agriculture kenyane, au détriment des Kenyans.

Alors que les entreprises offrent aux consommateurs européens des fonctionnalités plus sûres, plus transparentes et plus respectueuses de la vie privée, ne devraient-elles pas appliquer ces mises à jour de manière équitable au reste du monde ?

Une vue de la place déserte devant l'Atomium, l'un des monuments belges, à Bruxelles, novembre 2015
Une vue de la place déserte devant l’Atomium, l’un des monuments belges, à Bruxelles, novembre 2015

L’industrie chimique constitue un rappel important de la complexité de l’effet Bruxelles : si le DSA commence déjà à porter ses fruits, il semble refléter d’autres cas où les entreprises ne vendaient leurs meilleurs produits qu’à une poignée de pays.

Le DSA est une réglementation destinée au marché européen, mais il peut et doit inspirer un transfert d’apprentissage et de capacités vers les régions majoritaires du monde.

Et alors que les entreprises offrent aux consommateurs européens des fonctionnalités plus sûres, plus transparentes et plus respectueuses de la vie privée, ne devraient-elles pas appliquer ces mises à jour de manière équitable au reste du monde ?

Pourquoi les entreprises ne déploient-elles pas toutes leurs fonctionnalités inspirées de DSA à l’échelle mondiale ?

Pourquoi ne pouvons-nous pas reproduire ces changements partout ?

Les plateformes ont copié-collé les politiques de modération du contenu à leur convenance. Par exemple, nous avons vu comment les politiques électorales des pays à majorité mondiale sont souvent dérivées de politiques conçues pour des pays comme les États-Unis.

Lorsqu’il s’agit de décisions susceptibles d’affecter plus fondamentalement leur activité, les plateformes semblent plus hésitantes à reproduire les mêmes fonctionnalités à l’échelle mondiale.

Des changements tels que la limitation de la personnalisation des annonces peuvent-ils, à terme, réduire les revenus publicitaires ? Les bibliothèques de publicités et les rapports de transparence de l’UE sont-ils si coûteux à produire qu’ils ne peuvent pas être reproduits dans toutes les régions d’opération ? Pour les « grandes » entreprises qui se spécialisent précisément dans la fourniture de services à grande échelle, cela semble contradictoire.

En réalité, les remèdes éthiques proposés et adoptés au sein de l’UE tels que les interventions de re/upcycling, les programmes de réparation institués par les magasins de vêtements ou l’utilisation de matériaux durables ne sont appliqués que dans quelques pays dits puissants.

Des Bangladais travaillent dans l'usine de confection Snowtex à Dhamrai, près de Dhaka, avril 2018.
Des Bangladais travaillent dans l’usine de confection Snowtex à Dhamrai, près de Dhaka, avril 2018.

Dans le même temps, le DSA pourrait avoir des retombées moins glamour au-delà des frontières de l’UE. Le travail de modération du contenu ou d’étiquetage des données est souvent sous-traité vers des pays où la main d’œuvre est moins chère. Cela s’est clairement révélé dans le cas de Meta.

Ces phénomènes seront-ils considérés comme un risque systémique au sens du DSA ?

Il peut être utile d’examiner une autre industrie mondiale. L’industrie de la mode est construite sur l’exploitation massive de la main-d’œuvre de la majorité mondiale, reproduisant des pratiques coloniales historiques qui profitent principalement au pays impérial.

En réalité, les remèdes éthiques proposés et adoptés au sein de l’UE tels que les interventions de re/upcycling, les programmes de réparation institués par les magasins de vêtements ou l’utilisation de matériaux durables ne sont appliqués que dans quelques pays dits puissants.

Par exemple, une campagne menée par la Fondation Or au Ghana souligne que les amendements proposés par la Commission européenne sur la responsabilité élargie des producteurs ne tiennent pas compte des effets globaux des vêtements de seconde main.

Après tout, c’est une question mondiale

Si l’on en croit les obligations DSA actuelles, les plateformes ont montré qu’elles pouvaient mettre en œuvre des changements importants touchant des millions d’utilisateurs.

Qu’est-ce qui les empêche de traiter de manière juste et équitable tous ceux qui utilisent leurs services ? Il a fallu quelques efforts pour obtenir ce degré de responsabilité de la plateforme, mais en fin de compte, c’est possible. Et il est maintenant temps d’exiger ces droits pour tous.

Les législateurs des autres régions devraient prendre note des succès et des échecs du DSA et préparer leurs règlements complémentaires.

Si les entreprises refusent de déployer leurs nouvelles protections de manière équitable et globale, d’autres dirigeants devront agir pour assurer à leurs résidents la même qualité de service.

Et puisque la gouvernance des services numériques est une question mondiale, étendre ces droits à tous améliorera également la qualité globale des services pour les citoyens de l’UE.

Laisser un commentaire

4 × trois =