The World Bank building in Washington DC, April 2021

Jean Delaunay

Eurovues. Les Européens devraient miser sur la modernisation de la Banque mondiale et du FMI

En cette année décisive pour le financement climatique, le moment est venu de renforcer la capacité de la Banque mondiale et du FMI à fournir un financement climatique aux pays en développement, écrivent David McNair et Ameer Chughtai.

Créées il y a 80 ans, en juillet 1944, avant que de nombreux pays en développement n’acquièrent leur indépendance, les institutions de Bretton Woods reflètent la gouvernance et les priorités d’une époque très différente.

Pourtant, malgré leurs lacunes, les deux institutions restent des instruments essentiels grâce auxquels les pays européens peuvent mobiliser des financements pour le climat et le développement en faveur des pays à revenu faible ou intermédiaire – et, ce faisant, poursuivre les propres ambitions climatiques de l’Europe.

La Banque mondiale (souvent simplement décrite comme la Banque) joue un rôle unique dans le système international. Sa fonction centrale – mobiliser le capital des actionnaires, emprunter sur les marchés de capitaux internationaux, puis prêter à bas prix aux pays en développement – ​​est efficace et exceptionnelle.

Depuis sa création en 1944, la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) de la Banque mondiale a reçu 19 milliards de dollars (17,7 milliards d’euros) de la part de ses actionnaires et les a transformés en plus de 800 milliards de dollars (744,9 milliards d’euros) de prêts.

Même si les banques régionales de développement (telles que la Banque africaine de développement et la Banque européenne d’investissement) jouent un rôle important, aucune ne prête aux pays en développement à l’échelle de la Banque mondiale.

Dans les années 1990 et 2000, la principale critique adressée à la Banque était qu’elle imposait des conditionnalités politiques néfastes aux pays emprunteurs.

Mais le débat s’est déplacé vers un débat dans lequel les militants et les dirigeants des pays du Sud veulent davantage de ce que la Banque peut offrir. Pourtant, ils le considèrent comme trop petit et trop lent pour relever les défis actuels du changement climatique et de la fragmentation géopolitique.

Un cas de partenariat mutuellement bénéfique

Cette demande s’est manifestée lors d’une réunion des chefs d’État africains en avril, lorsque les dirigeants ont appelé à une reconstitution d’une ampleur record – 120 milliards de dollars, soit 111,7 milliards d’euros – pour la branche de prêts concessionnels de la Banque mondiale, l’Association internationale de développement (IDA).

L’IDA joue un rôle particulièrement important dans les pays ayant un accès limité aux marchés des capitaux. Pour chaque dollar engagé par un donateur, l’IDA mobilise 3,5 dollars, tout en soutenant les systèmes nationaux et en offrant la flexibilité nécessaire pour répondre aux crises.

Malgré des avantages évidents, l’Afrique n’a pas accès à des capitaux abordables. L’Europe, dont la population vieillit rapidement, manque d’un grand nombre de ces ressources mais dispose de capital financier.

Un changeur de monnaie compte la monnaie naira nigériane dans un bureau de change à Lagos, octobre 2015.
Un changeur de monnaie compte la monnaie naira nigériane dans un bureau de change à Lagos, octobre 2015.

Cela reflète les besoins majeurs des pays en développement (à l’exclusion de la Chine) en matière de financement du climat et du développement, estimés à 1 000 milliards de dollars (931,1 milliards d’euros) par an d’ici 2030. Ce faisant, l’Europe et l’Afrique pourraient poursuivre une approche mutuellement bénéfique. Partenariat.

L’Afrique possède d’abondantes ressources naturelles en termes de potentiel solaire, éolien et hydroélectrique, ainsi que de forêts et de minéraux essentiels. Ces abondances s’étendent également au capital humain en plein essor du continent, sous la forme de la population la plus jeune du monde.

Malgré ces avantages évidents, l’Afrique n’a pas accès à des capitaux abordables. L’Europe, dont la population vieillit rapidement, manque d’un grand nombre de ces ressources mais dispose de capitaux financiers.

La base du partenariat est claire.

Il s’agit également d’un ordre basé sur des règles

Si nous ne parvenons pas à mobiliser ces financements, la population croissante de l’Afrique pourrait bien suivre une voie de développement qui repose lourdement sur les combustibles fossiles – bloquant ainsi davantage d’émissions nocives. Une voie qui sape les aspirations mondiales, africaines et européennes en matière de changement climatique.

Cependant, l’impact sur le développement n’est qu’un argument parmi d’autres pour que l’Europe investisse dans la Banque mondiale.

La géopolitique en est une autre. La Banque mondiale et le FMI restent l’un des rares espaces fonctionnels de coopération multilatérale.

Pour les pays développés qui cherchent à maintenir « l’ordre fondé sur des règles », un système que les pays en développement considèrent comme intrinsèquement inadapté à leurs besoins, les institutions de Bretton Woods constituent l’un des derniers exemples de la façon dont l’ordre actuel peut leur être bénéfique.

Des piétons passent devant le complexe du siège du Fonds monétaire international à Washington, mai 2010.
Des piétons passent devant le complexe du siège du Fonds monétaire international à Washington, mai 2010.

Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU est constamment paralysé et que l’Organisation mondiale du commerce lutte pour sa pertinence, les institutions de Bretton Woods continuent de s’efforcer de relever les principaux défis du développement à travers le monde à une échelle inégalée par aucune autre organisation.

Pour les pays développés qui cherchent à maintenir « l’ordre fondé sur des règles », un système que les pays en développement considèrent comme intrinsèquement inadapté à leurs besoins, les institutions de Bretton Woods constituent l’un des derniers exemples de la manière dont l’ordre actuel peut leur être bénéfique.

En effet, dans le contexte géopolitique actuel, il est difficile d’imaginer comment de telles institutions pourraient être créées aujourd’hui si elles n’existaient pas déjà.

Les outils sont là, le moment est venu

Pour maximiser ces opportunités, les pays européens devraient se concentrer sur deux politiques clés visant à maximiser le financement des institutions de Bretton Woods.

Avant tout, ils devraient soutenir la reconstitution actuelle de l’IDA (Association internationale de développement) pour atteindre ses objectifs de collecte de fonds. La banque de prêts concessionnels offre un excellent rapport qualité-prix, mais elle risque de ne pas atteindre ses objectifs de collecte de fonds cette année.

Une IDA sous-alimentée limiterait le financement climatique aux pays à faible revenu alors qu’ils en ont plus que jamais besoin. En tant que principaux donateurs de l’IDA, les pays européens devraient éviter ce déficit de financement et la soutenir jusqu’au bout.

Deuxièmement, les pays européens devraient veiller à ce que la réorientation tant vantée de 100 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux (DTS) vers les pays en développement commence à porter ses fruits.

Même si l’objectif a été théoriquement atteint, le déploiement des capitaux a été lent. Avec un dernier effort, le FMI peut enfin commencer à utiliser les DTS à grande échelle pour financer les principaux défis.

Pour ce faire, ils devraient financer des subventions pour le Fonds pour la réduction de la pauvreté et la croissance et faire pression pour l’élargissement des critères d’éligibilité au Fonds pour la résilience et la durabilité. La Banque centrale européenne devrait également autoriser la réorientation de ses DTS vers des instruments de capital hybrides, des outils capables de tirer parti des DTS de manière plus puissante que les deux fiducies du FMI.

Les Européens disposent des outils nécessaires pour conduire la réforme des institutions de Bretton Woods. En cette année décisive pour le financement climatique, le moment est venu de renforcer la capacité de la Banque mondiale et du FMI à fournir des financements climatiques aux pays en développement.

Laisser un commentaire

19 − neuf =