Les petites nations sont-elles les bienvenues à la table de la politique industrielle de l'UE ?

Milos Schmidt

Eurovues. Les petites nations sont-elles les bienvenues à la table de la politique industrielle de l’UE ?

Il ne s’agit pas seulement d’argent, mais aussi de ce que chaque pays – quelle que soit sa taille – peut apporter, écrit Marius Stasiukaitis.

Le Plan industriel vert, aussi complet soit-il, est loin d’être une politique industrielle qui fonctionnerait aussi bien dans l’ensemble de l’Union européenne.

Au lieu de cela, les nouvelles politiques établissent des règles générales, laissant la stratégie de développement industriel proprement dite du ressort de chaque État membre.

Tout en renforçant l’industrie dans les hotspots manufacturiers, cette approche pourrait fausser considérablement le marché et nuire non seulement aux entreprises, mais aussi à la partie « verte » du plan lui-même.

La politique industrielle de l’UE ne doit pas se transformer en une course aux subventions

Une nouvelle ère de concurrence s’ouvre pour les investissements dans des secteurs stratégiquement vitaux à travers le monde.

L’année dernière, les États-Unis ont promulgué l’Inflation Reduction Act et le Chips Act, introduisant de généreuses subventions pour encourager les investissements dans les technologies vertes et les semi-conducteurs.

En février 2023, l’UE a emboîté le pas avec le Plan industriel vert, qui a assoupli les règles en matière d’aides d’État pour les États membres, leur donnant la possibilité d’égaler les subventions offertes dans d’autres régions du monde.

Même si cette intention s’avérera probablement positive pour l’UE, réduire le rôle de la politique industrielle de l’UE à une règle fixée pour une course aux subventions entre les États membres pourrait s’avérer coûteux.

Virginia Mayo/Copyright 2022 L'AP.  Tous droits réservés
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, arrive au bâtiment du Conseil de l’UE à Bruxelles, en octobre 2022.

Même si cette intention s’avérera probablement positive pour l’UE, réduire le rôle de la politique industrielle de l’UE à une règle fixée pour une course aux subventions entre les États membres pourrait s’avérer coûteux.

Pour les petites économies, cela pourrait constituer un défi particulièrement difficile. Cela pourrait nuire à la transition verte de l’Europe et affaiblir sa compétitivité, faisant ainsi perdre des opportunités d’investissement potentielles à long terme.

Cela pourrait également mettre en péril la politique de cohésion du bloc.

Nous avons déjà vu les principales économies de l’UE dérouler le tapis rouge aux grands investisseurs, en soutenant leur invitation avec des sommes impressionnantes.

Par exemple, de récents reportages dans les médias ont révélé que le gouvernement allemand avait accordé à Intel 10 milliards d’euros de subventions pour établir une usine de puces de 30 milliards d’euros sur son territoire.

Alors que la France a annoncé avoir reçu l’autorisation de l’UE d’accorder 1,5 milliard d’euros de subventions à une usine de batteries pour véhicules électriques de 5,2 milliards d’euros.

Ces annonces interviennent à un moment où de nombreux pays de l’UE sont confrontés à une hausse des coûts d’emprunt, ce qui pourrait compliquer encore davantage leurs efforts visant à obtenir des financements supplémentaires importants pour leur développement industriel.

Dans ce scénario, la politique de cohésion de l’UE pourrait également être mise en péril, dans la mesure où les grands pays maintiendront leur position forte dans les industries de demain.

Mindaugas Kulbis/AP
Des gens passent devant une affiche indiquant « L’euro arrive en Lituanie » à Vilnius, décembre 2014.

Le ratio déficit public/PIB dans la zone euro s’élevait à 3,6 % en 2022 et pourrait encore augmenter en 2023.

C’est aussi une question de coût relatif. Pour les petits pays comme les États baltes ou la Slovénie, le montant des subventions que l’Allemagne accorde à Intel à elle seule dépasserait 10 % de leur PIB.

Peu importe ce qu’ils choisissent de faire pour moderniser leurs infrastructures, une subvention de plusieurs milliards l’emporterait très probablement sur cela.

Dans ce scénario, la politique de cohésion de l’UE pourrait également être mise en péril, dans la mesure où les grands pays maintiendront leur position forte dans les industries de demain.

Un changement de paradigme pourrait rendre l’UE plus compétitive

Plus important encore, cette approche risque de nuire à la transition verte de l’Europe, rendant le processus plus coûteux.

Une politique qui favorise les grands pays disposant de plus grandes ressources financières augmente le risque de distorsions significatives du marché, détournant les investissements des endroits de l’UE où leurs avantages compétitifs durables seraient les plus viables.

La politique industrielle de l’UE a plus de chances de réussir si elle utilise les atouts distinctifs de ses États membres.

Les petites économies avancées, comme les États baltes ou les pays nordiques, ont le potentiel de propulser la croissance des industries vertes dans l’UE.

AP Photo/Virginie Mayo
Des gens passent devant une œuvre d’art installée pour le semestre de présidence française de l’Union européenne, au bâtiment du Conseil de l’UE à Bruxelles, en janvier 2022.

Cela nécessiterait un changement de paradigme dans l’approche de l’UE, allant au-delà du simple assouplissement des règles en matière d’aides d’État et vers la mise en œuvre d’une stratégie de développement industriel et d’un financement partagés au niveau de l’UE.

Il s’agit cependant d’une étape utile, car ce changement rendrait l’UE plus compétitive sur la scène mondiale, en capitalisant sur les atouts de ses États membres qui ont déjà une longue expérience en matière d’attraction d’investissements directs étrangers.

Les petites économies avancées, comme les États baltes ou les pays nordiques, ont le potentiel de propulser la croissance des industries vertes dans l’UE.

Contrairement aux grandes économies de l’UE, elles offrent un environnement commercial plus attrayant, font preuve d’une remarquable ouverture aux investissements directs étrangers, affichent des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables et démontrent une plus grande capacité à s’adapter aux demandes des industries futures.

Les petits pays peuvent aussi avoir des projets ambitieux

Par exemple, depuis les années 1990, l’Irlande est devenue la première destination de l’UE pour les investissements directs étrangers, attirant les sociétés multinationales dans divers secteurs tels que les semi-conducteurs, les sciences de la vie et les technologies numériques, malgré sa petite taille.

Cela est attribué à son environnement commercial favorable, à sa main-d’œuvre qualifiée et à son emplacement stratégique.

De plus, ces derniers temps, plusieurs autres nations ont rejoint la ligue. Selon l’indice de performance des IDE Greenfield 2023, le Portugal et la Lituanie ont remarquablement attiré environ six fois plus de projets d’investissement que ne le laisserait présager la taille de leur économie, les positionnant ainsi parmi les pays les plus performants au sein de l’UE.

En particulier, les petites économies avancées qui se sont attachées à attirer des investissements directs étrangers pour alimenter leur croissance ont également réussi à mettre en place tous les éléments essentiels.

Par exemple, les États baltes, avec le Danemark et l’Irlande, sont classés au premier rang de l’UE pour leur environnement des affaires dans le classement de la liberté économique.

Photo AP/Peter Morrison
La flèche de Dublin est vue dans le centre de Dublin, novembre 2010

Par exemple, les États baltes, avec le Danemark et l’Irlande, sont classés au premier rang de l’UE pour leur environnement des affaires dans le classement de la liberté économique.

Les énergies renouvelables pourraient constituer une autre raison convaincante pour laquelle les petits pays du sud ou du nord de l’Europe sont stratégiquement positionnés pour stimuler la croissance des industries vertes. Les pays nordiques sont déjà des leaders mondiaux en matière de production d’énergie renouvelable, et le surplus d’énergie propre a été crucial pour le succès de la première usine de batteries de Northvolt en Suède.

Les États baltes ont également des projets ambitieux ; par exemple, la Lituanie vise à satisfaire 90 % de sa demande énergétique grâce à la production locale d’énergie renouvelable d’ici la fin de cette décennie.

La question de l’indépendance énergétique étant vitale pour les pays situés à la frontière orientale de l’UE, nous assisterons probablement à une accélération de leur transition verte.

Ce n’est pas une question de taille, mais de ce que vous pouvez apporter à la table.

Le succès de la politique industrielle et de la transformation verte de l’UE pourrait dépendre des petits pays de l’UE. Certains de ces pays maîtrisent déjà les principes fondamentaux de l’économie future : l’adaptabilité et la flexibilité.

Cela en fait des plateformes idéales pour les bacs à sable ou les industries émergentes dont la technologie évolue rapidement.

Et même si les incitations financières resteront très attractives, elles ne pourront pas remplacer l’agilité des petits États européens, essentielle pour garantir la compétitivité de l’Europe.

En d’autres termes, il ne s’agit pas seulement d’argent, mais aussi de ce que chaque pays – quelle que soit sa taille – peut apporter à la table.

Laisser un commentaire

12 + huit =