Italian PM Giorgia Meloni speaks on the last of a three-day Brothers of Italy party conference ahead of the June elections for the European Parliament, in Pescara, April 2024

Jean Delaunay

Eurovues. Les avancées de l’extrême droite pourraient transformer la position de l’UE sur les questions mondiales

Quoi qu’il arrive, on peut s’attendre à ce que l’extrême droite européenne prône une politique étrangère moins attachée aux valeurs démocratiques libérales et plus encline à mener des politiques transactionnelles envers le reste du monde, écrit Marlène Laruelle.

L’extrême droite devrait gagner en visibilité au prochain Parlement européen, des sondages prévoyant que ces partis remporteront environ 144 sièges sur 720.

Au niveau national, cela fera du Parlement européen un tremplin pour l’euroscepticisme, affaiblissant le cadre libéral-démocrate du bloc.

Mais quelle pourrait être la politique étrangère d’une UE davantage orientée vers l’extrême droite ?

La politique étrangère est généralement secondaire pour les partis d’extrême droite, dont le pain et le beurre sont les questions liées à l’identité nationale et à la polarisation intérieure. Leurs choix de politique étrangère sont contextuels et adaptables, et le besoin opportuniste de former une majorité prime sur les opinions divergentes.

Les partis d’extrême droite peuvent donc s’associer sur des questions telles que le conservatisme moral et la critique de l’Union européenne tout en divergeant sur la politique étrangère.

De Vox à Viktor, et tout le monde entre les deux

En effet, le PiS en Pologne et Viktor Orbán en Hongrie ont adopté des positions opposées sur la guerre en Ukraine – le PiS étant fermement derrière l’Ukraine et Orbán soutenant la Russie – tout en coopérant dans tous les autres domaines, en particulier lorsqu’il s’agit de remettre en question le règne de l’UE. structures juridiques.

Et en effet, la division de politique étrangère la plus évidente au sein de l’extrême droite européenne concerne la Russie. Certains partis ont de fortes positions pro-russes, notamment l’AfD en Allemagne (qui s’appuie sur une importante minorité allemande russophone), le FPÖ en Autriche et la Ligue de Matteo Salvini en Italie.

Avant l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie, le Rassemblement national français de Marine Le Pen aurait pu figurer sur cette liste, mais elle a depuis réduit sa russophilie pour adopter une position plus neutre sur la guerre.

Les critiques s’exprimeront davantage par des arguments isolationnistes sur le coût de la guerre, de la reconstruction et de l’adhésion de l’Ukraine à l’Ukraine que par un soutien ouvert à la Russie, ce qui est moins acceptable qu’il y a quelques années.

Marine Le Pen, d'extrême droite du Rassemblement national français, et le principal candidat Jordan Bardella lors d'un meeting politique à Paris, en mai 2024.
Marine Le Pen, d’extrême droite du Rassemblement national français, et le principal candidat Jordan Bardella lors d’un meeting politique à Paris, en mai 2024.

Un autre segment de l’extrême droite européenne se positionne comme pro-américain et pro-OTAN, et s’est donc rallié à l’Ukraine : les Frères d’Italie, Vox en Espagne et le PiS en Pologne.

Deux pays présentent des combinaisons paradoxales de forces d’extrême droite. Le premier, l’Italie, est le seul pays européen à avoir à la fois un leader d’extrême droite virulentement pro-Poutine (Salvini) et un leader pro-Ukraine (Meloni).

La Hongrie constitue un deuxième cas paradoxal : Viktor Orbán a adopté des positions notoirement pro-russes sur la scène internationale, mais a également favorisé autour de lui un milieu intellectuel de groupes de réflexion entièrement inspirés et orientés vers l’extrême droite américaine.

Orbán lui-même entretient des liens avec les élites conservatrices américaines et apprécie l’admiration qu’il inspire parmi elles.

En ce qui concerne le soutien à l’effort de guerre de l’Ukraine et à sa tentative d’adhésion à l’UE, on peut donc s’attendre à ce que les avancées de l’extrême droite se traduisent par des voix plus sceptiques au Parlement européen.

Les critiques s’exprimeront davantage par des arguments isolationnistes sur le coût de la guerre, de la reconstruction et de l’adhésion de l’Ukraine à l’Ukraine que par un soutien ouvert à la Russie, ce qui est moins acceptable qu’il y a quelques années.

Le Green Deal et la Chine, des opportunités pour le populisme

Il existe d’autres questions de politique étrangère sur lesquelles l’extrême droite européenne est beaucoup plus unie. L’un d’entre eux est le Green Deal : tous les partis d’extrême droite partagent une stratégie de retardisme en matière de changement climatique, considérant le Green Deal trop coûteux et bureaucratique.

Dans certains cas, comme l’AfD en Allemagne, l’extrême droite a fait des Verts son principal ennemi intérieur, faisant du populisme anti-écologiste le cadre dominant pour critiquer un « establishment » considéré comme déconnecté des citoyens ordinaires.

Concernant le conflit Israël-Gaza, la majorité de l’extrême droite européenne s’est déclarée ouvertement pro-israélienne. Les dirigeants d’extrême droite saluent Netanyahu comme l’un des leurs et considèrent Israël comme une démocratie ethnique luttant pour sa survie contre le terrorisme islamiste – un récit qui résonne bien avec leur vision d’une Europe luttant contre l’invasion du Sud.

Cela ne veut bien sûr pas dire que l’antisémitisme a complètement disparu du paysage européen d’extrême droite, mais il a certainement été atténué en tant qu’élément de la communication publique, au point que Marine Le Pen s’est présentée comme l’une des meilleures défenseures de l’extrême droite. Juifs français lors de manifestations pro-palestiniennes en France, en contraste radical avec l’antisémitisme véhément de son père.

C’est donc de Meloni que dépendent en grande partie les perspectives de l’extrême droite : choisira-t-elle de généraliser l’extrême droite… ou risquera-t-elle de saper le processus de « normalisation » en cours en cherchant à rassembler un large front de groupes radicaux ?

Une sympathisante avec un drapeau espagnol sur la tête participe au rassemblement du parti d'extrême droite espagnol Vox. "Europe Viva 24" à Madrid, mai 2024
Une partisane avec des drapeaux espagnols sur la tête participe au rassemblement du parti d’extrême droite espagnol Vox « Europa Viva 24 » à Madrid, en mai 2024.

Enfin et surtout, une Union européenne plus à l’extrême droite adoptera évidemment une ligne plus dure en matière de migration. La Première ministre italienne Giorgia Meloni, chef du parti des Frères d’Italie, a organisé en janvier un sommet Italie-Afrique relativement visible auquel ont participé plus de deux douzaines de dirigeants africains et de responsables de l’Union européenne, dont la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Meloni plaide en faveur d’un vaste plan européen visant à soutenir le développement économique de l’Afrique, en échange que les pays africains retiennent leurs migrants et acceptent de reprendre les demandeurs d’asile déboutés – une stratégie qui bénéficie du soutien de ses homologues européens d’extrême droite, mais qui a des chances de succès très limitées.

Sur la Chine, l’extrême droite européenne apparaît plus divisée. Les pays d’Europe centrale sont les plus intéressés par la Chine, la Hongrie d’Orbán (ainsi que la Serbie de Vučić et, plus récemment, la Slovaquie) étant connues comme des portes d’entrée des intérêts chinois en Europe.

De leur côté, l’AfD et le FPÖ ont été en proie à des scandales de corruption liés à l’argent chinois (et russe).

En Italie, Meloni a dû jouer ses cartes avec prudence, mais a finalement choisi de retirer son pays de l’accord de la Ceinture et de la Route, compte tenu de la position anti-chinoise prononcée du candidat à la présidentielle américaine Donald Trump. La position de Trump constitue également une considération pour la forte faction anti-chinoise du Parti conservateur britannique, d’extrême droite.

Les choses pourraient devenir transactionnelles

La capacité de l’extrême droite à influencer la politique étrangère de l’UE dépendra de deux facteurs clés. T

Le premier est sa capacité à former des coalitions : les deux principaux groupes parlementaires d’extrême droite, les Conservateurs et Réformistes européens (ECR) et Identité et Démocratie (ID), auront des difficultés à s’associer, d’autant plus que les dirigeants du ECR comme Meloni sont ouvertement courtisés par le parti. la droite dominante incarnée par Ursula van der Leyen et le Parti populiste européen (PPE).

C’est donc de Meloni que dépendent en grande partie les perspectives de l’extrême droite : choisira-t-elle d’intégrer l’extrême droite au travers d’une alliance avec les démocrates-chrétiens ou risquera-t-elle de saper le processus de « normalisation » en cours en cherchant à rassembler un large front de groupes radicaux ?

Deuxièmement, si Trump remportait un second mandat lors des élections présidentielles américaines de novembre, l’extrême droite européenne, en particulier son segment pro-américain, ajusterait probablement sa politique étrangère en conséquence.

Mais quoi qu’il arrive, on peut s’attendre à ce que l’extrême droite européenne prône une politique étrangère moins attachée aux valeurs démocratiques libérales et plus encline à mener des politiques transactionnelles envers le reste du monde.

Laisser un commentaire

quatorze − neuf =