Supreme Leader Ayatollah Ali Khamenei salutes during a meeting with army

Jean Delaunay

Eurovues. Les prochaines élections iraniennes sont une lutte mafieuse entre les sbires de Khamenei

L’élection du 1er mars s’annonce comme une lutte de patrons-clients internes, avec divers clans oligarchiques en compétition pour avoir le dessus sur les initiés et, en fin de compte, une plus grande part du gâteau dans le soi-disant « système sacré » kleptocratique qu’est le système islamique. Republic, Saeid Golkar et Kasra Aarabi écrivent.

Vendredi marque le jour des élections parlementaires en République islamique d’Iran – du moins c’est ce que le régime voudra faire croire au monde.

Imaginez les files d’attente organisées devant les urnes, prêtes à livrer leur scénario répété sur la « démocratie islamique » aux journalistes internationaux, qui à leur tour afficheront leurs reportages « rares et exclusifs » en Iran.

Et même si certains grands médias occidentaux tomberont sans aucun doute dans le piège de l’ayatollah, le jour du scrutin, le 1er mars, est tout sauf un vote libre et équitable.

Bien sûr, cela ne surprendra pas beaucoup (espérons-le) : il n’y a pas d’élections démocratiques en Iran.

Au contraire, tous les candidats sont pré-approuvés par le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, âgé de 84 ans – qui règne avec une autorité absolue en tant que représentant de Dieu sur Terre – et le résultat est fabriqué à son goût.

Mais même selon les normes de la République islamique, l’ingénierie électorale a été cette fois-ci sans précédent.

Une lutte patron-client est sur le point de se dérouler

L’absence de conséquences pour la République islamique signifie que Khamenei, auparavant gêné, ne se soucie plus de ce que le monde pense de son régime.

Il a levé le voile de la « légitimité » électorale et exposé le totalitarisme flagrant de son régime.

Ce faisant, nous avons assisté à des disqualifications massives et même au boycott du vote par certains éléments de la gauche islamiste (souvent décrits à tort comme des « réformistes »).

La compétition est centrée sur les egos, les personnalités et les ressources, et non sur le pouvoir politique en soi. Après tout, le Parlement iranien, le Majlis, n’a que très peu d’autorité, voire aucune, et les candidats retenus ne seront rien d’autre que les serviteurs de Khamenei.

Un Iranien participe à un rassemblement de campagne électorale avant les élections législatives et de l'Assemblée des experts du 1er mars, à Téhéran, en février 2024.
Un Iranien participe à un rassemblement de campagne électorale avant les élections législatives et de l’Assemblée des experts du 1er mars, à Téhéran, en février 2024.

À son tour, seule la droite islamiste – la base sociale de Khamenei et sa toute-puissante force paramilitaire, le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) – a été autorisée à se présenter aux élections.

Mais la compétition « électorale », si on peut l’appeler ainsi, ne se déroule pas entre partis politiques. Au lieu de cela, le 1er mars sera une lutte entre patrons et clients d’initiés, avec divers clans oligarchiques rivalisant pour avoir le dessus sur les initiés et, en fin de compte, une plus grande part du gâteau dans le soi-disant « système sacré » kleptocratique qu’est la République islamique.

La compétition est centrée sur les egos, les personnalités et les ressources, et non sur le pouvoir politique en soi. Après tout, le Parlement iranien, le Majlis, n’a que très peu d’autorité, voire aucune, et les candidats retenus ne seront rien d’autre que les serviteurs de Khamenei.

Alors, qui sont les réseaux patron-client qui s’affrontent ?

Les luttes intestines de la vieille garde

En termes simples, cette lutte mafieuse oppose l’ancienne cohorte des absolutistes de Khamenei et la jeune génération de fanatiques du guide suprême.

Les figures de proue de chaque clan ont produit une liste de candidats pré-approuvés par Khamenei qui représenteront leur réseau sur le « bulletin de vote ».

Si certains de ces mécènes se sont eux-mêmes engagés dans la course, d’autres ont préféré guider à distance – et se présentent ainsi comme moins opportunistes.

La vieille garde relève de trois personnages principaux.

Le premier n’est autre que Mohammad Bagher Ghalibaf, le président sortant du Majlis qui a gagné le titre de « commandant le plus corrompu du CGRI » – une réussite remarquable compte tenu de la corruption déjà endémique au sein de la Garde.

Jusqu’à présent, Ghalibaf a été continuellement sauvé par l’entourage de Khamenei à chaque fois qu’il s’est retrouvé impliqué dans un scandale de corruption. Mais la dernière affaire pourrait aller trop loin – et elle a fourni à ses adversaires des munitions pour frapper.

Mohammad Bagher Ghalibaf lors de sa première conférence de presse en tant que candidat à la présidentielle, à Téhéran, avril 2005
Mohammad Bagher Ghalibaf lors de sa première conférence de presse en tant que candidat à la présidentielle, à Téhéran, avril 2005

Le scandale de corruption le plus récent de Ghalibaf a eu lieu cette semaine, avec des fuites de documents révélant que son fils blanchissait des centaines de milliers de dollars dans des banques occidentales.

Jusqu’à présent, Ghalibaf a été continuellement sauvé par l’entourage de Khamenei à chaque fois qu’il s’est retrouvé impliqué dans un scandale de corruption. Mais la dernière affaire pourrait aller trop loin – et elle a fourni à ses adversaires des munitions pour frapper.

Le prochain sur la liste est Gholam-Ali Hadad Adel, conseiller principal du guide suprême.

Hadad-Adel fait partie intégrante du cercle restreint de Khamenei, lié par des relations familiales, avec sa fille mariée au fils avide de pouvoir de Khamenei, Mojtaba – pressenti pour être le prochain chef suprême.

Dernier point mais non le moindre, le fougueux religieux intransigeant Morteza Aghatehrani. Aghatehrani était l’élève et le protégé de feu l’ayatollah Mohammad Taqhi Mesbah-Yazdi, l’ancêtre idéologique du CGRI qui a publié une fatwa encourageant les attaques à l’acide contre les femmes portant un hijab « inapproprié ».

Alors que cette vieille cohorte se battra entre elle, son principal combat sera avec la jeune génération d’élites qui sont tout aussi, sinon plus, radicales et extrémistes. Ils peuvent être divisés en deux groupes patron-client.

Les « enfants » ne vont pas bien

Le premier relève de Mehrdad Bazrpash, ministre sortant des Routes et du Développement urbain et de l’ancienne organisation étudiante Basij du CGRI pour l’Université Sharif – une entité sanctionnée pour violations flagrantes des droits humains.

L’ascension de Bazrpash a eu lieu sous Mahmoud Ahmadinejad lorsqu’à seulement 27 ans, l’ancien président de la ligne dure l’a nommé à la tête de « Saipa » et de « Pars Khodro », deux des plus grandes entreprises de construction automobile d’Iran – tout cela en récompense de son engagement idéologique.

Même si Bazrpash ne participera pas directement, il présentera des candidats au sein de sa faction politique appelée « Sharayan ».

Au cours des cinq dernières années, dans le cadre de son manifeste pour les 40 prochaines années, Khamenei a su personnaliser pleinement le pouvoir dans la République islamique et « purifier » ses rangs afin d’assurer le triomphe de son culte de la personnalité dans toutes les branches du pouvoir. gouvernement.

Des gens passent devant une fresque anti-américaine peinte sur le mur de l'ancienne ambassade américaine à Téhéran, août 2023.
Des gens passent devant une fresque anti-américaine peinte sur le mur de l’ancienne ambassade américaine à Téhéran, août 2023.

Et enfin, il y a le nouveau fou : Ali Akbar Raeifpour, affilié au CGRI.

Raefipour peut être mieux décrit comme un prédicateur conspirationniste antisémite radical. Il s’est associé à Saeed Mohammad, un jeune commandant radical du CGRI dont les ambitions politiques croissantes ont été interrompues par l’ancienne cohorte de la Garde, notamment Ghalibaf.

Malgré tout ce bruit, il est peu probable que le réseau de Raeifpour constitue un défi sérieux pour la vieille élite oligarchique.

Mais le fait que ce prédicateur radical, dont l’extrémisme était autrefois considéré comme « trop irrationnel », même pour des segments de l’establishment religieux pur et dur, est révélateur de la « stupidité » du régime.

La « stupidisation » fait référence à l’effort systématique de Khamenei pour remplacer l’expérience et la connaissance par un engagement idéologique absolu – ou ce que son entourage a appelé la « purification ».

Le régime s’en fiche

Cette compétition mafieuse entre les anciens et les jeunes fanatiques du guide suprême au Majlis est identique à celle des prochaines élections pour la soi-disant « Assemblée des experts », qui auront également lieu le 1er mars.

En théorie, cette instance est chargée de sélectionner le prochain chef suprême, mais en pratique, elle est étroitement contrôlée par Khamenei.

Au cours des cinq dernières années, dans le cadre de son manifeste pour les 40 prochaines années, Khamenei a su personnaliser pleinement le pouvoir dans la République islamique et « purifier » ses rangs afin d’assurer le triomphe de son culte de la personnalité dans toutes les branches du pouvoir. gouvernement.

Ce faisant, l’objectif de l’ayatollah de 84 ans est à la fois de garantir un processus de succession sans heurts – en éliminant tous, sauf les absolutistes – et de garantir que son idéologie islamiste dure lui survive.

Alors que ces oligarques clientélistes se battent pour une plus grande part du gâteau, l’écrasante majorité du peuple iranien n’a prêté aucune attention au cirque électoral.

Selon les chiffres officiels et toujours gonflés, à peine 15 % des Iraniens de la capitale Téhéran envisagent de se rendre aux urnes. Ce n’est pas que le régime s’en soucie.

Inévitablement, il n’y aura qu’un seul gagnant du « vote » de cette semaine – à savoir Khamenei lui-même.

Laisser un commentaire

quatorze − onze =