A Ukrainian interior ministry sapper defuses a mine in Irpin, close to Kyiv, April 2022

Jean Delaunay

Eurovues. Les mines terrestres sont à nouveau utilisées. Une action audacieuse de l’ONU doit aider les victimes post-conflit

Une génération après le traité d’interdiction des mines à Ottawa, un nouveau conflit voit l’utilisation des mines terrestres augmenter à nouveau. La nouvelle action du Conseil des droits de l’homme de l’ONU pourrait être utilisée pour tenir les États responsables de la décontamination d’après-guerre et du soutien aux victimes, écrivent six défenseurs des droits de l’homme de renom.

L’année dernière, l’Ukraine est devenue le pays le plus miné au monde. Il s’agit d’un signe avant-coureur peu propice au 25e anniversaire de l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction des mines d’Ottawa dans le droit international.

Selon certaines estimations, un tiers de l’Ukraine serait désormais contaminé. Il y en aura encore davantage avant la fin de ce conflit.

Les frontières de ce traité sont clairement repoussées. Jusqu’à cette guerre, aucun pays signataire, comme l’Ukraine, n’avait été envahi. Ni l’un ni l’autre des pays non signataires, comme la Russie, n’est entré dans une guerre de conquête terrestre. Tous deux posent des mines depuis l’invasion.

Mais cela ne signifie pas pour autant que le traité a échoué. Au cours des quinze dernières années, une trentaine de pays ont été déclarés exempts de mines, dont le Mozambique, autrefois, comme l’Ukraine, le pays le plus miné de la planète. Le nombre de signataires s’élève à 85 % des nations du monde.

Ce que le traité ne fait pas, c’est tenir les États responsables une fois la guerre terminée, de coopérer au déminage ou de soutenir les victimes. À cet égard, renforcer le traité serait une entreprise honorable – mais cela prendrait du temps.

Les obligations juridiques internationales sont primordiales

En cette Journée internationale de sensibilisation aux mines terrestres, le monde doit aller plus vite. Une nouvelle action du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour mettre en évidence les obligations des États est nécessaire.

Une telle action devrait obliger les nations du monde à rendre des comptes en vertu d’autres lois et traités internationaux déjà existants auxquels les États sont déjà liés, au-delà des restrictions d’Ottawa.

Cela peut commencer par se concentrer sur les obligations des pays en matière de droits de l’homme et sur la manière dont elles peuvent être réorganisées pour soutenir des efforts de déminage et de réhabilitation plus rapides après un conflit.

Qu’ils soient ou non parties au Traité d’interdiction des mines, les États sont légalement tenus, en vertu du droit international des droits de l’homme, de promouvoir et de protéger les droits des victimes et des personnes vivant dans les communautés touchées.

Il n’y a pas que dans le domaine des droits de l’homme que les États ont également des obligations. Ils ont également des obligations en vertu du droit international de l’environnement.

Des Afghans ayant perdu leurs jambes à cause de mines terrestres apprennent à utiliser leurs nouvelles prothèses au centre du CICR à Kaboul, mai 2022.
Des Afghans ayant perdu leurs jambes à cause de mines terrestres apprennent à utiliser leurs nouvelles prothèses au centre du CICR à Kaboul, mai 2022.

Ils sont également tenus, dans le cadre de leur devoir de coopération internationale, de travailler ensemble sur le déminage – en fournissant des cartes indiquant où se trouvent les mines, en soutenant la réhabilitation des victimes, ainsi que le retour et la réintégration des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI).

Il n’y a pas que dans le domaine des droits de l’homme que les États ont également des obligations. Ils ont également des obligations en vertu du droit international de l’environnement.

Les preuves recueillies auprès de 27 institutions consultées et de 20 communautés visitées dans le cadre de la récente étude du Centre international de déminage humanitaire de Genève (CIDHG) confirment que l’action antimines contribue positivement à la résilience climatique.

Cependant, lorsque ces obligations juridiques ne sont pas clarifiées en un seul endroit, les conséquences sont évidentes.

Le déminage, une tâche herculéenne

Dans certains pays, le déminage post-conflit est retardé et entraîne des pertes civiles inutiles en raison du manque de fonds.

La Bosnie est un exemple de pays où, une génération après la fin du conflit, la moitié des mines du pays subsistent, et où les victimes civiles des mines d’après-guerre sont désormais presque identiques à celles causées pendant cette guerre.

Dans les pays du Sud, ce manque de capacité financière et technique pour déminer et soutenir les communautés touchées est encore plus aigu.

Il est vital, dans les situations post-conflit, que les parties concernées partagent (…) des cartes pour faciliter le déminage, prévenir de nouvelles pertes de vies humaines et de blessures et permettre à la vie de revenir à la normale.

Un soldat bosniaque recherche des mines dans des champs proches des rives du fleuve Bosnie qui a inondé près de la ville de Visoko, mai 2014.
Un soldat bosniaque recherche des mines dans des champs proches des rives du fleuve Bosnie qui a inondé près de la ville de Visoko, mai 2014.

Dans d’autres pays, cela n’a pas grand-chose à voir avec l’argent. La fourniture de cartes de mines entraîne par exemple peu d’implications financières.

Il est essentiel, dans les situations post-conflit, que les parties concernées partagent ces cartes pour faciliter le déminage, prévenir de nouvelles pertes de vies humaines et de blessures et permettre à la vie de revenir à la normale.

Une telle coopération est également essentielle pour permettre le retour des personnes déplacées. Par exemple, dans des endroits comme le Haut-Karabagh post-conflit, considéré comme l’un des territoires les plus intensément minés au monde, le manque de connaissances détaillées sur l’emplacement des mines terrestres représente un obstacle majeur au retour en toute sécurité de milliers de personnes déplacées.

La rapidité de fourniture des cartes des mines est également cruciale. Au Vietnam, plus d’un demi-siècle de climat et d’érosion des sols s’est écoulé, entraînant le déplacement des mines de leur point d’origine, laissant des cartes moins que précises. Cela ajoute à la taille du territoire nécessitant une détection et un déminage.

Les civils sont les victimes, pas les soldats

Les mines terrestres sont des armes de guerre qui, après un affrontement militaire, demeurent des éléments déstabilisateurs de la paix.

Ce sont les civils et les enfants, et non les soldats, qui continuent d’être mutilés ou tués par les mines même après la fin des combats.

Cela mine la réconciliation en continuant d’alimenter le ressentiment et la haine entre les communautés et les pays tout en s’attardant à polluer les terres qui pourraient être cultivées ou repeuplées par les victimes déplacées pendant les combats.

Il n’est peut-être pas possible d’empêcher complètement les nations de poser des mines en temps de guerre. Cependant, les États peuvent et devraient être davantage tenus responsables de ces doubles responsabilités en matière de droits de l’homme et de responsabilités naturelles après que des guerres ont été menées à l’aide de mines terrestres.

Il est crucial d’agir davantage au Conseil des droits de l’homme. Ensemble, nous devons œuvrer pour rassembler en un seul endroit les obligations en matière de droits de l’homme et d’environnement post-conflit concernant les mines terrestres afin de mettre l’accent sur ces obligations post-conflit de longue date mais trop souvent négligées.

Laisser un commentaire

trois + 20 =