Farmers driving in a heavy-duty tractor into the western city of Poznan as part of a nationwide farmer protest against European Union

Jean Delaunay

Eurovues. Les protestations des agriculteurs devraient être prises au sérieux par les dirigeants européens

Il ne faut pas sous-estimer la capacité d’action des minorités en colère, car cela pose des risques politiques et électoraux importants – les dernières semaines l’ont prouvé, écrit Radu Magdin.

Il n’est pas nécessaire d’être un observateur ou un analyste politique averti pour reconnaître qu’un nombre sans précédent d’agriculteurs européens sont descendus dans la rue.

En cette année super électorale, avec des élections européennes prévues début juin, ils cherchent à capitaliser sur l’opportunité politique.

Stratégiquement, c’est le meilleur moment pour exprimer leurs doléances et obliger les politiciens à prêter une attention particulière à ce qu’ils ont à dire.

Les agriculteurs maximisent leurs chances de succès, nous ne devrions donc pas condamner trop durement leur tactique, même si leur approche provoque des maux de tête dans de nombreuses villes et capitales européennes.

Ce serait une erreur de se concentrer uniquement sur les répertoires de protestations, sur ce que les agriculteurs peuvent faire pour rendre leurs revendications plus convaincantes et plus vivantes pour ceux qui sont témoins des protestations et qui en sont, plus ou moins, affectés.

Peu importe le nombre de mèmes que l’on peut voir sur les réseaux sociaux ou les images générées par l’IA avec des bottes de paille entourant la Tour Eiffel, il s’agit bien plus qu’un exercice esthétique.

Une invitation à une discussion honnête

De nombreux agriculteurs européens, notamment les petits et ceux qui font partie d’exploitations familiales, souffrent.

Pour eux, cette activité fait partie de leur identité et ils ont de plus en plus de mal à survivre économiquement dans un monde où chaque intrant devient plus cher, les obligeant à réduire leurs marges au point que le profit devient une chimère.

En outre, tout cet épisode doit être considéré comme plus qu’une tentative de négociation en position de force sous la menace que les agriculteurs (et le monde rural en général) abandonnent leurs penchants électoraux conservateurs ou de centre-droit pour accroître les chances du parti radical. en cette année consécutive.

Qui sera le prochain ? Qui mettra davantage de pression sur les élites européennes et nationales ? La manière dont les politiciens répondront à la situation difficile et aux griefs des agriculteurs déterminera, dans une large mesure, ce qui se passera.

Un tracteur agricole passe devant le Colisée de Rome pour protester contre les politiques agricoles du gouvernement et de l'UE, février 2024.
Un tracteur agricole passe devant le Colisée de Rome pour protester contre les politiques agricoles du gouvernement et de l’UE, février 2024.

Ainsi, dans un monde normal, ces événements devraient être une invitation à des discussions et à des décisions honnêtes, à des politiques bien pensées et à un véritable engagement qui va au-delà de simples séances de photos et de coups de pied dans la boîte jusqu’à la clôture des élections. .

Lorsqu’on regarde ces manifestations, l’instinct est d’être sympathique aux revendications de ces gens et de se demander si cela ne fait pas partie d’une tendance plus large, selon laquelle divers groupes se sentent laissés pour compte et aliénés.

Alors on a raison de se demander qui sera le prochain ? Qui mettra davantage de pression sur les élites européennes et nationales ? La manière dont les politiciens répondront à la situation difficile et aux griefs des agriculteurs déterminera, dans une large mesure, ce qui se passera.

L’heure est à l’apaisement, pas à l’escalade

Apparemment, une perspective rationnelle commencerait par les chiffres. Ainsi, comme beaucoup l’ont déjà souligné, l’agriculture ne représente que 1,4 % du PIB de l’UE, 4,2 % de l’emploi de l’UE et 14,3 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE, tout en recevant dans le même temps environ 30 % des émissions de gaz à effet de serre de l’UE. Budget de l’UE.

Dans le contexte de la quête de neutralité climatique de l’UE, de la mise en œuvre du Green Deal et de la lutte contre le changement climatique en général, les agriculteurs ne devraient pas poser trop de problèmes, du moins si l’on considère ces chiffres.

Cependant, la réalité est bien plus nuancée et il convient d’aborder tout cela sous un angle différent, en tenant compte des inégalités politiques, de la réactivité et de la volonté d’agir de ceux qui se sentent trahis par leurs représentants.

À la suite du mini-soulèvement des agriculteurs, nous avons vu les gouvernements nationaux se précipiter pour adopter des politiques favorables à l’agriculture, et l’UE faire de sérieuses concessions qui pourraient être considérées comme une édulcoration majeure du Green Deal et de la stratégie de la ferme à la table.

Les agriculteurs polonais, en colère contre la politique agraire de l'UE, allument des lumières en signe de protestation devant le bureau du gouverneur régional, à Poznan, février 2024.
Les agriculteurs polonais, en colère contre la politique agraire de l’UE, allument des lumières en signe de protestation devant le bureau du gouverneur régional, à Poznan, février 2024.

À la suite du mini-soulèvement des agriculteurs, nous avons vu les gouvernements nationaux se précipiter pour adopter des politiques favorables à l’agriculture, et l’UE faire de sérieuses concessions qui pourraient être considérées comme une édulcoration majeure du Green Deal et de la stratégie de la ferme à la table.

Tout d’un coup, au cours d’une année électorale clé, tous les décideurs sont devenus réticents à prendre des risques. Il y a quelques jours, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué la « remarquable résilience » des agriculteurs et a annoncé que « les agriculteurs peuvent compter sur le soutien européen ».

Elle a en outre lancé des « dialogues stratégiques », dont le but est de répondre aux demandes de ceux qui travaillent sur la terre.

Ce sont tous des développements positifs, et les dirigeants européens et nationaux doivent être félicités pour avoir compris où se situe l’opinion publique et que l’heure est à la négociation et à l’apaisement, et non à l’escalade.

Ramener les élites sur terre

Dans le même temps, tous ces événements mettent en évidence un establishment politique très réactif. Plutôt que de miser sur l’absence de réaction des agriculteurs et de s’étonner de les retrouver à Bruxelles, devant les principales institutions européennes, un homme politique visionnaire (voire réélecteur) aurait pu anticiper tous ces événements.

Évidemment, nous ne demandons pas aux hommes politiques de prédire l’avenir ou de devenir de super-prévisions. Cependant, il est évident qu’ils doivent mieux comprendre les conséquences des politiques qu’ils proposent.

Pour tous ceux qui aiment l’Union européenne, une image que l’on pourrait tirer de ces protestations est celle d’élites politiques si éloignées du public qu’il a fallu les ramener sur terre pour comprendre ce qui se passe réellement sous leur surveillance.

Des piétons traversent la route tandis que des agriculteurs avec leurs tracteurs défilent le long du centre-ville tout en participant à une manifestation, à Pampelune, en février 2024.
Des piétons traversent la route tandis que des agriculteurs avec leurs tracteurs défilent le long du centre-ville tout en participant à une manifestation, à Pampelune, en février 2024.

Une leçon clé ici est que les effets positifs globaux de la réglementation importent moins ; ce qui déclenche la mobilisation et l’action, ce sont les effets distributifs, et ceux-ci doivent être bien mieux estimés afin que les perdants potentiels soient rapidement et adéquatement indemnisés.

La capacité d’agir des minorités en colère ne doit pas être sous-estimée, car elle pose des risques politiques et électoraux importants – les dernières semaines l’ont prouvé.

Pour tous ceux qui aiment l’Union européenne, une image que l’on pourrait tirer de ces protestations est celle d’élites politiques si éloignées du public qu’il a fallu les ramener sur terre pour comprendre ce qui se passe réellement sous leur surveillance.

Un diagnostic correct et un remède à suivre

Une évaluation d’impact insuffisante, l’inattention aux conséquences distributives et l’absence de réponse sont quelques-unes des pathologies politiques que nous avons observées ces jours-ci. Espérons qu’après un diagnostic correct, un remède (politique) suivra.

Une plus grande attention portée aux petits agriculteurs, aux entreprises familiales et à la manière dont l’Europe devrait préserver et renforcer sa sécurité alimentaire font partie du débat sérieux qui devrait suivre ce qui se passe dans les principales rues d’Europe, de Bruxelles à Bucarest, de Paris à Rome.

Avant de reprocher aux populistes d’avoir profité de ces événements, nous devrions tous prendre du recul et nous demander ce qui pourrait être fait pour que les agriculteurs et d’autres catégories similaires reviennent à une politique et à des revendications normales.

Nous devons rendre la politique et la prise de décision un peu plus ennuyeuses, mais beaucoup plus réactives aux besoins du public.

Laisser un commentaire

2 × 5 =