Farmers park their tractors near the European Council building in Brussels during a demonstration, March 2024

Milos Schmidt

Eurovues. Les changements précipités de la PAC ne concernent pas les agriculteurs, mais les profits de l’agro-industrie aux dépens de la société

La manœuvre bureaucratique précipitée et bizarre de réouverture de la politique agricole commune va à l’encontre des intérêts des agriculteurs, des consommateurs et de notre environnement, et ne sert qu’à générer des bénéfices pour les grands acteurs agricoles qui en font la promotion, écrit Natacha Cingotti.

Plusieurs matins de printemps, le quartier européen de Bruxelles s’est réveillé au son de tracteurs géants klaxonnant bruyamment, de tonnes de terre et de fumier déversées aux coins des rues et de feux de joie bloquant des carrefours importants.

Ce n’était pas exactement l’atmosphère chaleureuse à laquelle les bureaucrates européens sont habitués.

Cette tournée spectaculaire a été organisée par des agriculteurs représentant des petites et grandes exploitations à travers l’Europe pour mettre en lumière leurs luttes quotidiennes pour gagner décemment leur vie grâce à leurs journées de travail presque 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour produire notre nourriture.

Malheureusement, en peu de temps, leurs revendications légitimes de revenus équitables ont été largement instrumentalisées par les grands acteurs de l’agro-industrie.

En effet, pour ceux qui souhaitent mettre le dernier clou dans le cercueil de l’agenda du Green Deal européen, les protestations impressionnantes sont arrivées juste au bon moment pour justifier une réouverture précipitée de la politique agricole commune (PAC) et suggérer de supprimer les quelques restrictions environnementales. sauvegardes du système de paiement des subventions aux agriculteurs au lieu de remédier à ses lacunes profondément enracinées.

Le message a atterri sur le sol fertile d’un président de la Commission européenne qui cherchait désespérément à être reconduit dans ses fonctions pour le prochain mandat et a été rapidement envoyé sur les bureaux de la Commission et des gouvernements nationaux.

Que s’est-il passé, Président von der Leyen ?

Le 15 mars, la Commission européenne a présenté une nouvelle proposition législative comportant des amendements ciblés visant à simplifier les procédures existantes et, plus inquiétant encore, à supprimer les conditionnalités environnementales actuellement en vigueur pour l’octroi de subventions agricoles de l’UE – ce que l’on appelle la bonne agriculture et conditions environnementales ou BCAE.

En quelques semaines, la proposition a été approuvée sans discussion par les capitales nationales et proposée au vote d’urgence au Parlement européen, contournant commodément la commission chargée des questions environnementales.

Les amendements ont désormais été ajoutés à l’ordre du jour de la dernière réunion plénière de cette législature, du 22 au 25 avril.

Comment ce compromis prudent peut-il maintenant être rouvert en l’espace de quelques semaines, sans analyse d’impact, ni débat sociétal significatif – et aussi, il s’avère maintenant, sans contrôle parlementaire approfondi ?

Les huissiers se tiennent au Parlement européen à Strasbourg, janvier 2023
Les huissiers se tiennent au Parlement européen à Strasbourg, janvier 2023

À ce stade, vous êtes peut-être – comme moi – confus. Après tout, la PAC est l’un des textes législatifs de l’UE les plus volumineux et pèse lourdement sur le budget de l’Union : 387 milliards d’euros au total pour la période 2021-2027.

Les détails de l’attribution de cet argent sont renégociés toutes les quelques années, un processus long et administratif exigeant, impliquant de nombreuses parties prenantes.

À juste titre, compte tenu des enjeux importants pour l’ensemble du système alimentaire et de la société.

Alors, comment ce compromis prudent peut-il maintenant être rouvert en l’espace de quelques semaines, sans analyse d’impact, ni débat sociétal significatif – et aussi, il s’avère maintenant, sans contrôle parlementaire approfondi ?

Nous assistons à une immense réticence des entreprises

Ce qui se déroule sous nos yeux est l’une des attaques les plus réussies des entreprises contre les quelques garanties environnementales restantes de notre politique agricole commune, contournant dangereusement les processus décisionnels habituels pour approuver des changements juridiques permanents qui ne profiteront qu’aux profits à court terme des entreprises. grands acteurs de l’industrie.

La PAC actuelle encourage déjà un système agricole dans lequel les grands producteurs industriels reçoivent des sommes plus importantes, conduisant à une concentration du paysage agricole, enfermant les agriculteurs dans une dépendance à des intrants toxiques (par exemple, engrais, pesticides synthétiques).

Les modifications proposées de la PAC nous font reculer et vont à l’encontre des urgences environnementales et climatiques auxquelles nous sommes confrontés, des propres engagements de l’UE dans le cadre du Green Deal et, surtout, des demandes des agriculteurs pour des revenus équitables à long terme.

Des ouvriers récoltent des raisins rouges dans un vignoble de Bourgogne pendant la saison des vendanges, à Volnay, septembre 2017.
Des ouvriers récoltent des raisins rouges dans un vignoble de Bourgogne pendant la saison des vendanges, à Volnay, septembre 2017.

Toutefois, les agriculteurs doivent respecter un ensemble minimal de normes environnementales pour pouvoir bénéficier des subventions de l’UE. Les BCAE s’appliquent à près de 90 % de la superficie agricole utilisée dans l’UE et jouent un rôle important dans l’intégration de pratiques agricoles durables.

Les modifications proposées de la PAC nous font reculer et vont à l’encontre des urgences environnementales et climatiques auxquelles nous sommes confrontés, des propres engagements de l’UE dans le cadre du Green Deal et, surtout, des demandes des agriculteurs pour des revenus équitables à long terme.

Les organisations paysannes représentant les petits exploitants, comme Via Campesina, ont alerté à plusieurs reprises sur le rôle vital des mesures qui permettent la transition environnementale de notre système agricole pour la survie à long terme des agriculteurs, mais elles ont été ignorées en raison de l’alarmisme réussi de l’agro-industrie. acteurs sur les mesures environnementales.

Perte de crédibilité et atteinte aux intérêts à long terme de la société

La Commission européenne, les capitales nationales et certains députés européens en exercice ont déjà perdu leur crédibilité auprès des citoyens après avoir cédé à la pression des entreprises sur des dossiers majeurs du Green Deal européen, abandonné le règlement sur l’utilisation durable des pesticides (SUR), les lois sur la restauration de la nature, ou le paquet de réformes sur le bien-être animal.

À l’approche des élections européennes, un nouveau pas en arrière sur la PAC enverrait un terrible signal public.

Outre les profits à court terme des grands acteurs agricoles, il est plus que troublant que cette réforme soit préjudiciable au reste des intérêts à long terme de la société : des moyens de subsistance équitables pour les agriculteurs, des écosystèmes prospères qui permettent de cultiver des aliments sains, la santé humaine et des gains économiques à long terme pour le secteur alimentaire dans son ensemble.

Laisser un commentaire

huit + dix =