Ruslana Danylkina, 19, a Ukrainian soldier who lost her leg in the fighting near Kherson, holds her crutches in a city hospital in Odesa, February 2023

Jean Delaunay

Eurovues. Les droits des personnes handicapées en Ukraine sont un test décisif pour la démocratie

Lorsque l’Ukraine sortira du conflit, le pays aura la promesse de se reconstruire pour devenir un modèle de société libre, juste et inclusive. Veiller à ce que les droits des personnes handicapées soient respectés constituera un test majeur pour déterminer son succès, écrivent Virginia Atkinson et Yuliia Sachuk.

Les sirènes des raids aériens retentissent chaque jour dans toute l’Ukraine. Le son signale ce qui est devenu une partie de la routine quotidienne des Ukrainiens : descendre les marches jusqu’au sous-sol, s’abriter et, comme des millions de personnes l’ont fait, parcourir des kilomètres pour se abriter ou fuir.

Mais pour les personnes handicapées qui ne peuvent pas entendre ces signaux, qui ne peuvent pas accéder aux abris anti-bombes, qui ne peuvent pas traverser la frontière ou se rendre dans un abri, elles continuent d’être laissées pour compte.

La famille d’une femme – tous aveugles – n’a jamais su où se trouvait l’entrée du sous-sol de son immeuble.

Lorsque le propriétaire de l’immeuble a dit aux habitants de s’y réfugier, ils ont été renvoyés lorsqu’ils ont demandé leur chemin.

Il ne s’agit là que d’un scénario dans lequel les personnes handicapées ne pourraient pas accéder à un refuge. En 2023, le ministère ukrainien de l’Intérieur a constaté que près de 900 abris sur 4 800 étaient fermés à clé ou en mauvais état ; la majorité des refuges restants sont inaccessibles aux personnes handicapées.

La semaine dernière, lors du Forum économique mondial de Davos, le président Volodymyr Zelenskyy a promu un plan de paix ukrainien, exhortant ses alliés à rester engagés envers l’Ukraine « à construire, reconstruire, restaurer nos vies ».

Alors que les villes ukrainiennes se reconstruisent en ce moment même, il est important de reconnaître que pour les personnes handicapées, il n’existe pas de modèle unique pour survivre et se remettre de la guerre.

Lorsque l’Ukraine sortira victorieuse, pour prospérer en tant que démocratie inclusive, elle devra donner la priorité à ceux qui sont actuellement laissés pour compte.

L’invasion à grande échelle de la Russie a rendu la situation désastreuse

Faire en sorte que le pays travaille pour sa population croissante de personnes handicapées ne doit pas attendre la fin des hostilités.

Selon les estimations du Service national des statistiques, environ 2,7 millions d’Ukrainiens sont handicapés, mais ce chiffre est sous-estimé en raison de la stigmatisation et de la discrimination à l’égard de l’auto-identification. une enquête réalisée en 2020 par l’ONG ukrainienne de défense des droits des personnes handicapées Fight for Right et l’Institut international de sociologie de Kiev a révélé que 16,8 % des Ukrainiens souffrent d’un handicap, un chiffre qui augmente quotidiennement pendant le conflit.

Avant l’invasion à grande échelle, l’Ukraine avait commencé à réformer ses services sociaux pour promouvoir l’indépendance et une approche du handicap davantage fondée sur les droits.

En 2021, le gouvernement a adopté la Stratégie pour une société sans obstacles, qui vise à « donner aux personnes handicapées les moyens de participer pleinement à la société et de garantir qu’elles puissent jouir de leurs droits fondamentaux ».

Mais lorsque la Russie a envahi l’Ukraine à grande échelle en février 2022, ces efforts ont connu un arrêt brutal.

Au fur et à mesure que les gens évacuaient, certains ont laissé derrière eux des proches plus âgés ou handicapés. Selon un rapport d’Amnesty International, 4 000 Ukrainiens âgés handicapés ont été contraints d’intégrer des institutions publiques.

Des bénévoles aident une femme âgée à monter à bord d'un train fuyant la guerre à Severodonetsk et dans les villes voisines, dans une gare de Pokrovsk, avril 2022
Des bénévoles aident une femme âgée à monter à bord d’un train fuyant la guerre à Severodonetsk et dans les villes voisines, dans une gare de Pokrovsk, avril 2022

Les informations diffusées au public comprenaient des informations cruciales, comme les couvre-feux, les endroits où se réfugier et des conseils sur la loi martiale.

Oleksandr, un homme handicapé visuel, ne savait pas où acheter du pain pendant les premiers mois de l’invasion, les informations étant en grande partie inaccessibles en raison du manque de ressources en langue des signes, en gros caractères ou en formats audio ou visuels.

Au fur et à mesure que les gens évacuaient, certains ont laissé derrière eux des proches plus âgés ou handicapés. Selon un rapport d’Amnesty International, 4 000 Ukrainiens âgés handicapés ont été contraints d’intégrer des institutions publiques.

Comme l’écrit le Washington Post dans un rapport qui donne à réfléchir sur les Ukrainiens handicapés déplacés à l’intérieur du pays, bon nombre de ces institutions se trouvent dans des zones reculées et violent les normes internationales sur l’accès des personnes handicapées à une prise de décision indépendante.

Les enfants handicapés sont en retard dans leurs cours scolaires, avec peu ou pas de soutien apporté aux familles d’enfants handicapés.

Même arriver à la frontière ne garantit pas d’être autorisé à la traverser. Selon les estimations de Fight for Right, des milliers d’hommes handicapés se sont vu refuser le passage de la frontière.

Les dispositions relatives à la conscription stipulent que les personnes handicapées ne sont pas soumises à la conscription, mais les gardes-frontières ne sont pas sensibilisés au handicap et renvoient souvent les hommes handicapés sans aucune information sur les documents qu’ils doivent traverser.

L’aide des acteurs internationaux est nécessaire

Les défis auxquels sont confrontées les personnes handicapées pendant la guerre mettent en évidence les défis auxquels l’Ukraine devra faire face pendant la reconstruction.

Le nombre de personnes handicapées a déjà grimpé en flèche tout au long de la guerre, dont beaucoup sont des soldats blessés. Comme le souligne un récent rapport de l’AP, les anciens combattants blessés doivent disposer de ressources leur permettant de naviguer de manière indépendante dans le monde.

Pour de nombreux soldats, enfants et adultes – blessés ou non – le traumatisme causé par ces atrocités aura sans aucun doute un impact sur leur santé mentale et émotionnelle pour le reste de leur vie.

Pour que l’Ukraine prospère en tant que démocratie inclusive, les acteurs internationaux doivent donner la priorité à la recherche de solutions à ces problèmes.

La prochaine conférence sur le redressement de l’Ukraine à Berlin offre l’occasion d’attirer l’attention sur la nécessité de garantir que les personnes handicapées soient impliquées de manière significative dans le redressement et la réforme de l’Ukraine.

Denys Abdulin, un ancien soldat ukrainien aveuglé pendant la guerre, se promène avec son fils Vadym, près de Rivne, juillet 2023
Denys Abdulin, un ancien soldat ukrainien aveuglé pendant la guerre, se promène avec son fils Vadym, près de Rivne, juillet 2023

La prochaine conférence sur le redressement de l’Ukraine à Berlin offre l’occasion d’attirer l’attention sur la nécessité de garantir que les personnes handicapées soient impliquées de manière significative dans le redressement et la réforme de l’Ukraine.

Les bâtiments doivent être reconstruits de manière accessible, les institutions doivent être abandonnées au profit de stratégies permettant aux personnes handicapées de vivre de manière indépendante dans la communauté, les nouvelles lois et politiques élaborées dans le cadre du processus d’adhésion à l’UE doivent s’aligner sur la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes. Les personnes handicapées et les élections organisées lorsque la loi martiale sera levée devraient être accessibles aux électeurs handicapés.

Bon nombre des aménagements qui peuvent être appliqués sont ceux que nous utilisons déjà dans notre vie quotidienne, qu’il s’agisse de logiciels de synthèse vocale sur nos téléphones ou de rampes qui rendent les bâtiments plus accessibles aux personnes ayant un handicap physique ou aux parents de jeunes enfants.

La démocratie est en jeu

À la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES) et à Fight for Right, nous nous engageons à faire notre part.

Avant les élections locales de 2020 en Ukraine, l’équipe de l’IFES a aidé la Commission électorale centrale et les organisations de personnes handicapées à concevoir un code QR permettant aux personnes possédant un smartphone de consommer du contenu écrit en langue des signes ukrainienne et au format audio.

Cette méthode de diffusion de l’éducation des électeurs a été récompensée par un prix des pratiques innovantes du projet Zero de l’ONU à Vienne. La même chose peut être faite pour toute autre information susceptible de sauver des vies.

Alors que l’Ukraine revient à une vie démocratique ordinaire, nous continuerons de travailler avec nos partenaires ukrainiens pour garantir que ces normes soient reflétées dans les élections et que tous les Ukrainiens aient accès au processus politique.

La communauté mondiale a reconnu, depuis le début de l’invasion à grande échelle, que ce qui est en jeu, c’est la démocratie.

Lorsque l’Ukraine sortira du conflit, le pays aura la promesse de se reconstruire pour devenir un modèle de société libre, juste et inclusive.

Veiller à ce que les droits des personnes handicapées soient respectés constituera un test décisif pour déterminer son succès.

Laisser un commentaire

4 × trois =